•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxence Parrot d'attaque après s'être bien reposé

Un athlète en mêlée de presse devant un micro

Maxence Parrot

Photo : Radio-Canada / Étienne Bruyère

Michel Chabot

Maxence Parrot recharge ses piles deux mois après son impressionnant triomphe au grand saut (big air) des X Games d'été en Norvège. L’athlète de Bromont a dû faire une pause plus longue que prévu après avoir repris l'entraînement intensif tout de suite après avoir gagné sa bataille contre le cancer.

« J’ai toujours été, depuis que je suis jeune, un gars très actif chaque jour, raconte-t-il. C’est ce que j’ai fait même dans cette dernière année. Je me suis battu de janvier à juin et, après, je n’ai pas pris de vacances. Je me suis entraîné six jours par semaine pour être capable d’aller aux X Games.

Après, ça j’ai vraiment eu un gros down. C’est là que j’ai réalisé que j’avais besoin de prendre du temps pour prendre du repos, plus qu’avant. Oui, l’énergie est là, mais il faut que je fasse plus attention. Mais j’apprécie de prendre du temps pour moi-même.

Maxence Parrot

Au départ, le planchiste en rémission avait l’intention de prendre une pause de deux semaines, mais elle s’est finalement étendue pendant tout le mois de septembre.

« Mon entourage est bien content, constate Parrot. Je passe plus de temps à la maison, avec mes amis. »

De longues nuits de sommeil

Ce repos est salutaire. Le médaillé d’argent en slopestyle aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018 ne l'avait pas prévu, et il saisit mieux aujourd’hui pourquoi une si grande fatigue l’a terrassé.

« En septembre, je dormais des 11 ou 12 heures par nuit. J’avais de la difficulté à me lever le matin. Je ne comprenais pas parce que tout au long de l’été, j’étais énergique. J’ai revu mon médecin à l’hôpital et on m’a clairement dit que ça peut prendre de six mois à deux ans pour regagner l’énergie. Et comme j’ai combattu le cancer de janvier jusqu’à août, pour revenir sur ma planche comme avant, je n’ai pas eu tant de repos. Alors, mon corps m’a dit : "Max, c’est le temps de dormir." »

Aujourd’hui encore, Maxence Parrot admet que son titre au X Games l’a laissé dans un état second, même s’il est conscient que son exploit est bel et bien réel.

C’était un peu comme un rêve. Je rêvais de gagner la médaille d’or, déjà au mois d’avril ou mai, quand j’étais au huitième ou neuvième traitement de chimiothérapie, avec encore trois ou quatre autres à faire. C’était un but. Et je ne dis pas que j’ai accompli ça facilement, parce que ç’a été extrêmement dur. Mais après l’avoir accompli, c’est comme si je ne pouvais pas croire ce que j’avais réussi.

Maxence Parrot
Il montre sa médaille d'or des X Games d'Oslo.

Maxence Parrot

Photo : Associated Press / Fredrik Hagen

« Mais j’avais tellement travaillé fort pendant l’été qu’il fallait que je gagne, sinon je n’aurais pas été content d’avoir mis tous ces efforts-là sans pouvoir réussir. »

Retour sur les pentes enneigées

En meilleure forme, le quintuple champion des X Games a retrouvé sa planche en octobre avec un plaisir renouvelé, et il entrevoit la prochaine saison avec fébrilité.

« Je suis retourné faire du snowboard il y a deux semaines en Suisse et j’ai retrouvé la flamme, ajoute-t-il. Et j’ai très hâte de commencer ma saison à la mi-décembre. Mais d’ici là, je prends encore de petites vacances pour me ressourcer avant que la saison commence. »

Une saison qui s’annonce chargée contrairement à ses plans initiaux. L’athlète hyperactif qui avait chassé le naturel le voit revenir au galop.

« Mon but cette année, c’était de faire un peu moins de compétitions et d’aller filmer plus dans la poudreuse de l’Ouest canadien. Ce sera très amusant. Cependant, il y a beaucoup de compétitions importantes qui se sont ajoutées au calendrier. Donc, je vais quand même me retrouver à faire le même nombre de compétitions que l’année dernière », explique-t-il.

Ce sera donc davantage vers la fin de la saison, en mars et en avril, que Parrot fera des vidéos, au plus grand plaisir de ses admirateurs qui n’avaient plus de nouvelles images de lui depuis deux ans.

« J’avais un peu arrêté de faire des vidéos à l’approche des Jeux olympiques, raconte-t-il. Je voulais vraiment me concentrer sur mes performances et mon entraînement. Et comme les prochains Olympiques ne sont que dans un peu plus de deux ans, je me suis dit que c’était le temps de recommencer à faire des films. Quand j’étais en Suisse, quelqu’un tournait avec moi tous les jours et nous allons sortir une vidéo dès la semaine prochaine sur le web. J’en suis très enthousiasmé. »

(Avec les informations d'Alexandra Piché)

Ski et surf des neiges

Sports