•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes au stade en Iran, une petite révolution en marche

Des femmes applaudissent leur équipe, dont elles portent les couleurs.

Entre 4000 et 5000 femmes ont pu assister au match Iran-Cambodge à Téhéran.

Photo : Getty Images / Amin M. Jamali

Robert Frosi

Journée historique en Iran. Entre 4000 et 5000 femmes ont été autorisées jeudi à assister à un match de l'équipe nationale de soccer à Téhéran, du jamais vu depuis la révolution islamique de 1979. Comment en est-on arrivé là?

Les chants et les cris de joie de femmes dans le stade de Téhéran entendus à l’occasion d’un match entre l’Iran et le Cambodge sont pour le moins inusités. Interdites d'accès depuis 40 ans, elles avaient jusqu'ici usé de subterfuges pour assister aux rencontres sportives en se déguisant en hommes, malgré les arrestations et les jugements sommaires. C'est un drame survenu au mois de septembre dernier qui a leur enfin ouvert les portes des stades.

« Il y a eu cette affaire d’immolation d’une jeune Iranienne qui avait été interpellée et menacée de six mois de prison, car elle avait été au stade déguisée en homme, explique le journaliste indépendant en Iran Shiavoz Ghazi. Cette immolation devant le tribunal de Téhéran a suscité une vague de colère et une mobilisation un peu partout dans le monde. La FIFA a dû intervenir et a même menacé de suspendre l’Iran de toutes compétitions internationales si les femmes étaient interdites de stade. »

Ce n'était pas la première fois que des femmes assistaient à un match de soccer en Iran. Les fois précédentes, elles avaient été sélectionnées par les autorités. C’est la première fois qu’on les a vues en si grand nombre et qu’elles ont pu acheter elles-mêmes leur billet.

Source: AFP

Même si les hommes iraniens ont accueilli favorablement cette ouverture, les milliers de femmes qui ont assisté au match qualificatif pour la prochaine Coupe du monde en 2022 entre l'Iran et le Cambodge avaient été confinées dans une partie du stade, à part des hommes. Malgré cela, on peut parler d'une journée historique pour les femmes iraniennes.

C’est une journée sans précédent. [...] C’est un début d’ouverture, c’est aussi un signe du changement de la société iranienne. Les femmes sont de plus en plus présentes dans la vie économique et sociale iranienne. Depuis plus de deux décennies, ce sont plus de 60 % des femmes qui entrent à l’université.

Shiavoz Ghazi, journaliste indépendant en Iran

Sarah Mofidi fait partie de la diaspora iranienne à Montréal. Arrivée en 2005,  elle est en contact permanent avec son pays d'origine. Pour elle, c’est une victoire importante pour le droit des femmes iraniennes.

« La plupart des femmes et des hommes autour de moi le voient comme une étape importante et une chose positive, soutient-elle. Les femmes iraniennes sont des femmes très fortes, très déterminées, persévérantes, qui n’ont jamais lâché leur lutte. Personnellement, je suis optimiste comme beaucoup de la diaspora qui m’entoure. Nous trouvons que c’est quand même une victoire.

Vous savez, les victoires dans les pays où les gouvernements sont dictatoriaux, ce sont toujours de petits pas. Il ne faut pas lâcher, ne pas abandonner, ne pas désespérer. C’est petit à petit que nous allons avoir le résultat désiré.

Sarah Mofidi

Les femmes iraniennes demeurent prudentes, même si la brèche ouverte aujourd'hui va leur permettre d'espérer des jours meilleurs.

Soccer

Sports