•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'impact de Laurent Ciman sur le Toronto FC dans les éliminatoires

Il bataille pour le ballon avec Yohan Croizet du Sporting Kansas City.

Laurent Ciman

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

La Presse canadienne

Le vétéran défenseur Laurent Ciman a répondu à l'appel du Toronto FC depuis le début des éliminatoires de la MLS.

Peu utilisé avant les séries, le Belge de 34 ans a pris la relève d'Omar Gonzalez, blessé, lors de victoires contre le D.C. United et le New York City FC.

« Deux matchs phénoménaux », a résumé l'entraîneur-chef Greg Vanney.

« Il a joué un rôle crucial pour nous lors de ces derniers matchs », a ajouté le milieu de terrain Jonathan Osorio.

La formation torontoise sera à Atlanta mercredi pour participer à la finale de l’Est face aux champions en titre, au stade Mercedes-Benz. Toronto affiche un dossier cumulatif de 0-1-2 dans la capitale de la Georgie.

La première saison de Ciman dans la Ville Reine a présenté plusieurs défis pour l'ancien porte-couleurs de l'Impact de Montréal. Son épouse Diana et ses deux enfants, âgés de 6 et 9 ans, sont demeurés à la résidence familiale de Montréal pendant que Ciman exerce son métier à Toronto.

Il espère que la famille sera réunie à Toronto s'il y est de retour l'an prochain.

« C'est trop difficile. Je ne vois pas mon fils, ma fille et ma femme tous les jours. C'est impossible pour moi. »

Sur le terrain, il a participé à 17 matchs, dont 14 comme titulaire. Toutefois, l'arrivée de Gonzalez en juillet a réduit le temps d'utilisation du Belge, qui n'a joué que pendant 117 minutes lors des 12 dernières rencontres du calendrier. De ce total, 90 ont été enregistrées dans un même match, contre le FC Cincinnati, le 7 septembre.

Voilà tout un contraste avec le début de la saison, il avait alors commencé 6 des d10 premiers matchs de l'équipe.

« Je suis honnête, j'aimerais jouer plus, a déclaré Ciman. Mais d'accord, c'est la décision du coach. Omar est arrivé, il joue avec Chris (Mavinga) et il joue bien. Peut-être pas mieux que moi, mais il est le choix du coach et je dois l'accepter. Et je travaille fort à l'entraînement et je suis prêt maintenant. »

Tout indique que Gonzalez sera rétabli de sa blessure à un ischiojambier à temps pour le match contre Atlanta, mais Ciman est prêt.

« Je me concentre sur Atlanta. Si (l'entraîneur) a besoin de moi, je suis là. »

Vanney a aimé ce qu'il a vu de Ciman depuis le début des matchs éliminatoires.

« C'est son expérience, son sang-froid avec le ballon. Je pense que son degré d'implication a été très élevé », a fait remarquer Vanney.

« S'il y a quelque chose à redire au sujet de Laurent, c'est le fait qu'il va perdre sa concentration, ici et là, et tenter le tout pour le tout lors d'un jeu en défense. Parfois, il réussit et c'est spectaculaire. Parfois, il échoue et ce n'est pas si bon, a ajouté Vanney. Mais pendant les éliminatoires, il a été très concentré et, du coup, très solide. Et vous pouvez voir ses qualités remonter à la surface. Après tout, vous ne pouvez pas porter les couleurs de l'équipe nationale belge à moins d'être un joueur spectaculaire. »

Vanney apprécie aussi l'attitude de Ciman.

« Il est doté d'une personnalité incroyable [...] très enjouée, et je pense que ça devient contagieux au sein de notre groupe. C'est quelque chose dont le groupe a besoin parfois, de pouvoir plaisanter, s'amuser, transformer en sorte de jeu une situation qui peut parfois être difficile. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !