•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cinq travaux des Alouettes contre les Eskimos

Le quart-arrière s'apprête à effectuer une passe contre les Eskimos.

Vernon Adams fils (no 8)

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Radio-Canada

Historiquement, les équipes de l’Ouest n’ont pas beaucoup de succès dans des matchs éliminatoires dans l’Est. Mais contre les Eskimos d'Edmonton, en demi-finale de l'Est dimanche à Montréal, les Alouettes savent qu’elles en auront plein les bras face à l'une des meilleures défenses de la ligue et à un quart qui leur a souvent causé des maux de tête. Leur match se jouera autour de cinq clés.

Contenir Trevor Harris

Trevor Harris est l'un des meilleurs quarts de la Ligue canadienne depuis cinq ans. Cette année, personne n’a complété plus de passes (343) que lui, même s’il n’a joué que 13 matchs sur 18. Il a aussi terminé au 2e rang avec 4027 verges de gains aériens.

Surtout, Trevor Harris a souvent l’air de Tom Brady contre les Alouettes avec 8 victoires en 11 matchs.

Il a connu deux des matchs les plus productifs de sa carrière avec des récoltes de 487 et 447 verges de passes au cours des deux dernières saisons.

À l’ouverture de la saison à Edmonton, il a découpé la défense montréalaise avec 32 passes complétées (78 %) pour 447 verges et 3 touchés.

Trevor Harris

Trevor Harris

Photo : La Presse canadienne / Mark Blinch

Par contre, à Montréal, le coordonnateur défensif des Alouettes, Bob Slowik, s’est ajusté et a limité Harris à 270 verges de gains et les Moineaux ont réussi deux interceptions.

Harris a été blessé au bras en deuxième moitié de saison et n’a joué qu’un match complet en septembre et un autre en octobre.

Il peut compter sur un bon groupe de receveurs autour de Greg Ellingson, le partenaire qu’il a emmené d’Ottawa.

Le receveur éloigné Greg Ellingson tente de s'échapper de deux joueurs des Argonauts de Toronto.

Greg Ellingson

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Les Alouettes doivent aussi se méfier de Ricky Collins, qui a connu le match de sa vie au premier affrontement de la saison avec 9 passes captées pour 175 verges.


Gagner la ligne de mêlée

D’accord, c’est un cliché.

Sauf que c’est particulièrement important face aux Eskimos, dominants dans cet aspect du jeu cette année.

Edmonton a fini au 1er rang pour les sacs réussis et les sacs accordés.

Les Eskimos ont rejoint le quart adverse 56 fois, à égalité avec les Roughriders de la Sakatchewann

En plus, ils n’en ont accordé que 25, soit 9 de moins que toute autre équipe dans la LCF.

Lors des deux affrontements contre les Alouettes, ils ont réussi cinq sacs et n’en ont pas accordé un seul.

Vernon Adams fils est agile, mais, comme tout autre quart, il est nettement plus efficace quand il ne passe pas l’après-midi à courir pour sauver sa peau.


Protéger le ballon

O.K., c’est un autre cliché. Mais, c’est l'une des forces des Alouettes cette année.

L’escadron montréalais n’a donné le ballon à l’adversaire que 30 fois, ce qui le place au 2e rang derrière les Roughriders de la Saskatchewan.

De ce nombre, 9 revirements ont été des troisièmes essais non convertis. Au football américain, on ne compte même pas ça comme des revirements.

Il faut cependant admettre que certains de ces troisièmes essais ont fait mal, comme celui qui a coûté le match à Vancouver.

Peut-être que les Alouettes avaient la chance de leur côté. L'équipe a laissé tomber le ballon 26 fois, mais ne l’a perdu qu’à 6 occasions.

Les Alouettes n’ont subi que 15 interceptions, la deuxième performance du circuit Ambrosie.


Établir le jeu au sol

Ça aussi, vous l’avez déjà entendu.

Les Alouettes ont la chance de pouvoir compter sur deux porteurs de ballons complémentaires en William Stanback et Jeremiah Johnson.

Les deux Américains ont maintenu des moyennes supérieures à six verges par course, ce qui ouvre le cahier de jeux de l’entraîneur Khari Jones lors des deuxièmes essais.

Il fixe le ballon des yeux.

Le quart des Alouettes Vernon Adams fils donne le ballon à William Stanback.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson


Discipline et unités spéciales

Les Eskimos ont été l’équipe la plus punie de la LCF cette année. Ils ont reçu une trentaine de pénalités de plus que les Alouettes.

Trente-six fois cette année, les Eskimos ont été pénalisés sur des retours de botté, ce qui les a forcés à amorcer leurs attaques profondément dans leur territoire.

Ça explique en partie pourquoi Edmonton est la seule équipe à n’avoir pas réussi de touché sur des retours de bottés cette saison.

Les Eskimos comptent sur l'un des botteurs les plus fiables de l’histoire de la LCF en Sean Whyte.

Les Alouettes ont Boris Bede, qui n’a pas manqué un botté depuis presque trois mois.

Bref, ça promet.

Ou comme les annonceurs officiels disent souvent : « Bon match, mesdames, messieurs! »

Un botteur en action

Boris Bédé

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Football

Sports