•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Le deuxième camp d'entraînement des Alouettes

Il signale le jeu à venir pour son équipe en attaque.

Le quart-arrière des Alouettes Vernon Adams fils

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Jean St-Onge

BILLET - Les Alouettes ont maintenant un camp d’entraînement de trois semaines pour se préparer à un premier match éliminatoire en cinq ans. Et, d’après ce qu’on a vu samedi, ils ont encore plusieurs facettes de jeu à travailler.

Avec trois matchs à disputer, les Alouettes n'ont plus rien à gagner. Ils vont disputer un match éliminatoire à domicile le 10 novembre à 13 h. Et, à moins d'un tremblement de terre, ce sera contre les Eskimos d'Edmonton.

Samedi, les Alouettes n'ont pas joué comme l'équipe des dernières semaines qui semblait « en mission ».

Ce qui est le plus surprenant dans la défaite des Alouettes à Winnipeg, c’est qu’ils se sont inclinés par seulement 11 points.

Tout ce qui avait bien fonctionné pour Vernon Adams depuis le début de la saison lui a explosé au visage.

Cette fois, Eugene Lewis n’a pu réussir l’attrapé miraculeux quand Adams a lancé le ballon dans les doubles couvertures.

Contrairement à ce qui s'était passé depuis le début de la saison, la défense adverse a réussi ses interceptions quand le ballon était accessible.

Sur les quatre interceptions réussies contre Vernon Adams, deux ballons ont été lancés malgré la présence de trois joueurs des Bombers autour du receveur des Alouettes.

Adams domine la ligue depuis le début de la saison pour les jeux de passe de plus de 30 verges. Comme il l’a lui-même reconnu après le match, il a encore de la difficulté à se contenter de courts gains.

Avec près de sept minutes à jouer et un retard de deux touchés, il a tenté de rejoindre Jake Wieneke bien couvert dans la zone des buts.

Ce n’est qu’en regardant le jeu sur la tablette sur le banc qu’il a vu Félix Faubert-Lussier complètement seul à la ligne de 5. L’ancien du Rouge et Or aurait pu entrer dans la zone des buts en marchant à reculons…

Vernon Adams a aussi éprouvé des ennuis de concentration.

Crampe au cerveau!

Au deuxième quart, quand il a vu l'officiel jeter son mouchoir pour une pénalité, Adams a lancé le ballon au sol. L'ennui, c'est que le jeu n'était pas arrêté. Le quart des Alouettes a dû se lancer à la poursuite du ballon, qu'il a recouvré à sa ligne de 37... Une perte de 25 verges.

Une erreur qui a empêché les Alouettes de poursuivre l'incursion en territoire adverse au moment où ils étaient presque en position de placement.

Le rouleau compresseur de Winnipeg

Si Adams avait un mauvais match dans le corps, il n’était pas le seul.

La défense, qui avait pourtant trouvé des solutions pour contrer les Blue Bombers en deuxième demie à Montréal, n’a jamais pu contrôler l’attaque presque unidimensionnelle de Winnipeg.

Le quart des Bombers Chris Streveler n’a lancé que 25 passes, il en a complété seulement 15 et a été intercepté deux fois. Mais au sol, le monstre à deux têtes, constitué d’Andrew Harris et de Streveler, a été dévastateur.

À quelques occasions, le porteur de ballon Harris a reçu la remise du centre à la place de son quart. Il a quelquefois couru avec le ballon et il l’a aussi remis à Streveler occasionnellement.

En fin de compte, Harris a connu le meilleur match de sa carrière avec 166 verges en 24 courses et les Blue Bombers ont totalisé 240 verges de gains au sol, de loin la meilleure performance contre les Alouettes cette année.

La succession de Tony Washington

Pour remplacer Tony Washington, blessé pour le reste de la saison, les Alouettes ont amorcé le match avec Kennedy Estelle au poste de bloqueur à gauche. Mais c’est Chris Schleuger qui a fait le boulot à partir du quatrième quart.

La prestation d'Estelle n’a pas semblé mauvaise, mais comme les Alouettes n’ont pas parlé de blessure pendant le match, on peut présumer que les entraîneurs n’étaient pas satisfaits de son travail.

À moins que le colosse de 135 kg (297 lb) n'ait été épuisé après trois quarts, car il n’avait pas eu de départ depuis la saison 2016. Oui, vous avez bien lu.... depuis 2016, il y a trois ans!

Les Alouettes ont donc trois matchs pour trouver la meilleure combinaison pour protéger Vernon Adams.

La vente de l’équipe dans tout ça?

Avez-vous entendu parler de la vente de l’équipe récemment?

Pas moi.

Il y a bien eu quelques messages sur Twitter encore ce week-end où certains avancent que la conclusion de ce dossier est proche, mais rien d’autre.

Le dernier match à domicile des Alouettes aura lieu le 26 octobre. Il paraît que l’organisation montréalaise profitera de ce beau samedi après-midi pour donner un coup de chapeau à la famille Wettenhall.

Est-ce que ça coïnciderait avec la passation des pouvoirs?

Seuls les responsables de la Ligue le savent et ils ne m’en parlent pas. Un jour, peut-être…

Football

Sports