•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Série mondiale promise aux Astros

Entouré de ses coéquipiers, Jose Altuve soulève le trophée sur un podium envahi par les confettis.

Jose Altuve et les Astros célèbrent leur victoire contre les Yankees de New York en série de championnat de la Ligue américaine de baseball.

Photo : The Associated Press / Matt Slocum

Jean St-Onge

En progression constante depuis trois ans, les Astros sont favoris pour remporter la Série mondiale qu'ils disputeront aux Nationals de Washington, à compter de mardi, à Houston.

Aucune équipe n'a été aussi largement favorite depuis les Red Sox de Boston contre les Rockies du Colorado en 2007. Boston avait balayé la série.

Champions en 2017, éliminés en série de championnat de l'Américaine l’an dernier, les Astros ont été la meilleure équipe des ligues majeures avec 107 victoires cette année.

Les Nationals, eux, sont venus de nulle part. Ils ont accédé aux éliminatoires en tant que meilleurs deuxièmes avec 93 victoires.

Après avoir perdu le meilleur joueur de l’histoire de l’équipe, Bryce Harper (si on considère que l’histoire de cette équipe commence en 2005 et qu’on oublie les années Expos), les Nationals ont connu un début de saison lamentable avec 19 victoires à leurs 50 premiers matchs. Mais à partir de ce moment, ils ont maintenu le même rythme que les Astros.

Après le 23 mai, jour où Washington s’est retrouvé à 12 matchs sous la moyenne de ,500, l'équipe a fini la saison avec 74 victoires contre 38 défaites.

Les Astros ont aussi gagné 74 rencontres et en ont perdu 37.

« The name of the game is pitching… »

En cette année où il s’est frappé plus de circuits (6776) que jamais auparavant, ce sont encore les lanceurs qui retiennent l’attention en vue de cette Série mondiale.

Les deux premiers partants de chaque équipe sont redoutables et bien malin celui qui peut prédire qui aura le meilleur.

Les Astros ont le duo Gerrit Cole-Justin Verlander. Les Nationals répliquent avec Max Scherzer-Steven Strasburg.

Cole connaît l'une des meilleures séquences de l’histoire du baseball. Le droitier des Astros n’a pas perdu depuis le 22 mai. Il a remporté ses 19 dernières décisions, dont ses trois départs en matchs éliminatoires.

Lors de ses trois gains en éliminatoires, il a limité les Rays et les Yankees à 10 coups sûrs en 22,2 manches. Il a retiré 32 frappeurs sur trois prises et n’a accordé qu’un petit point mérité.

Verlander n’a pas été mauvais non plus, même s’il n’a gagné qu’une fois en trois départs.

À Washington, Max Scherzer a été dominant depuis le début des matchs éliminatoires. Il n’a accordé que 9 coups sûrs en 20 manches.

Strasburg n’a donné que quatre points mérités en quatre rencontres.

Les groupes de releveurs des deux équipes ont été à la hauteur quand on a fait appel à eux, mais ni l'un ni l'autre ne se démarque de ce côté.

Altuve et les autres

Les Nationals sont mieux d’être prêts, car les Astros viennent d’éliminer les Yankees, sans avoir besoin d’une performance exceptionnelle de leur attaque.

Ils se tapent dans les mains.

Jose Altuve (no 27) et Yuli Gurriel (no 10)

Photo : Getty Images / Ronald Martinez

Le joueur par excellence de la série de championnat, Jose Altuve, a bien mérité son trophée en étant au cœur de l’action du début à la fin, et pas uniquement parce qu’il a frappé le circuit de la victoire.

Il a inscrit huit coups sûrs dans la série et a croisé le marbre six fois, des sommets pour une équipe qui a montré une faible moyenne de ,179.

Si George Springer, Alex Bregman et Yuli Gurriel se mettent à fonctionner à plein régime, les Nationals seront dans le pétrin.

À Washington, personne ne se démarque, mais tout le monde apporte sa contribution

La moyenne d’équipe en série de championnat a été de ,274 et sept joueurs ont fait marquer au moins deux points.

À argent égal

Certains se sont réjouis de voir les Yankees être de nouveau éliminés en série de championnat.

Les New-Yorkais et leur grosse masse salariale n’ont pas atteint la Série mondiale au cours de la dernière décennie (2010-2019), ce qui ne s’était pas vu en 100 ans (1900-1910).

On y retrouve plutôt deux équipes qui ont dépensé pratiquement le même montant pour mettre leur équipe sur le terrain en 2019, soit environ 168 millions de dollars.

La masse salariale moyenne des ligues majeures se situe autour de 137 millions.

Si les Astros tentent de gagner un deuxième championnat en trois ans, les Nationals espèrent donner une première Série mondiale à la capitale américaine, qui a retrouvé une équipe de son sport national en 2005, quand les ligues majeures ont quitté Montréal.

Baseball

Sports