•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La progression rapide de Thomas Bolduc avec le Rouge et Or

Il retire son casque.

Thomas Bolduc

Photo : Rouge et Or de l'Université Laval / Mathieu Bélanger

Félix St-Aubin

Le programme de football du Rouge et Or compte sur un nouveau meneur offensif depuis la fin septembre. Fraîchement débarqué à l'Université Laval, le quart-arrière Thomas Bolduc a été nommé partant dès sa première saison dans les rangs universitaires. La recrue apprend vite et bien, parole du coordonnateur à l'attaque Justin Éthier.

Le football est bien ancré depuis nombre d'années dans la famille Bolduc. Le paternel André œuvre comme instructeur des porteurs de ballon avec les Alouettes, tandis que son fils Thomas est le nouveau visage de l'unité offensive du Rouge et Or.

« On voit qu'il a un bon background de football, il a été élevé là-dedans et y joue depuis qu'il a 5 ou 6 ans. Ça paraît, et à un certain point, on sent qu'il a du vécu dans ce sport », note Éthier.

Le ballon ovale est sans contredit le premier sujet abordé par André et Thomas Bolduc lorsqu'une discussion prend place entre les deux hommes.

On se téléphone pratiquement chaque soir pour parler de nos entraînements et de mon plan de match. Il me donne toujours des conseils ici et là, mais dans son rôle de père. Il essaie de me rassurer, de me rappeler la base, de protéger le ballon.

Thomas Bolduc, quart-arrière du Rouge et Or de l'Université Laval

« Il ne rentre pas en profondeur dans la préparation parce qu'il sait que je suis tellement bien entouré à l'Université Laval avec Justin [Éthier], Glen [Constantin] et Mathieu [Bertrand], qui nous préparent comme des professionnels », renchérit l'étudiant-athlète de 20 ans.

Thomas Bolduc s’est engagé dans le programme de football le plus titré à l’échelle canadienne il y a une dizaine de mois. Le départ d'Hugo Richard, désormais un membre des Alouettes, a ouvert la porte à un changement au poste de quart.

Double lauréat du titre de joueur par excellence de la Coupe Vanier (2016 et 2018), Richard a prodigué quelques conseils à son successeur plus tôt cette année au terme d'un match des Moineaux présenté au stade Percival-Molson.

« On a vraiment eu une belle discussion. Il m'a expliqué comment me préparer pour le camp d'entraînement, les choses à faire. Il m'a surtout dit d'écouter Justin à 100 %, d'exécuter exactement ce que lui il veut parce que c'est toujours la bonne chose. Il m'a vraiment donné de bons conseils d'après son expérience. »

Il tient le ballon dans ses mains.

Thomas Bolduc

Photo : Rouge et Or de l'Université Laval / Mathieu Bélanger

De remplaçant à partant

Le vétéran Samuel Chénard a d'abord obtenu les rênes de l'attaque pour entamer la saison, mais des performances couci-couça, dont un match à oublier au CEPSUM contre les Carabins, ont forcé l'entraîneur-chef Glen Constantin et sa garde rapprochée à repenser au plan initial.

La recrue a ainsi délogé Chénard, un pivot de cinquième et dernière année dans l'U Sports, pour être lancée dans la mêlée au cours d'une campagne où il devait apprendre les rudiments du football universitaire. Comme dit le proverbe, c'est en forgeant qu'on devient forgeron.

« C'est arrivé un peu plus vite qu'on l'avait prévu parce qu'il était prêt à attendre son tour avec les deux vétérans qui étaient devant lui. Et le temps d'apprendre le cahier de jeux aussi », mentionne André Bolduc.

« Il a une belle progression, il a bien fait ses trucs. On en parlait souvent, et l'information rentrait bien. Avec de bons entraîneurs aussi, comme Justin [Éthier] qui fait un gros travail là-bas, je pense que ça ira juste en s'améliorant parce qu'il ne connaît pas encore le cahier de jeux au complet. »

C'est certain que pour qu'il se retrouve actuellement dans cette situation-là, c'est que nous avons une très bonne satisfaction de ce qu'il a démontré depuis le camp d'entraînement [...] C'était très court comme période d'adaptation, d'évaluation, mais on a quand même été très impressionnés par un jeune qui avait beaucoup de choses à assimiler.

Justin Éthier, coordonnateur offensif du Rouge et Or de l'Université Laval

Constantin et Éthier se sont assurés de placer le jeune quart dans une bonne position. Ses deux premiers départs ont eu lieu dans le confort du stade Telus, contre les universités McGill et Concordia, et ont été espacés par une semaine de congés.

« On n'a pas beaucoup lancé le ballon [face à l'Université McGill], Justin Éthier voulait privilégier le jeu au sol pour m'enlever un peu de pression et ne pas trop m'en mettre sur les épaules. Pour le deuxième match, il me faisait confiance, il savait que j'étais plus à l'aise », dit Thomas Bolduc.

« Il a eu très peu de volume dans la semaine qui a précédé son premier départ, ce qui était un peu inquiétant, indique Éthier. Maintenant, on commence à être un peu plus rassurés avec deux semaines où il a eu un plus grand volume. Ça va continuer à augmenter. »

Il court avec le ballon.

Thomas Bolduc

Photo : Rouge et Or de l'Université Laval / Mathieu Bélanger

Une première distinction

Thomas Bolduc a en effet paru plus à l'aise dans la pochette protectrice dimanche dernier. L'ancien des Cougars du Collège Champlain de Lennoxville a non seulement décoché les trois premières passes de touché de sa carrière dans l'U Sports, il a fait preuve d'une grande précision (23 en 30) pour récolter 252 verges.

Ses statistiques lui ont d'ailleurs permis d'être élu joueur par excellence en attaque lors de la septième semaine d'activités dans le circuit universitaire québécois.

Il n'a jusqu'ici commis qu'un seul revirement en deux rencontres, soit un ballon perdu et non une interception, et a évité de subir le moindre sac du quart. Deux éléments qui font habituellement défaut pour une recrue.

Éthier se dit fort impressionné par « la force dans son bras, mais surtout le ballon qui sort très vite de ses mains ».

Le coordonnateur à l'attaque n'en est pas à une première expérience avec une recrue à titre de pivot partant. Rappelons qu'il a eu à former Hugo Richard plus tôt que tard en 2014 en raison de la saga entourant Alex Skinner.

Le principal concerné remarque pour sa part une progression en ce qui concerne ses lectures, de « trois à quatre » durant un seul et même jeu, dit-il. Une facette qui témoigne déjà d'une bonne maîtrise des schémas offensifs grâce à « la préparation mentale, ce qui fait toute la différence ».

Je ne ressens pas une énorme pression, mais c'est sûr qu'il y a le sentiment qu'il faut performer. On est vraiment bien encadrés. J'ai tellement une bonne ligne à l'attaque et de bons receveurs que, personnellement, ça m'enlève beaucoup de pression parce que j'ai juste à faire mon 1/12 et exécuter ce que Justin m'enseigne. Tout le reste se fait tout seul par la suite.

Thomas Bolduc, quart-arrière du Rouge et Or de l'Université Laval

Son baptême à l'étranger se déroulera samedi au stade Percival-Molson, avant la visite attendue des Carabins la semaine suivante, qui dictera fort probablement de l'endroit où sera disputée la Coupe Dunsmore plus tard en novembre.

« Chaque semaine, on se prépare en prévision d'un éventuel match contre les Carabins. C'est sûr que c'est toujours quelque part dans nos pensées, nos décisions, mais il faut se concentrer sur un match à la fois », promet Thomas Bolduc en attendant son premier choc avec l'Université de Montréal, le 20 octobre.

Football

Sports