•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Le CH après 15 matchs : différente recette, mêmes résultats

Ils sont côte à côte sur la patinoire et sourient.

Tomas Tatar et Brendan Gallagher

Photo : Club de hockey Canadien inc.

Martin Leclerc

En remportant une spectaculaire victoire contre les Bruins de Boston mardi soir, le Canadien a bouclé les 15 premiers matchs de son calendrier avec 18 points en banque et une fiche identique à celle l’an dernier. Toutefois, même si les hommes de Claude Julien sont arrivés aux mêmes résultats, les statistiques révèlent qu’ils ont utilisé une recette différente : ils sont plus efficaces en attaque, mais aussi pas mal plus permissifs en défense.


LES STATISTIQUES COLLECTIVES

La fiche du Canadien après 15 matchs :

  • 2018-2019 : 8-5-2 (3e rang de la Division atlantique)
  • 2019-2020 : 8-5-2 (4e rang de la Division atlantique)

La division est plus relevée cette année. Au 4e échelon, le CH se retrouve en plus à égalité avec les Panthers de la Floride, qui ont un match de plus à disputer.

Les buts marqués/accordés :

  • 2018-2019 : 46 bp/45 bc
  • 2019-2020 : 55 bp/48 bc

Comme je l’écrivais le week-end dernier, l'équipe est en train de devenir une puissance de la LNH en attaque.

Les 55 buts inscrits par le CH constituent une hausse de 19,56 % par rapport à la saison dernière et placent la formation montréalaise au 4e rang en attaque dans la LNH. Ce n’est pas rien. Par ailleurs, à 5 contre 5, les hommes de Claude Julien ont inscrit 40 buts et se situent au 2e rang de la LNH, tout juste derrière les Predators de Nashville.

Une partie de ces succès offensifs s’explique par une présence accrue des défenseurs sur la feuille de pointage. À pareille date la saison dernière, les arrières du Tricolore avaient récolté 4 buts et 24 points. Cette saison, ils ont déjà inscrit 9 buts et 33 points, une hausse de 37,5 %.

Le capitaine Shea Weber, qui n’était pas présent durant cette tranche de calendrier la saison dernière, affiche 2 buts et 10 points au compteur et se dirige vers sa meilleure saison offensive à Montréal.

Il effectue un lancer frappé.

Shea Weber

Photo : USA Today

Jusqu’à présent, avec Weber et Jeff Petry (2-8-10), le Canadien mise sur deux joueurs dans le top 20 offensif des défenseurs de la LNH. Il faut remonter à la saison 2015-2016 (Andrei Markov et P.K. Subban) pour retrouver deux arrières montréalais ayant bouclé une saison dans ce groupe sélect.

Les chances de marquer :

  • 2018-2019 : 256 pour/215 contre
  • 2019-2020 : 263 pour/246 contre

Ces chiffres nous disent que les gardiens sont trop sollicités.

Le CH n’a accordé que 3 buts de plus cet automne malgré le fait que Carey Price et Keith Kinkaid aient fait face à 31 chances de marquer de qualité de plus qu’à pareille date l’an dernier.

L’unité de désavantage numérique, dont le taux de succès se situe à 68,9 % (une catastrophe), a déjà accordé 14 buts par rapport à 9 l’an dernier. Et même si les joueurs du Tricolore sont plus disciplinés et visitent le cachot moins souvent. Pour progresser au classement, il faudra trouver une solution à ce problème.


QUELQUES RENDEMENTS INDIVIDUELS

Carey Price ne joue pas mal :

  • 2018-2019 : fiche de 5-4-2 (11 départs), taux d'efficacité de ,901 et moyenne de buts accordés de 2,81
  • 2019-2020 : fiche de 7-4-1 (12 départs), taux d'efficacité de ,910 et moyenne de buts accordés de 2,75

Compte tenu du nombre accru de chances de qualités auquel il fait face, Price ne connaît pas un vilain début de saison. Son taux d’efficacité depuis le début de sa carrière se situe à ,918.

Il regarde la rondelle entrer dans son filet.

Carey Price

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Max Domi rattrapé par la loi de la moyenne :

  • 2018-2019 : 9 buts, 7 aides et différentiel de -1
  • 2019-2020 : 4 buts, 7 aides et différentiel de +5

À pareille date l’an dernier, Max Domi avait converti en buts 28,1 % de ses tirs au filet. À titre comparatif, Alex Ovechkin, le meilleur buteur de sa génération, affiche un taux de succès de 12,6 % depuis le début de sa carrière. Cet hallucinant taux de succès de Domi avait fait écrire à nos confrères du site Athlétique que le petit centre du CH avait de fortes chances de connaître l’une des plus importantes baisses de production dans la LNH cette saison. Il avait inscrit 28 buts la saison dernière.

À date, cette prédiction s’avère. Même s’il a obtenu une chance de marquer de plus que l’an passé, Domi a converti 11,1 % de ses tirs en buts.

Gros plan de son visage

Max Domi

Photo : Getty Images / Christian Petersen

Joel Armia déploie ses ailes :

  • 2018-2019 : 4,54 chances de marquer par 60 minutes de jeu
  • 2019-2020 : 8,53 chances de marquer par 60 minutes de jeu

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’Armia (6-4-10 et +5) ait inscrit 3 buts de plus qu’à ses 15 premiers matchs de la dernière saison (3-4-7 et différentiel de 0).

Au tournoi de golf de l'équipe, j’avais demandé à Marc Bergevin d’où la croissance interne de son équipe (sur laquelle le DG avait misé durant l’été) allait provenir. « Nous croyons que des joueurs comme Joel Armia et Artturi Lehkonen vont nous en donner plus », avait-il répondu.

Il fait un virage sur patins.

Joel Armia

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Bergevin s’est peut-être trompé avec Lehkonen. Mais si Armia peut maintenir ce rythme, le DG montréalais et son équipe de recruteurs professionnels passeront une fois de plus pour des hommes de hockey brillants. Durant l’été 2018, ils ont acquis Armia des Jets de Winnipeg (ainsi que deux choix de repêchage) contre le contrat du gardien Steve Mason (que les Jets voulaient larguer) et du défenseur Simon Bourque.

Paul Byron se bat pour renverser la tendance :

  • 2018-2019 : 5,12 chances de marquer par 60 minutes de jeu
  • 2019-2020 : 2,71 chances de marquer par 60 minutes de jeu

Byron, qui figurait parmi les attaquants de la LNH les plus productifs à 5 contre 5 au cours des dernières années, montre un dossier de 1-3-4 et +5 cette saison comparativement à 4-3-7 et +3 la saison dernière.

Le sympathique attaquant se débat pour renverser la tendance, mais il lui sera difficile de le faire s’il n’obtient pas davantage de chances de marquer. À titre comparatif, Jesperi Kotkaniemi, qui connaît un début de saison tranquille, obtient 3,46 chances de marquer par tranche de 60 minutes de jeu.

Brendan Gallagher est en feu :

  • 2018-2019 : 8,31 chances de marquer par 60 minutes de jeu
  • 2019-2020 : 9,68 chances de marquer par 60 minutes de jeu

Pourquoi Gallagher a-t-il franchi le plateau des 30 buts au cours des deux dernières saisons? Parce qu’il obtient beaucoup plus de chances de marquer de qualité que ses coéquipiers.

Durant une séquence de cinq matchs, il arrive qu’un joueur du CH entre dans une sorte de transe et qu’il obtienne un nombre anormalement élevé de chances de secouer les cordages. Quand ça se produit, ce joueur anormalement efficace voit sa moyenne d’occasions de marquer par tranche de 60 minutes de jeu grimper à 8, 9 et parfois même jusqu’à 10 dans les cas vraiment exceptionnels.

Brendan Gallagher

Brendan Gallagher

Photo : Getty Images / Kevin Hoffman

Par rapport à ses coéquipiers, Gallagher vit donc sur une autre planète. Au cours des 5 derniers matchs, il a même fonctionné à un rythme supérieur à 12,5 chances par 60 minutes de jeu.

À ce rythme, même s’il est en retard de deux buts par rapport à sa production de la dernière campagne (7 contre 9), il serait téméraire de parier contre les chances de Gallagher de connaître une autre saison de 30 buts. À condition, évidemment, qu’il cesse de bloquer des tirs avec ses mains.

Hockey

Sports