•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le clasico à Barcelone reporté à cause des manifestations indépendantistes

Ils se disputent le ballon.

Lionel Messi (à droite) et Nacho Fernandez se disputent le ballon durant le clasico de 2017.

Photo : Getty Images / OSCAR DEL POZO

AFP

Le clasico du 26 octobre entre le FC Barcelone et le Real Madrid à Barcelone est reporté à une date que doivent déterminer les deux équipes, en raison des troubles liés aux manifestations indépendantistes en Catalogne.

C'est ce qu'a annoncé vendredi la Fédération espagnole de soccer.

Les deux équipes « doivent se mettre d'accord sur la nouvelle date du match », ajoute la fédération dans un communiqué, fixant comme date limite (pour s'entendre) le lundi 21 octobre.

Faute d'accord entre les équipes à cette date, la fédération prendra elle-même la décision.

Mercredi, la Liga avait demandé à la fédération que le prochain clasico puisse se jouer à Madrid, « en raison de circonstances exceptionnelles au-delà de (son) contrôle ».

Selon la presse, les deux équipes ont refusé.

À cette date, les partis et associations indépendantistes, mobilisés depuis le début de la semaine contre la condamnation de dirigeants séparatistes, envisagent de convoquer une grande manifestation à Barcelone.

Cinq jours après les lourdes peines de prison infligées lundi à neuf dirigeants indépendantistes pour leur rôle dans la tentative de sécession en 2017, la situation reste très tendue en Catalogne, où la mobilisation séparatiste a été marquée par quatre nuits de violences.

Vendredi, jour de grève générale, des « marches de la liberté » parties de toute la région convergent à Barcelone pour une grande manifestation.

Selon le comité de compétition de la fédération espagnole, le Real Madrid a proposé de reprogrammer la rencontre le mercredi 18 décembre. Et le FC Barcelone a lui-même annoncé dans un communiqué qu'il proposerait cette même date aux instances, tout en regrettant le report du match.

« Le désir du club était de jouer le clasico au Camp Nou le 26, comme prévu, a écrit le FC Barcelone. Le club a une confiance absolue dans l'attitude civique et pacifique de ses amateurs-actionnaires, qui s'expriment toujours de manière exemplaire au Camp Nou. »

Il s'adresse aux médias.

Zinédine Zidane, entraîneur du Real Madrid

Photo : Reuters / Sergio Perez

De son côté, l'entraîneur du Real Madrid Zinédine Zidane s'est montré fataliste sur la question de ce report.

« Je sais qu'il y a beaucoup de débats, et c'est normal, mais voilà ma position : quand ce sera le moment, on jouera, à la date qui nous sera indiquée par l'autorité compétente », a-t-il dit en conférence de presse.

L'ancien international français a néanmoins déploré le contexte de ce report.

« Comme tout le monde, je n'aime pas la violence, personne n'aime ça, a-t-il affirmé. Il y a des images difficiles à voir, mais je ne rentre pas là-dedans. »

L'entraîneur catalan de Manchester City, Pep Guardiola, craint aussi la violence que suscite le débat.

« La Catalogne et l'Espagne ne se font pas confiance, a-t-il estimé lors d'un point presse vendredi. Un médiateur extérieur doit nous aider à nous asseoir et discuter. »

« Si le clasico est reporté, c'est qu'ils doivent craindre quelque chose, mais honnêtement je ne sais pas quoi », a affirmé M. Guardiola, ancien entraîneur du Barça.

Ce n'est pas la première fois que le clasico de la Liga est reporté pour des raisons politiques.

En 2010, un match qui devait se disputer le dimanche 28 novembre avait dû être décalé au lendemain pour raisons de sécurité, à cause de la tenue ce week-end-là d'élections régionales en Catalogne.

Le clasico a une place toute particulière dans le championnat espagnol, car comme son nom l'indique, c'est un duel devenu classique entre les deux équipes rivales, retransmis et suivi partout dans le monde.

Soccer

Sports