•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout le Japon vit à l'heure du rugby avant le choc des quarts à la Coupe du monde

Elle salue le public de Yokohama.

L'équipe du Japon après sa victoire contre l'Écosse

Photo : Getty Images / WILLIAM WEST

AFP

Les Japonais affrontent dimanche l'Afrique du Sud en quarts de finale de la Coupe du monde de rugby, et tout le Japon se passionne pour ce match.

L'enthousiasme grandit au Japon, où l'équipe nationale, appelée Brave Blossoms, entraîne les médias et la population dans son sillage.

Même si le baseball occupe la une des pages consacrées au sport des principaux quotidiens du pays, le rugby se taille une portion inédite.

Vendredi, à 48 heures du match, plusieurs télévisions ont rediffusé des extraits de la victoire de 28-21 des Japonais sur les Écossais, et elles ont surtout ressorti des images du « Miracle de Brighton », la victoire du Japon sur l'Afrique du Sud (34-32) lors de la Coupe du monde de 2015 en Angleterre.

Il plonge au-delà de la ligne de l'en-but.

Kenki Fukuoka marque un essai face aux Écossais.

Photo : Getty Images / Stu Forster

La chanson Victory Road, entonnée par les joueurs réunis en un large cercle à la fin de l'entraînement, est très populaire et présente dans les médias.

Ils soulignent l'importance d'avoir une mêlée solide pour s'opposer aux Springboks, particulièrement bien armés dans ce domaine.

L'un des quotidiens les plus lus au Japon, Yomiuri (8 millions d'exemplaires), raconte à ses lecteurs moins au fait des subtilités du rugby comment les huit joueurs ajustent presque au centimètre près le positionnement de leurs têtes, bras, jambes...

Le rugby trouve également sa place dans les journaux économiques.

Kensuke Iwabuchi, ancien joueur et dirigeant de la Fédération japonaise, cité dans un article du quotidien Nikkei, indique que « les chances de victoire du Japon reposent sur la discipline et la patience ». La première pour ne pas offrir des pénalités à l'adversaire et la seconde pour s'opposer à la puissance physique des Sud-Africains.

M. Iwabuchi précise que si les Brave Blossoms ont eu du succès jusqu'à maintenant, c'est grâce au soutien des nombreux amateurs.

« Les encouragements des amateurs ont été très importants. Contre l'Écosse, ce n'était pas comme si on était 15 contre 15, mais 15 contre 70 015 », dit-il, soulignant que la plupart des matchs ont été joués à guichets fermés.

Ils marchent sur le terrain.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les joueurs japonais à l'entraînement

Photo : Getty Images / Cameron Spencer

D'ailleurs, trouver un billet pour le match de dimanche relève de la cause désespérée.

Depuis le début de la semaine, un attroupement se forme chaque fin de matinée à l'entrée du stade du Mémorial du Prince Chichibu, dans le quartier d'Aoyama, dans le centre de Tokyo, où les Brave Blossoms peaufinent leur préparation à huis clos.

Des affaires d'or

À moins de 100 mètres de là, la boutique de l'équipementier Canterbury ne désemplit pas.

Les amateurs font la queue à l'entrée du magasin pour acheter le maillot de leur équipe nationale, dont les prix vont de 58 à 120 $ CA selon les tailles.

Près de 200 000 répliques du maillot aux rayures rouges et blanches ont déjà été écoulées depuis le début du mondial, avait indiqué la semaine dernière un représentant de la marque Canterbury à l'AFP.

De son côté, l'Afrique du Sud ne veut pas penser à la revanche et « se prépare normalement », a assuré le capitaine des Sprinboks, Siya Kolisi, vendredi.

« C'est la phase éliminatoire maintenant. On gagne, on continue. On perd, c'est fini. On est dans cet état d'esprit depuis quelques semaines maintenant. On se prépare normalement », a dit le troisième ligne de 28 ans.

« On s'est mis la pression nous-mêmes. On sait quel match on joue. Si un joueur ne le sait pas, il ne mérite pas d'être là », a ajouté le joueur aux 43 titularisations.

Le souvenir de 2015

L'Afrique du Sud se souvient évidemment de cette défaite crève-cœur de 34-32.

« Évidemment, c'est resté dans un coin de notre tête, admet Siya Kolisi. C'est quelque chose qu'on ne veut plus jamais revivre.

« Le Japon est une bien meilleure équipe maintenant, donc c'était bien de les affronter avant la Coupe du monde. Ils se sont vraiment améliorés. On a tous hâte de relever le défi », a poursuivi Kolisi.

L'Afrique du Sud a gagné 41-7 en match préparatoire.

« Les deux équipes ont progressé depuis ce match. On s'en tient à ce qu'on sait faire. Rien ne change », a-t-il précisé.

Rugby

Sports