•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victor Mete à la gauche de Shea Weber par défaut

Ils sont dans la zone du Canadien.

Victor Mete pousse William Carrier des Golden Knights vers son partenaire en défense, Shea Weber.

Photo : Associated Press / Joe Buglewicz

Alexandre Gascon

Ce n’était plus un secret pour personne. Même Polichinelle n’en revendiquerait pas le titre. Mais que l’entraîneur le confirme de vive voix, c’est rarement arrivé.

Voire jamais.

Claude Julien a joué cartes sur table mercredi midi quand on lui a demandé si Victor Mete était réellement un partenaire approprié pour Shea Weber.

« Je travaille avec ce que j’ai », a-t-il répondu sans détour.

« Ça ne veut pas dire que je ne suis pas satisfait. [Mete] bouge bien la rondelle. Tu as eu la réponse à ta question de Marc (Bergevin). Je pense qu’on cherche un défenseur gaucher. Ça n’enlève rien à nos défenseurs, mais ça les positionnerait peut-être dans un meilleur poste. On leur en demande un peu plus en ce moment, comme on a demandé à Jeff Petry l’an dernier en l’absence de Shea Weber. Il en avait beaucoup sur son assiette. C’est la même chose pour certains joueurs tant et aussi longtemps qu’on n’a pas le défenseur gaucher numéro un », a expliqué Julien.

Les insuccès du tandem considéré comme le premier duo de l’équipe retiennent l’attention depuis le début de la saison, à plus forte raison depuis leur prestation face au Lightning de Tampa Bay mardi soir.

Pour la première fois, Julien a admis une forme d’impuissance quant à ses effectifs, lançant peut-être au passage un message à son directeur général qui a bien tenté d’embaucher Jake Gardiner l’été dernier.

Le débat est lancé. Mete nuit-il au capitaine qui doit sans cesse tenter de compenser son manque de robustesse et ses difficultés à sortir victorieux de ses batailles pour la possession de la rondelle ou bien Weber peine-t-il à maintenir la cadence de son jeune collègue et l’empêche de mettre à profit ses qualités de patineur?

Mete plafonne-t-il? Weber régresse-t-il? Un petit peu des deux?

Il patine devant son gardien.

Victor Mete

Photo : Getty Images / Claus Andersen

Le duo a beau transporter l’étiquette de premier tandem, dans les faits, Jeff Petry est devenu le premier défenseur de ce club, ne serait-ce qu’en raison de son temps d’utilisation, largement supérieur à celui de ses pairs.

Le numéro 26 et son partenaire, peu importe son identité – Brett Kulak depuis deux matchs en l’occurrence – forment le premier duo et se taillent la part du lion contre les meilleurs trios adverses.

Mardi, ils se sont chargés d’arrêter, avec beaucoup de succès, l’unité de Brayden Point, Nikita Kucherov et Steven Stamkos. Samedi dernier, ils avaient fait de même avec Brayden Schenn, Jaden Schwartz et Vladimir Tarasenko.

Déjà-vu

Il y a moins de deux ans, Marc Bergevin avait affronté les journalistes en plein cœur d’une saison cauchemardesque pour confirmer que, « dans un monde idéal », Jonathan Drouin ne jouerait pas au centre.

Déjà à cette époque, Julien était forcé de pallier les lacunes de sa bande avec des compositions créatives, tout en protégeant certains joueurs.

L’entraîneur est aux prises avec le même genre de problème à nouveau.

L’échantillon demeure mince après six matchs, mais n’en est pas moins inquiétant. Autant pour l’un que pour l’autre. Weber accorde plus de buts par tranches de 60 minutes de jeu que lors de ses trois premières campagnes à Montréal, tandis que la production offensive de Mete stagne depuis ses débuts professionnels en 2017-2018.

Pour un défenseur à caractère offensif, sa production est famélique. Bon, il n’a toujours pas marqué de but, mais il peine aussi à accumuler des passes.

Point(s) par tranches de 60 minutes de jeu à 5 contre 5 – Victor Mete :

2019-2020 : 0,56

2018-2019 : 0,62

2017-2018 : 0,55

Cette année, seul Cale Fleury en deux matchs est moins menaçant. L’an dernier, Mete a terminé 8e sur les 11 défenseurs de l’équipe devant Xavier Ouellet, Karl Alzner et David Schlemko.

À sa saison recrue, Jordie Benn et Joe Morrow produisaient avec plus de régularité et Jakub Jerabek, oui oui, à la même fréquence.

Voilà des signes inquiétants.

« On ne m’en demande pas beaucoup, a assuré Mete. Je ne fais que jouer. On a le même rôle qu’on a eu ces deux dernières saisons, peut-être plus la saison dernière que l’autre d’avant, mais je trouve qu’on joue notre jeu. »

« Parfois, il faut revenir aux bases au lieu de juste courir après la rondelle […] Mais on a été plutôt solides, surtout contre Saint Louis, même dans le dernier match. On a juste été coincés sur la glace pendant cette longue présence. Un peu malchanceux », a estimé le petit défenseur de 1,75 m (5 pi 9 po).

Choisissez votre camp. Mete montre ses limites ou Weber le ralentit? Ou le problème est-il encore plus grave? D’ordre structurel ou de système de jeu?

Toujours est-il que le statu quo offre des perspectives de croissance plutôt limitées pour le Canadien.

Fleury de retour, promotion pour Byron

Cale Fleury a d’abord confirmé que Claude Julien comptait l’utiliser contre le Wild jeudi soir avant que l’entraîneur parle de « grosses probabilités ».  

La recrue a disputé les deux premières rencontres de la saison, mais est relégué sur la passerelle de presse depuis.

« Dès que je vais me retrouver dans une formation, peu importe laquelle, je vais retrouver mon rythme. Les premières présences vont peut-être être difficiles », a admis le défenseur de 20 ans.

Pour sa part, Paul Byron aura vraisemblablement la chance de se faire valoir au sein du deuxième trio en compagnie de Max Domi et d’Artturi Lehkonen.

Il avait amorcé la rencontre contre le Lightning dans la quatrième unité avec Nick Suzuki et Nate Thompson.

Jordan Weal a fait le chemin inverse. Il prenait des répétitions en alternance avec Suzuki. Nate Thompson et Nick Cousins, qui attend encore son premier match avec le CH, étaient leurs partenaires.

Le Tricolore (2-2-2) dispute son prochain match jeudi à Montréal contre le Wild du Minnesota (1-5-0). La composition des trios et des duos de défenseurs sur lesquels s'appuiera Claude Julien devrait se préciser à l'entraînement matinal.

Hockey

Sports