•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Le retour inattendu des Alouettes

Le quart Vernon Adams saute dans les airs devant le secondeur Henoc Muamba après une victoire de 21-17 de Montréal contre Calgary.

Les Alouettes de Montréal célèbrent leur qualification pour les matchs éliminatoires.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Jean St-Onge

BILLET - Les Alouettes sont de retour en matchs éliminatoires pour la première fois en cinq ans. L'équipe a concrétisé sa place avec panache en balayant les champions de la Coupe Grey, les Stampeders de Calgary.

Aussi inattendue que spectaculaire, la remontée des Alouettes en 2019 ne pouvait arriver à un meilleur moment.

On s’inquiétait pour l’avenir de l’équipe montréalaise, mise en vente après quatre années de misère sur le terrain et une instabilité sans précédent.

En 5 saisons depuis leur dernier match éliminatoire, les Alouettes ont eu 6 entraîneurs-chefs et 13 quarts-arrière.

Quand ils sauteront sur le terrain en demi-finale de l'Est, le 10 novembre prochain, seuls John Bowman, Kristian Matte et Martin Bédard pourront dire qu’ils étaient là en 2014.

La situation de la vente n’est pas réglée, mais sur le terrain, c’est nettement plus encourageant.

« Ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini »

Oui, les Alouettes gagnent plus souvent, mais c’est la manière dont ils l'emportent qui les rend si sympathiques.

Ils appliquent mieux que quiconque la vieille maxime de Yogi Berra : « Ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini. »

Les sept derniers matchs se sont terminés avec un écart de moins d'un touché, et les Alouettes ont gagné cinq d'entre eux.

Les deux victoires contre Calgary et celle sur Winnipeg ont été particulièrement difficiles pour les partisans susceptibles aux palpitations cardiaques.

En Alberta, les Alouettes ont eu besoin d'un converti de deux points et d'un botté court pour marquer 11 points en moins de deux minutes et forcer la prolongation avant de l'emporter.

Lors du match contre Winnipeg, on a surtout parlé de la performance de l’attaque qui a inscrit 21 points au quatrième quart pour réaliser la plus grosse remontée de l’histoire de l’équipe.

Que dire de la défense qui a limité Winnipeg à 3 points après en avoir accordé 34 en première demie?

Samedi, contre Calgary, la défense a fait encore mieux en blanchissant les Stampeders dans les 30 dernières minutes.

Visiblement, le coordonnateur défensif Bob Slowik est capable d'apporter de bons ajustements.

Le quart des Stampeders Bo Levi Mitchell, qui a connu plusieurs grands matchs dans la LCF, venait de disputer la meilleure première demie de sa carrière avec 313 verges de passes.

La défense montréalaise a coupé le transport aérien de moitié en deuxième demie et n’a jamais permis aux Stampeders d’atteindre la zone rouge après la mi-temps.

Le passage de Mike Sherman à Montréal n’aura pas laissé un grand héritage, mais c’est lui qui est allé chercher Bob Slowik. Il faut croire que, ce jour-là, il a eu du flair.

Depuis le début de la saison, l’escadron montréalais a marqué 213 points en deuxième demie et en a accordé seulement 146.

L’an dernier, les Alouettes avaient eu l’idée un peu farfelue de vendre des billets pour la deuxième demie de leurs matchs. Peut-être que l’équipe de vente des Moineaux savait ce qui s’en venait…

Un quart et un entraîneur

Nul doute que l’émergence de Vernon Adams fils, précipitée par la blessure d’Antonio Pipkin dès le premier match, est le facteur le plus important de la résurrection des Alouettes.

Le jeune homme n’avait jamais eu de véritable chance au football canadien, même s’il avait déjà porté les couleurs de trois équipes, dont les Alouettes.

Même s’il a raté deux matchs complets en raison d’une commotion et d’une suspension, Adams se retrouve parmi les meneurs pour le nombre de verges (3159) et les passes de touché (15).

Il célèbre une victoire contre Winnipeg avec les bras en l'air devant les spectateurs.

Vernon Adams fils a profité de la blessure d'Antonio Pipkin pour s'établir comme partant.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Il est en voie de connaître statistiquement la meilleure saison pour un quart des Alouettes depuis Anthony Calvillo en 2012.

Au-delà des statistiques, son enthousiasme et son leadership font de lui l’élément-clé de la relance de l’équipe. Mais il ne faudrait pas oublier le travail des entraîneurs qui placent les joueurs dans des positions où ils peuvent avoir du succès.

Khari Jones s’est révélé être un véritable rassembleur dans des circonstances hors de l’ordinaire.

Ce ne doit pas être évident d’instaurer de la confiance dans une équipe qui perd ses deux premiers matchs, après des saisons de 13 et 15 revers.

Quand la foule s’en mêle

Même les spectateurs ont trouvé le moyen de collaborer aux succès des Alouettes.

Au quatrième quart samedi, la foule était tellement bruyante que les Stampeders ne s’entendaient plus et ont écopé d’une pénalité pour procédure illégale quand un joueur de ligne offensive a bougé trop rapidement.

Le bruit s’est amplifié lors des jeux suivants et s’est maintenu pendant que les officiels statuaient sur une demande de révision des Stampeders.

Et, quand l’annonceur maison a suggéré aux spectateurs d’allumer leurs téléphones cellulaires, le stade Percival-Molson avait des allures de spectacle de rock.

Si ça continue, les Alouettes vont devoir récupérer l’ancien slogan des Expos : « Le fun est dans l’stade! »

Football

Sports