•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Lewis Hamilton doit absolument rattraper Michael Schumacher en 2020

Il sourit et lève le drapeau britannique derrière son dos.

Lewis Hamilton

Photo : Getty Images / Mark Thompson

Philippe Crépeau

BILLET - Les nouvelles règles techniques et financières qui seront mises en pratique en 2021 modifieront profondément les voitures et le fonctionnement des équipes.

Autrement dit, ce sera la grande inconnue pour tout le monde. Très certainement une saison d’apprentissage et d’essais et erreurs pour les équipes.

Voilà pourquoi Hamilton doit profiter de la continuité réglementaire en 2020 pour aller chercher son septième titre mondial et rejoindre Michael Schumacher.

Mercedes-Benz a encore une fois écrasé la concurrence en 2019 avec la W10, qui a permis à l’équipe allemande de réaliser neuf doublés jusqu’ici, avec deux courses à disputer.

La saison s’annonçait pourtant corsée pour le Britannique. En effet, Valtteri Bottas avait décidé qu'en 2019, il tenterait de jouer le titre.

Fort d'un nouveau contrat d'un an, plus une année d'option, le Finlandais avait changé ses habitudes d’entraînement durant l’hiver, et il a démarré en lion la saison, avec ses deux victoires dans les quatre premières courses, les deux autres allant à… Lewis Hamilton.

Il sort d'un virage.

Valtteri Bottas (Mercedes-Benz) sur le circuit Catalunya de Barcelone lors des essais libres du Grand Prix d'Espagne

Photo : Getty Images / Dan Istitene

L’équipe Mercedes-Benz a réalisé cinq doublés d’affilée et s’est forgée une confortable avance au classement des constructeurs.

Bottas est monté sur le podium de toutes les courses jusqu’au voyage à Montréal. Le Grand Prix du Canada a été pour lui le début d’un été plus sombre, tandis que Hamilton a poursuivi sa domination.

Le Finlandais n’a enregistré « que » trois podiums dans les six courses qui ont suivi, sans victoire. Durant la même période, son coéquipier a remporté quatre courses.

Après la pause estivale, Bottas a dû accepter son sort, d’être encore le bon numéro deux. De plus, il avait perdu de son optimisme, son volant étant mis en danger par le retour éventuel du Français Esteban Ocon. Le patron de l’équipe allemande Toto Wolff a longtemps jonglé avec l’idée de titulariser Ocon en 2020 à la place de Bottas.

Et la grosse erreur du Finlandais au Grand Prix d’Allemagne, quand il a perdu le contrôle de sa W10 sur une piste humide alors qu’il pourchassait Lance Stroll, semblait avoir scellé son sort.

Sa Mercedes-Benz est endommagée après sa sortie de piste.

Valtteri Bottas à Hockenheim

Photo : RDS/TSN

Toto Wolff a toutefois misé sur la continuité en 2020 pour assurer à Hamilton une quiétude d’esprit, indispensable pour aller chercher son septième titre mondial et rattraper Michael Schumacher au firmament de leur sport.

Hamilton avait déjà une avance de 62 points sur Bottas, son plus proche rival, après la pause estivale. Ce qui lui a permis de rester détendu malgré le retour à l’avant-scène de Ferrari.

À partir du Grand Prix de Belgique, Ferrari a retrouvé ses couleurs et a volé beaucoup de points à Mercedes-Benz grâce aux performances de Charles Leclerc : quatre positions de tête d’affilée, deux victoires et deux podiums dans les quatre premières courses de la deuxième partie de la saison, de Spa à Sotchi.

L’espoir a basculé dans le clan italien, et toute la F1 en a profité.

Sa voiture roule sur les vibreurs dans un virage.

Charles Leclerc à Monza

Photo : Getty Images / Charles Coates

Déstabilisée par les performances de Ferrari, Mercedes-Benz, habituée à rouler en avant et à dicter le rythme, a dû refaire ses calculs. Et, ce faisant, a fait des erreurs de stratégie.

Pour une rare fois depuis 2014, soit depuis l’arrivée des moteurs de nouvelle génération, hybrides et turbocompressés, Mercedes-Benz n’avait plus l'étiquette d’équipe de référence.

Puis tout est rentré dans l’ordre à Sotchi, au lendemain de la quatrième pole position de Leclerc.

Mercedes-Benz a réussi son septième doublé, après le cafouillage stratégique de la Scuderia, qui a laissé Vettel devant Leclerc malgré des consignes d’avant-course. L’Allemand a ensuite dû abandonner, trahi par son système de récupération d’énergie.

La neutralisation a profité à Mercedes-Benz. Hamilton a pris le commandement suivi de son fidèle lieutenant. Leclerc n’a jamais pu rattraper le terrain perdu et a fini 3e.

L’espoir a basculé de nouveau dans le clan allemand, pour de bon.

Gros plan de sa voiture sur la piste

Lewis Hamilton à Mexico

Photo : Getty Images / Clive Mason

Mercedes-Benz a conservé à Mexico son titre des constructeurs, un sixième d’affilée, et Lewis Hamilton a conservé à Austin son titre des pilotes, un troisième d’affilée, un cinquième en six ans (son coéquipier Nico Rosberg l’a battu en 2016).

Après la continuité, l'inconnu

Pendant que Lewis Hamilton s’attaquera aux records de Michael Schumacher, 7 titres et 91 victoires (Hamilton en a 83), Mercedes-Benz travaillera en coulisses à interpréter les nouvelles règles techniques et financières de la saison 2021.

Cela passera par une restructuration d’entreprise (des déplacements de personnel, voire des suppressions de postes) en raison des nouvelles règles financières, soit le plafond budgétaire à 175 millions de dollars américains par saison pour le développement de la voiture à partir de 2021.

Le budget de l’équipe allemande était en 2017 de plus de 500 millions de dollars américains (châssis et activités entourant le moteur).

Dépenses des équipes de F1 en 2017 :

  • Sauber (devenue Alfa Romeo) : 106 M$ US
  • Haas : 137 M$
  • Toro Rosso : 144,5 M$
  • Force India (devenue Racing Point) : 168,7 M$
  • Williams : 189,3 M$
  • Renault : 220,3 M$
  • Red Bull : 429,6 M$
  • McLaren : 550,4 M$
  • Ferrari : 551,5 M$
  • Mercedes-Benz : 579 M$

Source : Business Book GP

À l’usine de Brackley, en Angleterre, plus de 700 employés sont au service des deux pilotes. Certaines sources ajoutent 250 personnes pour l'activité qui touche le moteur. Mercedes-Benz a deux équipes clientes (Racing Point et Williams). McLaren s'ajoutera en 2021.

Comme l'indique l'équipe sur son site Internet, les employés travaillent au design, au développement et à la production des pièces sur cinq quarts de travail qui permettent une activité constante, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

« Nous avons d'autres activités dans les sports mécaniques. Nous essaierons de trouver la meilleure solution pour protéger notre personnel, notre propriété intellectuelle et notre savoir-faire. Et nous examinons tout cela avec attention avant de décider ce que nous allons faire », a indiqué Toto Wolff à Austin.

Il porte la main gauche à sa bouche.

Toto Wolff

Photo : Getty Images / Drew Gibson

Le mentor à la casquette rouge

Ce sixième titre, Lewis Hamilton l’a offert à un homme à qui il doit tous ses succès avec Mercedes-Benz, l’Autrichien Niki Lauda.

Niki Lauda, c’est l’homme à la casquette rouge, triple champion du monde, avec Ferrari et McLaren, devenu conseiller en F1 pour l’entreprise allemande en 2012, et qui a convaincu Hamilton d’accepter l’offre de Mercedes-Benz.

Il est mort le 20 mai 2019. Les pilotes lui ont rendu un bel hommage avant le départ du Grand Prix de Monaco.

Ils forment un cercle.

Les pilotes observent une minute de silence à la mémoire de Niki Lauda sur la grille de départ du Grand Prix de Monaco.

Photo : Getty Images / Peter Fox

La démarche de Niki Lauda pour convaincre Hamilton n'était pas gagnée d'avance.

Mercedes-Benz a tenté de 2010 à 2012 de bâtir un projet solide avec l’aide de Michael Schumacher et de son fidèle ingénieur-aérodynamicien, devenu patron, Ross Brawn.

De l’intérieur des murs de McLaren où il avait ses habitudes, Hamilton ne voyait pas en Mercedes-Benz la suite logique à sa carrière. Il avait grandi chez McLaren, et s’y sentait bien, ayant remporté le titre en 2008.

Mais Niki Lauda a vu juste dans les efforts de l’entreprise allemande et a trouvé les arguments pour attirer Hamilton. Le Britannique lui a fait confiance et ne s’est pas trompé.

Ils discutent.

Niki Lauda et Lewis Hamilton en 2015

Photo : Getty Images / Mark Thompson

« J’offre mon sixième titre à Niki Lauda, mon formidable ami, mon mentor qui nous a quittés cette année », a dit Hamilton à Austin.

Arrivé en 2013, pour succéder à Schumacher, il s’est imposé en Hongrie au volant de la W04. Il a conclu sa première saison avec une victoire, cinq poles et quatre podiums.

Tout s’est accéléré par la suite, avec en 2014 l’arrivée des moteurs de la nouvelle génération. La W05 lui a permis de remporter 11 victoires, en route vers son deuxième titre des pilotes.

Le voici cinq ans plus tard avec six couronnes mondiales.

« Je ferai tout pour continuer à te rendre fier, Niki », a-t-il lancé au Texas.

Pour Niki, et pour se donner le choix, Lewis Hamilton voudra rattraper Michael Schumacher en 2020, à sa dernière année de contrat avec Mercedes-Benz, avant les grands changements de 2021.

Dans une saison qui comptera 22 courses, avec la W11 directement inspirée de la W10 de cette saison, il est tout à fait concevable qu’il gagne huit courses pour égaliser le record de victoires de Schumacher. Même qu'il le batte. Et qu’il remporte son septième titre mondial pour rejoindre le célèbre pilote allemand qui a quitté la vie publique après un accident de ski.

« Ça me semble toujours très loin, même si c’est très proche », a admis Hamilton, prudent.

Débarrassé de ces chasses aux records, il pourra choisir sa prochaine route.

Poursuivre l’aventure avec Mercedes-Benz pour tenter de se hisser seul au plus haut des sommets de la F1 ou passer àFerrari comme il en a de plus en plus envie. Sebastian Vettel pourrait prendre sa retraite en 2021 et lui laisser son volant.

Hamilton se voit franchir les portes de l'usine de Maranello pour entrer dans la grande histoire de l'écurie italienne, avec toutes les incertitudes que cela suppose, pour porter la célèbre combinaison rouge dans laquelle son ami et mentor Niki Lauda a fait naître sa légende.

Le message est écrit sur l'arceau de sécurité de type Halo.

La Mercedes-Benz de Lewis Hamilton à Monaco avec l'inscription : « Niki, tu nous manques. »

Photo : Getty Images / ANDREJ ISAKOVIC

Formule 1

Sports