•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une équipe canadienne de courte piste en transition

Elle parle au micro de Radio-Canada Sports.

Kim Boutin

Photo : Radio-Canada / Étienne Bruyère

Alexandre Coupal

Patinage de vitesse Canada a dévoilé l’identité des athlètes qui représenteront le pays aux deux premières Coupes du monde de courte piste à Salt Lake City et à Montréal.

Pour ce qui est de l’équipe masculine, de l’aveu même de Steven Dubois, il y a pas mal de nouveaux visages. C’est ainsi que se disputera cette nouvelle saison chez les hommes, alors que la transition se poursuivra chez les femmes.

En plus de Dubois, l’équipe masculine comptera sur le doyen des doyens Charles Hamelin, Pascal Dion, Cédrik Blais et les petits nouveaux Maxime Laoun et William Dandjinou.

De son côté, l'équipe féminine sera menée par Kim Boutin. La triple médaillée olympique sera accompagnée de Courtney Sarault, Alyson Charles, Danaé Blais et Claudia Gagnon qui ont toutes fait leurs débuts en Coupe du monde, en plus de la recrue Rikki Doak.

Prendre sa retraite a été une activité populaire cet été dans l'équipe canadienne avec les départs de Samuel Girard et de Charle Cournoyer. Et comme elle le confiait récemment à La Presse, l’idée est également passée par la tête de Kim Boutin.

Je sais que j’ai encore beaucoup d’expérience à prendre de mon sport. Je l’aime encore ce sport-là. J’ai hâte de courser.

Kim Boutin

Elle sera la vedette de cette équipe cette année, dont le point culminant sera les Championnats du monde en mars. Qui plus est, cette année marquera la fin du titre général, remis au meilleur patineur et à la meilleure patineuse au cumulatif de toutes les épreuves.

Après l’édition de 2020, les mondiaux ne décerneront de titres que sur chacune des distances. Une chance unique d’être le dernier ou la dernière à réaliser l’exploit. Boutin a terminé 3e du cumulatif l’an dernier.

« Je vais tout donner pour que ça se passe », a-t-elle dit à propos de son objectif ultime cette année.

À l’exception de Doak, toutes les autres filles étaient de l'équipe la saison dernière, à temps plein ou partiel, et Charles et Sarault en ont profité pour s’affirmer sur la scène internationale.

« C’est une deuxième année, on essaye de stabiliser certaines choses. C’est sûr qu’on est toujours dans l’inconnu avant la première Coupe du monde. Après, on verra où est-ce qu’on est rendu », a expliqué l’entraîneur Frédéric Blackburn.

Chez les hommes

Pour faire contrepoids aux quelques nouveaux visages, le plus familier, celui de Charles Hamelin, est toujours au poste et maintenant en santé. Une récente blessure à la cheville l’a empêché de prendre part aux Championnats canadiens en septembre, mais le vétéran assure que la guérison est complète, et qu'il ne reste que le test de la compétition.

« Non seulement l'entraînement va bien, mais notre nouvel entraîneur sait bien jauger qui a besoin de quoi entre les jeunes et le vétéran », dit Hamelin en faisant référence à Sébastien Cros, promu cet été.

Laoun et Dandjinou en seront à leur premier pas en Coupe du monde, tandis que Dion fera également figure de vétéran. Dubois et Blais pourront reprendre là où ils ont laissé l'an dernier à leur première saison complète sur le circuit mondial.

Une nouvelle compétition à la maison

Montréal accueillera les premiers Championnats des quatre continents de courte piste de l'ISU, du 10 au 12 janvier. L'événement rassemblera les meilleurs patineurs des Amériques, d’Asie, d’Afrique et de l’Océanie. Ce sera une autre occasion pour les membres de l’équipe canadienne de briller à la maison, en plus de la Coupe du monde du 8 au 10 novembre.

C’est honnêtement un avantage. Et que les amis et la famille soient là, c’est une motivation supplémentaire.

Alyson Charles

C’est aussi une conjoncture qui peut avoir des vertus pédagogiques.

« Patiner à Montréal, c’est toujours un stress plus élevé que quand tu vas ailleurs. Il y en a pour qui c’est un stress positif, d'autres qui doivent apprendre à gérer ça », a déclaré l'entraîneur Frédéric Blackburn.

Le coup d’envoi de la saison de Coupe du monde aura lieu le 1er novembre à Salt Lake City.

Patinage de vitesse

Sports