•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le baseball majeur enquêtera sur les propos déplacés d'un dirigeant des Astros

Il se lève lors de la présentation d'un joueur des Astros.

Brandon Taubman (à droite) a présenté ses excuses par communiqué mardi.

Photo : Associated Press / Michael Ciaglo

Associated Press

Le directeur général adjoint des Astros de Houston s’est excusé, mardi, pour avoir utilisé un « langage inapproprié » après que Sports Illustrated eut rapporté qu’il avait défendu le releveur Roberto Osuna en criant en direction d’un groupe de journalistes féminines pendant des célébrations d’après-match.

Au nom de Brandon Taubman, les Astros ont publié un communiqué quelques heures avant le premier match de la Série mondiale, que l’équipe dispute aux Nationals de Washington. Les dirigeants du baseball majeur ont indiqué que les personnes concernées allaient être interrogées avant qu’ils émettent de plus amples commentaires.

Les commentaires de Taubman étaient en lien avec Osuna, qui a été suspendu pour 75 rencontres la saison dernière pour avoir contrevenu à la politique contre la violence conjugale du baseball majeur. Il appartenait alors aux Blue Jays de Toronto, qui l’ont échangé aux Astros avant la date limite.

Selon Sports Illustrated, Taubman a crié : « Heureusement que nous avons Osuna! » Il a fait cette remarque, ponctuée d’obscénités, de façon répétée.

Le magazine rapporte que l’une des journalistes portait un bracelet pour sensibiliser les gens aux problèmes de violence conjugale. L’incident s’est produit dans le vestiaire des Astros, à la suite de la victoire de ces derniers en série de championnat de l’Américaine contre les Yankees de New York, samedi, à Houston.

Lundi soir, après que Sports Illustrated eut publié l’histoire, les Astros l’ont qualifiée de « fallacieuse et de complètement irresponsable ». L’équipe a même ajouté que le magazine avait « fabriqué une histoire de toutes pièces là où il n’y en a pas » et que les commentaires de Taubman n’étaient pas dirigés vers les journalistes.

Taubman a avoué mardi être « profondément désolé et gêné ».

« Avec le recul, je réalise que mes commentaires n’étaient pas professionnels ni appropriés. Mon exubérance en défense d’un joueur a été mal interprétée comme une attitude rétrograde au sujet d’un important enjeu de société », a-t-il dit.

Par communiqué, le baseball majeur a déclaré que « tout intervenant du baseball doit s’assurer de ne pas avoir un comportement – intentionnel ou non – qui pourrait donner l’impression qu’il minimise les gestes de violence conjugale ».

« Les Astros contestent la façon dont Sports Illustrated a rapporté l’incident, poursuit le baseball majeur. Nous allons interroger tous ceux qui sont impliqués avant d’offrir de plus amples commentaires. »

Des procureurs canadiens ont abandonné les accusations de violence conjugale à l’endroit d’Osuna en septembre 2018. Osuna a accepté de ne pas contacter la présumée victime pendant un an et de suivre une thérapie. La poursuite a indiqué que la plaignante, qui réside au Mexique, a fait savoir qu’elle n’allait pas se rendre à Toronto pour témoigner contre Osuna.

Le baseballeur a été accusé d’agression en mai 2018. Les Blue Jays l’ont échangé deux mois plus tard.

Le propriétaire des Astros, Jim Crane, a aussi publié un communiqué pour rappeler que l’équipe donne des formations obligatoires à ses employés et qu’elle appuie sans réserve la politique et la position du baseball majeur contre la violence conjugale.

Baseball

Sports