•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raines et les derniers Expos derrière les Nationals en pensant à Montréal

Les deux joueurs des Nationals de Washington portent les anciens uniformes bleu poudre des Expos de Montréal.

Le receveur Kurt Suzuki félicite releveur Matt Moore lors d'une victoire contre Kansas City en juillet dernier.

Photo : The Associated Press / Nick Wass

Radio-Canada

Tim Raines aura un petit penchant pour les Nationals de Washington, qui disputent contre les Astros à compter de mardi, à Houston, la première Série mondiale de l’histoire de l'organisation, jadis établie à Montréal.

Raines a été repêché par les Expos en 1977 et c’est avec la casquette de cette équipe qu’il est entré au Temple de la renommée du baseball à Cooperstown.

« Je suis content même si ce n’est pas Montréal. C’est quand même une partie de l'organisation de Montréal. Ils sont les Nationals, mais les Nationals n’auraient pas existé sans les Expos », mentionne-t-il.

« Donc, même si je n’ai jamais joué là-bas et que je n’ai jamais porté le logo des Nationals, c’est l'organisation des Expos qui a été déménagée ailleurs. »

Brad Wilkerson a frappé le dernier circuit de l’histoire des Expos et a été le dernier joueur à porter officiellement l’uniforme montréalais dans une série de matchs hors-concours au Japon à la fin de la saison 2004, la dernière des Expos.

Avec Jose Vidro et Brian Schneider, il a été l'un des rares joueurs repêchés et développés par les Expos à vivre le déménagement.

Le voltigeur, qui se tenait aux côtés de Claude Raymond lors du dernier match à Montréal, estime que les Nationals n’ont pas assimilé l’héritage des Expos quand ils se sont installés à Washington.

« Je crois que ça a incité beaucoup de Montréalais à ne pas devenir des partisans des Nationals de Washington, pense-t-il. De voir que l’histoire des Expos n’était pas reconnue a attristé beaucoup de Montréalais et d'amateurs de Montréal. »

Wilkerson sera du côté de Washington dans cette Série mondiale et il invite les partisans des Expos à faire de même, même s’il comprend le peu d’attachement des Montréalais envers les Nationals.

Trois fois membre de l’équipe d’étoiles dans l’uniforme des Expos, Jose Vidro a passé deux saisons à Washington avant d’être cédé aux Mariners de Seattle.

Comme Wilkerson, il encouragera les Nationals, en se rappelant d’où ils viennent.

« Présentement, c’est facile de faire partie des Nationals. Ils ont un stade neuf. Toute la ville va les voir, ils attirent près de trois millions de spectateurs par année », dit-il.

Nous avons vécu les plus dures années. Livan Hernandez, Brian Schneider, Wilkerson, tous ces gars qui se sont promenés d’une ville à l’autre, dans trois villes, avec Porto Rico. Nous avons trimé dur pour eux.

Jose Vidro, ancien joueur des Expos

L'histoire des Expos mise au rancart

Les Nationals sont repartis à zéro à leur arrivée à Washington. Les numéros retirés de Tim Raines, de Gary Carter, d'Andre Dawson et de Rusty Staub ne le sont pas restés, ce qui a irrité plusieurs supporteurs montréalais.

Perry Giannias est l'un de ceux-là. Il entretient la mémoire des Expos en ramenant d’anciens membres de l'équipe à Montréal dans des activités qu'il organise au profit d’œuvres de charité.

Giannias n’a pas digéré que les Nationals endossent l’uniforme montréalais cet été dans un match contre les Royals de Kansas City.

« Ils disent qu’ils nous honorent, mais tu te retrouves avec Yan Gomes qui porte le numéro 10 d'Andre Dawson. En quoi ça nous honore? Ou encore Carter Kieboom qui porte le numéro 8. Ils ne savent pas ce qu’est l’honneur », lance-t-il à regret.

Avec les informations de Associated Press

Baseball

Sports