•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président de la FIFA veut mondialiser les sanctions pour les actes racistes

Il s'adresse aux médias pendant une conférence de presse à Miami, en marge d'une rencontre du conseil de la FIFA.

Gianni Infantino

Photo : Associated Press / Luis M. Alvarez

AFP

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, prend une position très ferme. Il veut que les auteurs d'actes racistes en cours de match soient traduits en justice et interdits de stade où qu'ils aillent dans le monde.

Lundi, le match de qualification pour l'Euro 2020 entre la Bulgarie et l'Angleterre à Sofia a été interrompu deux fois après des actes racistes visant des joueurs noirs de l'équipe anglaise.

« Cela (le racisme) existe malheureusement en 2019 », a reconnu Infantino lors d'une conférence de presse, à Dacca, jeudi.

« Si des actes racistes visent des joueurs, nous devons arrêter le match, a-t-il poursuivi. Nous ne pouvons pas laisser les personnes racistes gagner. Le football doit continuer, et nous devons punir ces personnes. »

Certains font le salut nazi.

Les gestes des amateurs bulgares

Photo : Getty Images / Catherine Ivill

Le président de la FIFA a assuré qu'il était désormais facile d'identifier les auteurs de ces actes grâce aux caméras dans les stades.

« Ils doivent être arrêtés, expulsés des stades, ne plus être autorisés à y rentrer et des procédures judiciaires doivent être lancées contre eux », a-t-il ajouté.

Si un pays bannit un spectateur pour cause de racisme, M. Infantino a assuré que la sanction « sera étendue partout dans le monde » par la FIFA.

Six spectateurs bulgares ont été arrêtés en marge du match Bulgarie-Angleterre et émaillé par des cris de singes et des saluts nazis. Trois autres sont recherchés.

Un Bulgare de 18 ans a été mis en examen, tandis que quatre autres amateurs ont été condamnés à une amende et interdits de stade pendant deux ans.

Gianni Infantino a condamné mardi les incidents et dénonce une « maladie qui semble s'aggraver dans certaines parties du monde ».

Il mise en priorité sur « l'éducation de nos jeunes, de nos enfants ainsi que de ceux qui sont un peu plus âgés » pour combattre le racisme.

La Bulgarie dans le collimateur

La commission de discipline de l'Union européenne de soccer, l'UEFA, examinera par ailleurs le 28 octobre le cas de la Bulgarie après le match face à l'Angleterre.

La décision de la commission de discipline sera prise le même jour et devrait être annoncée le jour même ou le lendemain.

Une procédure a été ouverte mardi pour « comportement raciste », en raison des « chants et saluts nazis », adressés par des amateurs bulgares dans le stade Vassil Levski.

La procédure concerne également « les lancers d'objets, les perturbations pendant l'hymne national et la diffusion des ralentis [des gestes disgracieux, NDLR] sur écran géant ».

Mardi, le président de la Fédération bulgare a donné sa démission, tandis que le gouvernement britannique a demandé à l'UEFA des « punitions fermes ».

Le président de l'UEFA, le Slovène Aleksander Ceferin, a assuré mardi que l'instance européenne était « déterminée à tout faire pour éliminer » le racisme du soccer, soulignant que ses sanctions étaient « parmi les plus sévères ».

Pour une fédération, la sanction « minimum » en cas d'acte raciste est un huis clos partiel ou total du stade.

Récemment, la commission de discipline de l'UEFA a ainsi condamné la Hongrie et la Roumanie à disputer un match à huis clos en raison de comportements racistes d'une partie des amateurs.

Soccer

Sports