•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La NCAA ouvre la porte à la rémunération de ses athlètes

Il est installé sur un mur.

Le logo de la NCAA

Photo : Getty Images / Christian Petersen

Radio-Canada

La NCAA, l'organisme de représentation du sport universitaire américain, a fait un premier pas mardi vers la possible rémunération de ses athlètes, quelques heures après que deux syndicats de joueurs eurent annoncé leur partenariat pour faire avancer ce dossier.

C'est par un vote unanime que le bureau des gouverneurs de la NCAA a décidé d'ouvrir la porte à la possibilité que les athlètes puissent « tirer bénéfice de leur nom et de leur image ».

Le vote a eu lieu dans une réunion à l'Université Emory, à Atlanta.

Dans un communiqué, le président du bureau des gouverneurs, Michael V. Drake, a dit que les membres ont réalisé qu'il devait « être ouvert au changement pour permettre aux athlètes universitaires de vivre la meilleure expérience possible ».

« Depuis quelques années, on sentait de plus en plus une grogne qui existait par rapport aux anciennes règles. Et la situation a beaucoup évolué ces dernières années quand on a vu des entraîneurs universitaires au basket, au football, toucher d’énormes salaires contrairement aux joueurs qui n’avaient même pas le droit d’avoir une paire de souliers gratuite ou d'accepter un café de la part d’un agent potentiel », explique l'agent québécois Sasha Ghavami, qui travaille principalement avec des joueurs de football.

Le règlement de la NCAA interdit pour le moment aux athlètes de recevoir toute rémunération outre leur bourse universitaire. Ce qui est de plus en plus contesté de la part de plusieurs joueurs vedettes, notamment LeBron James, qui milite pour une rétribution des jeunes joueurs.

Un blogueur ou une blogueuse qui est étudiant et qui en tire des revenus, le fait qu’il ne soit pas dans la NCCA, n’est pas régi par les mêmes règlements, mais un étudiant-athlète, sur son compte Instagram, certains ont plusieurs millions d’abonnés, ne peut pas accepter une publication commanditée de 200 $.

Sasha Ghavami, agent de joueurs

« On a vu des changements au basketball avec les agents, où les athlètes ont maintenant le droit d'avoir un agent pour préparer le repêchage sans perdre leur admissibilité », d'ajouter Ghavami.

Deux syndicats s'unissent

L'annonce d'un partenariat entre l'Association nationale des athlètes universitaires (NCPA) et le Syndicat des joueurs de la NFL (NFLPA) a forcé la NCAA à réagir.

« La NFLPA et la NCPA sont heureuses d'annoncer leur collaboration afin d'explorer les façons qu'auront les athlètes de tous les sports d'enfin recevoir une juste compensation pour l'utilisation de leur nom, de leur image et de leur modélisation » dans les jeux vidéo notamment, indique le communiqué commun des deux organismes.

Cette collaboration survient un mois après la décision historique du gouverneur de Californie Gavin Newsom d'autoriser les athlètes universitaires de son État de percevoir à compter de 2023 des droits d'images et de signer des contrats publicitaires.

« À ce jour, ce sont les établissements scolaires et la NCAA qui vendent les droits de licence et de diffusion des athlètes universitaires. Ces organisations en retirent tous les revenus qui sont le fruit du travail des athlètes, sans reconnaître que ces athlètes méritent leur juste part », arguent la NFLPA et la NCPA.

« Dans le cadre de ce nouveau partenariat, nous explorerons toutes les possibilités concernant les produits dérivés, les jeux vidéo et autres produits sous licence officielle. Nous examinerons également l'impact des revenus provenant de la télévision pour des raisons d'équité », ajoutent-ils.

« Nous sommes du bon côté de l'histoire, et nous invitons les partenaires commerciaux de la NCAA à se joindre à nous. Il est temps de prendre un nouveau départ, a expliqué le directeur de la NCPA, Ramogi Huma, lui-même un ancien joueur de football à UCLA.

« Les États-Unis devraient être un lieu où tous les citoyens peuvent bénéficier de la libre entreprise et où l'égalité des droits est garantie », a-t-il dit.

Pour la NCAA, d'autres frondes sont attendues. Dans le sillage du California Fair Pay Act voté à la fin septembre, d'autres États, dont la Floride et New York, songent légiférer à leur tour afin de permettre aux athlètes universitaires d'être rémunérés.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Sports