•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stephen Bronfman veut construire un stade « vert » à Montréal

Il sourit.

Stephen Bronfman

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Jean-François Poirier

« Le timing est parfait, le site est parfait, c'est le temps. » Stephen Bronfman a offert un vibrant plaidoyer, jeudi soir, pour la construction d'un stade « vert » au centre-ville devant les commissaires de l'Office de consultation publique de Montréal.

L'homme d'affaires montréalais rentrait tout juste d'Oakland où il a assisté au match éliminatoire des Rays de Tampa Bay, l'équipe qu'il aimerait faire jouer dans ce nouveau stade d'ici cinq ans si le propriétaire de l'équipe floridienne Stuart Sternberg réussit à convaincre les autorités de la ville de St. Petersburg et du baseball majeur que ce projet de garde partagée est viable.

« C'est le bon endroit. Si la ville rejetait l'idée, ça serait très malheureux. Ça enverrait un signal que Montréal n'est pas si excité par le retour du baseball. Il faudrait tout repenser. On a regardé d'autres sites, mais ils étaient trop petits. J'ai dit au commissaire du baseball qu'il s'agissait de l'endroit idéal. Et le baseball majeur ne veut pas du stade olympique. Ce n'est pas un stade de baseball. »

Accompagné par Pierre Boivin, président de la société d'investissements Claridge, propriété de Stephen Bronfman, le promoteur du retour du baseball à Montréal n'est pas entré dans les détails de son projet de construction de stade. Il a surtout insisté sur ses bonnes intentions en matière environnementale et la fierté que les Montréalais pourraient retirer de la réalisation d'un tel projet commun.

Je suis un Montréalais passionné. C'est un projet innovateur, communautaire et écoresponsable qui nous rendra fiers.

Stephen Bronfman

« Le REM [Réseau express métropolitain] facilitera les services en commun. On ne veut pas de grands espaces de stationnement parce que ça crée des îlots de chaleur. On a l'occasion de construire un stade en revampant un secteur de la ville. Si c'est bien fait, ce sera bon pour 100 ans. »

L'objectif de cette consultation publique est de réfléchir sur la manière de mettre en valeur le secteur Bridge-Bonaventure. Les commissaires doivent entendre une quarantaine d'organismes, dont des citoyens, intéressés à participer à l'exercice. Ce dossier de construction de stade dans le secteur du bassin Peel est bien sûr au coeur des débats.

Questionné par les commissaires après son allocution d'une dizaine de minutes, Stephen Bronfman a admis que l'accès au site n'était pas l'idéal.

« Ce n'est pas parfait, mais le service REM fera comme le métro au stade olympique. L'automobile ne sera pas nécessaire avec une bonne coordination. J'imagine qu'il y a des gens d'affaires autour qui vont en profiter pour créer des places de stationnement. On n'a pas encore tout étudier. »

Un terrain à acheter

Le terrain convoité par le groupe Bronfman appartient à la Société immobilière du Canada qui étudie les offres. Afin de faciliter l'acquisition de ce terrain, Claridge a cherché à développer une alliance avec Devimco. Le président de cette compagnie québécoise de développement immobilier s'est exprimé devant les commissaires en après-midi.

« Ça fait plus de deux ans que nous sommes investis dans ce projet d'achat de terrains dans le secteur du bassin Peel, déclare Serge Goulet. Le groupe de Stephen Bronfman s'est manifesté en novembre. Ça a été un peu une surprise, mais une heureuse surprise. On a compris qu'il y avait un potentiel sérieux pour l'arrivée d'une équipe de baseball. Nous avions déjà envisagé des partenariats avec Claridge en investissements immobiliers. Ce sont des gens qu'on connaît bien. »

Serge Goulet a expliqué ce qu'il entendait faire pour développer le secteur Bridge-Bonaventure si on lui en donnait la chance. Sa priorité est de créer un milieu de vie attirant où les familles pourront profiter d'espaces verts. Devant les commissaires, il n'a jamais fait allusion à la construction d'un stade, mais ce projet semble réaliste à ses yeux.

« Si l'arrivée d'une équipe de baseball est confirmée, nous allons nous asseoir avec le groupe Bronfman. Ça nous intéresse. C'est l'entente que nous avons conclue. Il faudra respecter les exigences du baseball majeur, les attentes de mes partenaires financiers et celle du troisième joueur à la table, la ville de Montréal. Il faudra trouver une façon de développer intelligemment un projet de stade de baseball. »

Serge Goulet a l'intention de se comporter en chef de file pour que ce stade devienne un modèle d'écoresponsabilité.

Il faudra que ce soit le stade de baseball le plus vert qui ne s'est jamais fait aux États-Unis et en Amérique du Nord. On n'a pas le choix. L'époque où l'on construisait des immenses structures de béton est révolue.

Serge Goulet

« Messieurs Bronfman et Boivin veulent faire une vraie tentative de développement vert pour un stade de 30 000 sièges. Je pense que ça se fait. Ce bâtiment occuperait une superficie d'environ 400 000 pieds carrés. Il faut être plus intelligent et ne pas le construire tout seul dans son coin. Il faut qu'il fasse partie d'un projet de mixité et y intégrer d'autres fonctions. »

L'Office de consultation publique de Montréal remettra ses recommandations à la Ville de Montréal au début de l'année 2020.

« On a assez de temps, précise Serge Goulet. Avant que l'office de la consultation ne dépose son rapport, qu'un nouveau zonage soit mis sur la table. Il y a peut-être 18-24 mois devant nous. On a suffisamment de temps pour que l'équipe de Bronfman fasse toutes les tentatives. Je ne pense pas qu'il soit minuit moins cinq. »

La garde partagée

Mercredi, à Oakland, Stephen Bronfman a eu le bonheur de vivre la victoire des Rays assis parmi les amis et les familles des membres de l'organisation floridienne.

« Ça m'a donné des frissons. Ils étaient tellement contents. C'était une soirée magique. J'aimerais que les gens de Montréal puissent vivre ça comme dans le temps. »

Stephen Bronfman a bien sûr rencontré le propriétaire des Rays Stuart Sternberg. La présence de son partenaire québécois dans l'entourage des Rays a d'ailleurs créé un certain émoi. Des journalistes ont écrit que Sternberg avait invité Bronfman à un moment inopportun compte tenu de la situation précaire de l'équipe qui participait aux éliminatoires pour la première fois en six ans.

« C'est juste un mauvais choix de mots. On lui demandait pourquoi il n'avait pas aussi invité le maire de St. Petersburg. Je n'ai pas été invité, c'est nous qui avons demandé des billets à la dernière minute et ils nous ont rendu service. »

Cette rencontre a tout de même permis à Stephen Bronfman de s'informer de l'allure des négociations avec Rick Kriseman.

Le propriétaire des Rays a besoin de l'accord du maire de St. Petersburg pour enclencher officiellement le processus d'études de garde partagée entre Montréal et Tampa Bay.

Selon l'entente avec la ville, les Rays doivent jouer tous leurs matchs au Tropicana Field jusqu'en 2027.

Il n'y a pas d'accord, mais il espère que ça viendra après les éliminatoires. Nous pourrons alors travailler plus en profondeur le dossier. Stuart est convaincu que c'est la bonne façon d'agir. C'est un projet innovateur. Des équipes d'autres sports pourraient suivre notre exemple.

Stephen Bronfman

La route est encore longue avant qu'on arrive à une conclusion favorable.

« Après avoir reçu l'approbation de la ville, il nous faudra de 8 à 10 mois pour présenter notre dossier au baseball majeur. Nous aurons ensuite besoin d'une année pour faire les plans des deux stades, parce que les Rays doivent aussi en avoir un nouveau. Et deux années supplémentaires pour construire notre stade. Ça nous amène en 2023 ou 2024. La garde partagée demeure notre plan. On focusse là-dessus. Si ça ne marche pas, il faudra retourner à la planche à dessin. »

Est-ce que les Rays disposent de l'équipe pour gagner la Série mondiale?

« Oh boy! On ne sait jamais quelle équipe sera hot durant les séries. C'est une nouvelle saison », a lancé Stephen Bronfman avec un large sourire.

Il n'a pas dit s'il fera la demande à Stuart Sternberg pour assister à des matchs éliminatoires au Tropicana Field...

Les Rays ont attiré en moyenne 14 734 spectateurs par match en 2019. À ce chapitre, ils occupent le 29e rang parmi les 30 équipes du baseball majeur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Baseball

Sports