•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La renaissance inattendue des Alouettes

Des joueurs posent après un touché.

Vernon Adams fils et les Alouettes célèbrent un touché.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Félix St-Aubin

Les Alouettes sont des éliminatoires de la Ligue canadienne (LCF) pour la première fois en cinq ans. Dans une saison qui ne s'annonçait pas glorieuse, l'équipe a surpassé les attentes et fait preuve d'une grande résilience. Retour sur son étonnant parcours.

La campagne des Moineaux a pris fin vendredi avec une victoire, leur 10e de l'année en 18 matchs. Bien peu d'observateurs leur auraient prédit autant de succès après les nombreux changements dans les hautes sphères de la direction à la fin du printemps et au début de l'été. Le spectre d'une autre saison de transition planait sur le stade Percival-Molson.

La LCF a d'abord confirmé son acquisition de l'organisation montréalaise à deux semaines exactement de l'entame du calendrier et après des mois de rumeurs.

Plusieurs hommes d'affaires, de Vincenzo Guzzo à Clifford Starke en passant par l'ancien porteur de ballon Éric Lapointe et les frères Lenkov, ont manifesté leur désir de succéder à la famille Wetenhall, sans toutefois parvenir à trouver un terrain d'entente avec le circuit Ambrosie. La saga n'a d'ailleurs pas encore connu sa conclusion.

Quelques jours avant le début de la saison, les Alouettes et l'entraîneur-chef Mike Sherman ont ensuite rompu leurs liens, ouvrant ainsi la porte à Khari Jones. Le directeur général Kavis Reed s'est à son tour retrouvé sans emploi cinq semaines plus tard.

Plutôt que de fragiliser l'équipe, ces changements dans des postes névralgiques l'ont plutôt aidée à quitter les bas-fonds du classement et à retrouver le seuil de respectabilité de ,500, ce qu'elle n'avait pas fait depuis la saison 2012, année de son dernier titre dans l'Est.

Le rendement des Alouettes depuis 2015 :

  • 2015 : 6 victoires, 12 défaites (4e dans l'Est), exclusion des éliminatoires;
  • 2016 : 7 victoires, 11 défaites (3e dans l'Est), exclusion des éliminatoires;
  • 2017 : 3 victoires, 15 défaites (4e dans l'Est), exclusion des éliminatoires;
  • 2018 : 5 victoires, 13 défaites (3e dans l'Est), exclusion des éliminatoires;
  • 2019 : 10 victoires, 8 défaites (2e dans l'Est), participation aux éliminatoires.

Du caractère

La dernière campagne a permis aux Alouettes de mettre un frein au jeu de la chaise musicale à la position de quart-arrière, qui perdurait depuis la retraite du légendaire Anthony Calvillo.

Substitut en lever de rideau au stade du Commonwealth à Edmonton, Vernon Adams fils a profité d'une blessure au partant Antonio Pipkin pour agripper les commandes de l'attaque.

Adams tient le gouvernail à deux mains et a montré une progression fulgurante aux côtés de Khari Jones, qui porte aussi les chapeaux de coordonnateur offensif et d'instructeur des quarts.

L'athlète de 26 ans, qui effectue un second tour de piste dans la métropole québécoise après avoir été cédé aux Roughriders de la Saskatchewan en 2017, a joué le rôle de bougie d'allumage. On lui doit notamment les remontées spectaculaires contre les Stampeders à Calgary et les Blue Bombers de Winnipeg qui ont inspiré l'équipe à des moments cruciaux.

Terry Williams (no 38) et Taylor Loffler (no 16)

Terry Williams (no 38) et Taylor Loffler (no 16)

Photo : La Presse canadienne / Larry MacDougal

La première de deux victoires face aux Stampeders, un rarissime coup de balai, est survenue une semaine après une défaite amère contre les Roughriders de la Saskatchewan dans un match écourté à cause du mauvais temps. Les Montréalais sont allés battre les champions en titre de la Coupe Grey au stade McMahon, un endroit où ils n'avaient pas gagné en une décennie.

Ce périple à Calgary, qui a connu son dénouement en prolongation, a remis l'équipe sur les rails et a démontré toute la force de caractère de la troupe menée par Jones. On peut parler ici d'un tournant. Les Moineaux ont ensuite pris leur envol.

Un quart bien en selle

Vernon Adams a été épaulé de main de maître par William Stanback, l'un des cinq joueurs à avoir franchi le plateau des 1000 verges au sol en 2019. Ce dernier attire d'ailleurs les regards au sud de la frontière, un dossier à suivre de près durant la prochaine intersaison.

L'étroite symbiose entre Adams et son groupe de receveurs, principalement composé de Quan Bray, Eugene Lewis, DeVier Posey et Jake Wieneke, a eu pour effet de diversifier l'attaque et de forcer les défenses adverses à demeurer sur le qui-vive.

Les cibles favorites de Vernon Adams fils :

  • Eugene Lewis : 72 attrapés en 112 tentatives de passe, 1133 verges et 5 touchés en 18 matchs
  • Quan Bray : 58 attrapés en 83 tentatives de passe, 818 verges et 6 touchés en 15 matchs
  • DeVier Posey : 50 attrapés en 84 tentatives de passe, 780 verges et 3 touchés en 12 matchs
  • Jake Wieneke : 41 attrapés en 63 tentatives de passe, 569 verges et 8 touchés en 18 matchs
  • B.J. Cunningham : 27 attrapés en 38 tentatives de passe, 345 verges et 1 touché en 6 matchs
  • William Stanback : 33 attrapés en 44 tentatives de passe, 329 verges et 0 touché en 14 matchs

Les qualités athlétiques du quart des Alouettes font de lui une double menace. Unanimement élu joueur par excellence de la formation montréalaise, il a lancé 24 passes de touché, a couru 12 fois jusqu'à la zone des buts et a même capté un relais payant de Lewis.

La liste des essais infructueux au poste de quart s'est donc arrêtée à Johnny Manziel. Sa libération en février, pour ne pas avoir respecté son entente avec la LCF, a finalement permis à l'organisation de dénicher son meneur d'hommes.

Adams est le nouveau visage de l'équipe et aura une nouvelle occasion de montrer de quel bois il se chauffe le 10 novembre à son baptême du feu dans les matchs éliminatoires contre les Eskimos d'Edmonton (8-10).

Il signale le jeu à venir pour son équipe en attaque.

Le quart-arrière des Alouettes Vernon Adams fils.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Football

Sports