•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des retrouvailles pour Émilie Heymans au Temple de la renommée olympique canadien

L'ancienne plongeuse olympique sourit à la caméra.

Émilie Heymans

Photo : Radio-Canada / Jean-François Vachon

Alexandre Coupal

Émilie Heymans fera son entrée au Temple de la renommée olympique canadien, mercredi à Toronto, avec d'autres athlètes qui ont marqué leur génération. Que représente cet honneur parmi tous ceux qu'elle a récoltés dans sa carrière? L'ancienne plongeuse en a parlé avec Radio-Canada Sports.

D’une belle sérénité et ponctuant l’entretien de plusieurs éclats de rire, Heymans raconte comment le Comité olympique canadien (COC) lui a fait l’annonce. Lorsqu’elle a été informée qu'elle recevrait un appel, elle n’avait aucune idée de ce dont il était question. Son père, lui, a tout de suite fait le lien et a vendu la mèche.

« C’est comme une autre étape. On essaie d’être des influenceurs pour les jeunes, de les motiver, de les inspirer et c’est un peu un autre levier pour leur rappeler ce qu’on a fait. Et si nous on l’a fait, eux sont capable aussi », répond-elle, sereine, pour exprimer ce que cet honneur représente.

Elle fera son entrée au Temple en compagnie de plusieurs athlètes de sa génération, dont un certain Alexandre Despatie.

Je trouve ça le fun parce qu’on a tellement des carrières similaires. Et d’être là encore ensemble, c’est vraiment drôle de pouvoir passer encore un moment comme ça avec lui.

Émilie Heymans

La cérémonie se fera sous le signe des retrouvailles puisque Heymans a côtoyé aux Jeux olympiques la plupart des athlètes qui seront intronisés avec elle. En plus d'Alexandre Despatie, il y aura la médaillée d’or en haltérophilie Christine Girard et le tout premier médaillé d'or de l'histoire du triathlon aux JO Simon Whitfield. Des gens qu’elle n’a pas vus souvent depuis sa retraite il y a huit ans.

« Ça va être un beau get together avec les anciens », lance-t-elle.

Les grands moments de la carrière d'Émilie Heymans :

  • Quatre médailles olympiques en quatre Jeux (l'argent au 10 m synchro avec Anne Montminy en 2000, l'argent au 10 m synchro avec Blythe Hartley en 2004, l'argent au 10 m en individuel en 2008, et le bronze au 3 m synchro avec Jennifer Abel en 2012)
  • Trois médailles aux Championnats du monde, dont l'or à la tour en 2003
  • Sept médailles, dont cinq d'or, aux Jeux panaméricains
  • Cinq médailles aux Jeux du Commonwealth

Toujours un pied dans le plongeon

Elle côtoie par contre encore le monde du plongeon puisqu’elle est représentante pour les athlètes de l’UANA, une organisation qui chapeaute le sport aquatique des Amériques. Elle était d'ailleurs sur place aux deux derniers Jeux panaméricains. À Lima, l’été dernier, elle a pu voir de près son ancienne coéquipière Jennifer Abel tout rafler sur son passage.

Je suis un peu mitigée. J’aimerais ça être là et y retourner. Et en même temps, je me dis: "Ah! mon Dieu, j’ai tellement plus l'énergie." [...] C’est une fois qu’on a pris notre retraite pendant longtemps qu’on réalise à quel point c’était beaucoup d’investissement, beaucoup d'effort.

Émilie Heymans

Il y a aussi son entreprise de maillots de bain qui la garde près du milieu. Le gros de sa clientèle se trouve dans les clubs aquatiques. Le moment de la cérémonie n'est pas idéal puisque c’est le moment le plus occupé de la saison. La visite à Toronto sera donc expéditive. Émilie Heymans prendra quand même le temps de profiter du séjour en famille, mais sans les enfants.

Ses deux filles sont encore un peu jeunes pour réaliser l’ampleur de ce type d’hommage. Surtout que maman n’est pas du genre à faire étalage de ses exploits.

« Mes médailles ne sont pas vraiment démontrées, je n’ai pas de trophée, je n’ai rien qui traîne qui démontre que j’ai récolté des honneurs. Peut-être que ça viendra plus tard avec les travaux d’école », explique Heymans dans un éclat de rire.

Depuis 1949, le Temple de la renommée olympique canadien reconnaît les athlètes, les entraîneurs et les bâtisseurs qui incarnent avec distinction les principes fondamentaux et les valeurs de l’Olympisme. En plus d’Émilie Heymans, d’Alexandre Despatie, de Christine Girard et de Simon Whitfield, le Temple accueillera cette année l'entraîneur de judo Hiroshi Nakamura, l’équipe de hockey féminin gagnante de l'or à Vancouver et celle de soccer féminin qui a gagné le bronze à Londres.

Plongeon

Sports