•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Finie la misère pour les Gaiters de Bishop’s

Moussenguet plaque Fenchak.

Louve Moussenguet (no 44) et Jacob Fenchak (no 11)

Photo : Gaiters de l'Université Bishop's / Emery Gbodossou

Félix St-Aubin

Les Gaiters de Bishop's n'ont plus participé à une finale au football universitaire en 25 ans. Ils mettront un frein à cette séquence peu enviable samedi en Nouvelle-Écosse lorsqu'ils se disputeront les honneurs du Loney Bowl aux Axemen d'Acadia.

Négligés plus souvent qu'à leur tour ces dernières saisons, à juste titre, les Gaiters ne seront pas trop dépaysés quand le coup d'envoi sera donné au match de championnat du Sport universitaire de l'Atlantique (SUA).

Les protégés de Chérif Nicolas se mesureront à l'une des deux seules équipes invaincues d'un océan à l'autre en 2019, l'autre étant les Mustangs de Western. L'entraîneur-chef estime que ses prochains rivaux ont amplement appris d'une lourde correction subie à la Coupe Uteck en 2017.

« C'est une très, très bonne équipe qui est expérimentée. La majorité de leurs partants offensifs et défensifs étaient là lorsqu'ils ont perdu [81-3] contre Western il y a [deux] ans. Ils ont beaucoup de joueurs de quatrième année qui ont de l'expérience de jeu », explique le meneur d'hommes qui a conduit sa troupe au 11e rang du classement de l'U Sports sur 27 universités.

Le trophée Jewett, remis aux champions des Maritimes depuis 1960, pourrait aboutir dans les mains d'une université québécoise pour une première fois en six décennies.

Pour ce faire, les représentants de l'Estrie devront continuer à combler l'écart qui les sépare des Axemen, en quête d'un 15e titre. La formation qui pointe au 4e échelon du palmarès national vise un nouveau balayage contre les Gaiters.

L'Université Acadia est d'ailleurs la seule équipe que Nicolas et ses ouailles n'ont pas encore battue depuis qu'ils ont migré vers le Sport universitaire de l'Atlantique en 2016.

Affrontements Axemen-Gaiters depuis 2017 :

  • 2 septembre 2017 : Bishop's 10 - Acadia 27
  • 7 octobre 2017 : Acadia 27 - Bishop's 24
  • 8 septembre 2018 : Acadia 39 - Bishop's 9
  • 13 octobre 2018 : Bishop's 9 - Acadia 31
  • 24 août 2019 : Bishop's 13 - Acadia 53
  • 28 septembre 2019 : Acadia 24 - Bishop's 12

La tête hors de l'eau

Les Gaiters ont repris du poil de la bête à leur troisième tour de piste dans le SUA. Ils ont en effet enregistré autant de victoires cette saison (4 en 8 matchs) que lors de leurs cinq précédentes (4 en 40 matchs).

Le futur s'annonce très excitant pour les Gaiters [...] C'est une progression continue. Oui, l'année dernière on a eu certaines difficultés, mais on a aussi pu instaurer et travailler notre culture.

Chérif Nicolas, entraîneur-chef des Gaiters de l'Université Bishop's

L'Université Bishop's a appris à la dure durant ce cheminement avec une séquence noire de 14 défaites, où pas moins de la moitié des rencontres se sont soldées par un écart de 22 points ou plus en faveur de ses adversaires.

La victoire en demi-finales des éliminatoires lors du premier week-end de novembre, contre les Mounties de Mount Allison, lui a permis de surpasser en deux mois la maigre récolte de la période 2014-2018.

Charles Aubry prend ses aises

Le quart-arrière Charles Aubry s'est levé à sa première danse au bal automnal.

La recrue a saisi la grandeur du moment et s'est comportée comme un vétéran pour obtenir la victoire et également sa deuxième nomination de joueur offensif de la semaine dans les Maritimes.

Aubry s'est relevé d'un match difficile en clôture de calendrier à Sackville, où quatre de ses passes se sont retrouvées dans les mains de joueurs des Mounties. Il a appris de cette contre-performance pour décrocher, deux semaines plus tard, son premier gain dans les éliminatoires.

« J'ai trouvé qu'il était extrêmement en contrôle, c'était probablement son meilleur match de la saison qu'il a joué la semaine dernière, affirme Nicolas. Il était vraiment tout en possession de ses moyens et comprenait la défense adverse. »

« Comme toutes les recrues qui jouent à la position de quart, il a eu des hauts et des bas. Il a eu des matchs plus difficiles où il a réalisé que ça cognait dur dans le football universitaire. Mais il a pris de la maturité et je pense qu'il est train de prendre son envol », poursuit l'entraîneur de troisième année à Bishop's, qui occupe aussi le rôle de coordonnateur offensif.

Charles Aubry et Alex Fedchun

Charles Aubry (no 2) et Alex Fedchun (no 94)

Photo : Gaiters de l'Université Bishop's / Marty Rourke

Chérif Nicolas lance des fleurs à Ted Karabatsos, son entraîneur de ligne à l'attaque, lorsqu'il est questionné sur les succès de l'unité, qui passent d'abord par le quintette de mastodontes.

« Je dois donner crédit à [...] Ted Karabatsos parce qu'on n'a pas la plus grosse ligne offensive, on est certainement les plus petits dans le SUA. On recrute fort, mais on a encore des trous à combler à cette position. On a développé au cours de la saison une identité au sol. »

Le porteur de ballon Louis-Philippe Grégoire, épaulé par Norman Ossohou, est le coeur de cette attaque terrestre. L'ancien porte-couleurs des Gaillards du Cégep de Jonquière a été nommé jeudi dans la première équipe d'étoiles du circuit.

Grégoire a devancé au scrutin son homologue Dale Wright, des Axemen, le seul demi offensif ayant franchi plus de terrain que le Québécois durant la campagne, soit 813 contre 630 au chapitre des verges parcourues.

Un titre des Gaiters donnerait lieu à des retrouvailles avec un ancien rival du RSEQ, ce qui ne s'est pas produit dans le cadre d'un match officiel depuis le 29 octobre 2016.

Le vainqueur de la Coupe Dunsmore, qui mettra aux prises samedi les Carabins et le Rouge et Or à Québec, se déplacera la semaine suivante à Lennoxville ou à Wolfville afin de participer à la Coupe Uteck.

Football

Sports