•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beckie Scott quitte l'AMA et met en garde ses dirigeants

Beckie Scott

Beckie Scott

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

À la fin d’un mandat de cinq ans à la tête du comité des athlètes de l’Agence mondiale antidopage (AMA), la Canadienne Beckie Scott a quitté l’organisation en la sommant de répondre d’abord et avant tout aux besoins des athlètes.

Dans son dernier discours au conseil de fondation de l’AMA, jeudi, la championne olympique en ski de fond en 2002 a dit souhaiter que les dirigeants de l’agence prennent des décisions fondées sur « l’intégrité, la transparence et la responsabilité ».

« Mon souhait est qu’à l’avenir, les voix qui s’élèvent contre l’ordre établi soient entendues et prises en compte au lieu d’être discréditées et ignorées, a déclaré Scott, selon ce qu’a rapporté le site Inside the Games. Je souhaite le retour de l’équilibre et de l’indépendance autour de ces tables, de sorte que tous soient assurés que nos priorités s’alignent sur l’égalité des chances et la justice et non sur des considérations économiques. »

En septembre 2018, Scott avait claqué la porte du comité de révision de la conformité de l’AMA après que celui-ci eut recommandé de lever la suspension de la Russie. Elle a par la suite soutenu avoir été intimidée pour ses positions en la matière, tout comme Edwin Moses, double champion olympique du 400 m haies et président du comité d’éducation de l’AMA.

Une enquête indépendante a conclu qu’un membre du comité exécutif de l’AMA avait manqué de respect envers Scott, mais la thèse de l’intimidation a été rejetée dans les deux cas. Cette enquête, selon les chiffres présentés à la rencontre du conseil de fondation, a coûté 1 800 000 $ CA à l’AMA et 355 000 $ CA au Comité international olympique.

Scott avait fait part de sa déception quant au silence du président sortant de l’AMA, sir Craig Reedie, lorsqu’elle a formulé ses allégations. Jeudi, le Britannique a dit « regretter que cet argent a dû servir à [l’enquête] plutôt qu’à la lutte antidopage ».

En revanche, la vice-présidente de l’AMA Linda Helleland s’est excusée publiquement auprès de Scott, jeudi, pour la façon dont l'organisation l'a traitée.

Le skeletoneur néo-zélandais Ben Sandford remplacera Beckie Scott à la tête du comité des athlètes.

Dopage

Sports