•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Kenya à l'avant-scène au marathon de New York

Chacun porte le drapeau du Kenya sur les épaules.

Albert Korir et Geoffrey Kamworor

Photo : Getty Images / Sarah Stier

Agence France-Presse

Le Kenya a affiché ses couleurs dimanche au 49e marathon de New York. Geoffrey Kamworor s'est imposé chez les hommes, comme en 2017, et Joyciline Jepkosgei a décroché la victoire chez les dames, pour sa première course sur cette distance, devant la quadruple lauréate Mary Keitany.

Ce sont quatre représentants kényans qui ont occupé les deux premières marches des deux podiums.

Derrière Kamworor, vainqueur en 2 h 8 min 13 s, son compatriote Albert Korir a fini 2e (2:08:36) et l'Éthiopien Girma Bekele Gebre (2:08:38) s'est classé 3e.

Jepkosgei a gagné en 2:22:38, avec une confortable avance sur sa compatriote Keitany (2:23:32), qui avait triomphé à Central Park en 2014, 2015, 2016 et 2018. L'Éthiopienne Ruti Aga (2:25:51) a terminé 3e.

Kamworor a fait la différence en accélérant dans les cinq derniers kilomètres, après avoir patiemment été dans la foulée de ses deux rivaux et de l'Éthiopien Tamirat Tola, longtemps grand animateur de la course qui a pris la 4e place.

Je me suis senti très à l'aise. Les derniers kilomètres ont été courus à grande allure, mais je me sentais fort, et c'est là que j'ai décidé de m'échapper.

Geoffrey Kamworor

Habitué des podiums à New York, où outre ses deux succès, il compte à son palmarès une 2e place en 2015 et une 3e en 2018. Le coureur de 26 ans avait réalisé une superbe performance au demi-marathon de Copenhague en septembre, où il a signé un record mondial en 58:01,15.

Lauréat de l'épreuve l'an dernier, l'Éthiopien Lelisa Desisa a abandonné après le 11e kilomètre.

Si la victoire de Kamworor était une possibilité, celle de Jepkosgei est plus inattendue.

La Kényane de 25 ans s'est fait un nom ces dernières années sur des distances inférieures telles que les 10, 15 et 20 km, où elle détient les marques mondiales. Le marathon était pour elle encore un territoire inconnu puisque c'est la première fois qu'elle en courait un à New York.

Lors des trois derniers kilomètres, Jepkosgei a souvent grimacé pour tenir l'effort, se retournant pour voir si Mary Keitany, qui briguait une cinquième victoire, la rattrapait.

« Je savais que Mary était bien plus expérimentée au marathon, j'ai donc essayé d'accélérer le plus possible », a-t-elle déclaré après son triomphe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Athlétisme

Sports