•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Impact conclut en beauté contre les Red Bulls une saison décevante

Bojan Krkic célèbre son but en première mi-temps avec Orji Okwonkwo.

Photo : Reuters / USA TODAY USPW

Antoine Deshaies

C’était un match pour l’honneur. Visiblement, il en restait assez à l’Impact pour offrir un cadeau à ses partisans lors de la dernière journée de la saison. Ou était-ce un prix de consolation? Les 15 022 spectateurs ont quitté le stade Saputo avec le sourire.

Le onze montréalais s’est imposé 3-0 sur les Red Bulls de New York, une équipe qui avait pourtant tout à gagner. Avec une victoire, les New-Yorkais pouvaient s’assurer d’un match à domicile en éliminatoires.

« Aujourd’hui, nous pouvons dire au revoir de la bonne façon », a dit l'entraîneur Wilmer Cabrera après la rencontre.

L’Impact termine la campagne au 9e rang dans l’Est avec 41 points, 5 de moins qu’en 2018.

Pour ce dernier match de la saison, Cabrera aurait pu faire jouer ses jeunes joueurs. Il a plutôt offert une dernière audition à ses cadres devant le nouveau directeur sportif de l’équipe, Olivier Renard.

Plus que jamais, pour bien des titulaires, l’avenir se jouait dimanche.

L'Impact gagne son dernier match de la saison

Piatti, Krkic, Urruti, Taïder, Piette, Okwonkwo, Sagna et Fanni étaient tous du onze de départ, tout comme le gardien Clément Diop, fort efficace pour un troisième match de suite. Collectivement, l’équipe a joué l’un de ses matchs les plus aboutis de la saison.

Je dois vous dire que de la manière que nous avons joué les cinq derniers matchs était celle que je voulais, mais ç’a pris un moment pour nous, ce qui est normal. Si seulement nous avions pu jouer tous les matchs de la façon que nous avons joué les cinq derniers les deux contre Toronto, celui contre le Galaxy, Atlanta et New York…

Wilmer Cabrera, entraîneur de l'Impact

Rod Fanni a mené la défense des siens avec brio en couvrant énormément de terrain. New York a été limité à un seul tir cadré.

Orji Okwonkwo a été à l’origine du premier but du match à la 23e minute. Il a enlevé le ballon à un adversaire au centre du terrain et a décampé sur l’aile. À proximité de l’objectif, il a centré vers Bojan Krkic qui n’a eu qu’à rediriger le ballon dans le filet défendu par Luis Robles. 

Maxi Urruti a ensuite profité de la confusion de la défense new-yorkaise à la 37e minute pour réussir son quatrième but de la saison.

Maximiliano Urruti célèbre son but marqué contre les Red Bulls.

Maximiliano Urruti a touché la cible à quatre occasions durant le calendrier 2019.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Jukka Raitala est tombé dans la surface de réparation après un contact avec Michael Murillo que l’arbitre n’a pas sanctionné. Pendant que les visiteurs entamaient leur plaidoirie à l’officiel pour éviter une sanction, ils ont oublié le ballon. Pas Urutti. 

L’Impact a asséné le coup de grâce à la visite à la 62e minute. Saphir Taïder a centré dans la surface pour Orji Okwonkwo qui a redirigé le ballon de la poitrine en plongeant. Il a célébré sa huitième réussite de la saison avec son traditionnel saut périlleux arrière. 

Vraiment une performance renversante du Bleu-blanc-noir.

« C'était peut-être le meilleur match de la deuxième moitié de saison. On n'a pas accordé de but et on aurait pu en mettre plus que trois encore, a affirmé Taïder. On était meilleurs qu’eux. Mais une saison, ce n'est pas un ou deux matchs. On a laissé trop de points en route, à la maison notamment. À la fin, ça se joue sur peu. »

Des adieux ou des au revoir

Réalité de fin de saison oblige, certains joueurs ont enfilé le maillot bleu, blanc et noir pour la dernière fois. Lesquels? 

Le mystère reste entier au sujet de l'avenir d’Ignacio Piatti, le cœur et l’âme des dernières saisons. Il a été remplacé à la 82e minute par Shamit Shome sous les acclamations de la foule. Les partisans ont chanté son nom pendant de longues minutes. En fait, jusqu’à la fin du match. 

Il lève un pouce.

Ignacio Piatti salue la foule du stade Saputo après le match contre les Red Bulls de New York.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Clément Diop s’est même permis un sprint au centre du terrain pour faire l’accolade au capitaine. De sa loge, le propriétaire Joey Saputo a regardé, les bras croisés, le sourire énigmatique, Piatti sortir du terrain.

Piatti est le visage de l’équipe pour ce qu’il fait sur le terrain, mais aussi par son comportement. On sent le respect de la part de ses adversaires sur le terrain et c'est spécial. Je voulais donner l’occasion aux supporteurs, au club et à Nacho d’apprécier le moment. C’était beau.

Wilmer Cabrera, entraîneur de l'Impact

Après le match, Nacho a eu droit à une bascule improvisée de ses coéquipiers.

« Nacho a fait tellement pour le club. Si c’est son dernier, on l’a bien remercié. Tout le monde veut le revoir, a dit Samuel Piette. On n'a pas pris de chance, on s’est tous rassemblé autour de lui au cas où c'était son dernier match. »

Le défenseur Daniel Lovitz, lui, a regardé le match des gradins pour la première fois de la saison pendant que le jeune Ballou faisait partie de la formation des 18 joueurs, mais n’a pas eu le privilège de fouler le gazon.

Et Cabrera ne sait peut-être pas lui-même ce qui l’attend.

Au bout des 90 minutes, les joueurs et le personnel de l’Impact ont fait un tour d’honneur du terrain en distribuant des items souvenirs autographiés. Les plus chanceux ont pu mettre la main sur le maillot d’Ignacio Piatti. 

Diop s’est permis d’aller sonner la cloche du groupe 1642. Rod Fanni l’a imité, un enfant dans les bras. 

L’équipe fera son traditionnel bilan cette semaine, probablement mardi. D’ici là, les joueurs rencontreront le nouveau directeur sportif Olivier Renard. Pour ce dernier, la vraie saison commence. 

Soccer

Sports