•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau partenariat pour le hockey féminin au pays

Un nouveau partenariat important pour le hockey féminin au pays

Photo : Radio-Canada

Hockey Canada a annoncé mercredi un nouveau partenariat de cinq ans avec l’entreprise BFL Canada.

Le président de BFL, Barry F. Lorenzetti, en a fait l’annonce dans le vestiaire de l’équipe féminine des Carabins de l’Université de Montréal. Le montant de l’entente n’a toutefois pas été révélé.

« C’est un montant assez élevé, c’est dans les millions, je peux vous le dire, a précisé M. Lorenzetti. Je voyais une opportunité vraiment intéressante pour nous, et je considère ça comme un investissement. »

BFL Canada devient donc le commanditaire en titre des camps d’entraînement, d’évaluation et de sélection de l’équipe canadienne féminine de hockey, de même que pour l’équipe de développement et l’équipe des moins de 18 ans.

Les dollars investis serviront notamment à augmenter le nombre de joueuses à ces camps. Cette année, par exemple, en l’absence d’une ligue professionnelle, Hockey Canada a prévu organiser sept camps de quatre jours avec ses meilleures joueuses.

Le premier se déroule d’ailleurs cette semaine à l’Université de Montréal.

« Si on prend la prochaine génération, cet argent-là va aider tout le monde, explique Danièle Sauvageau, qui a mené l’équipe canadienne à la médaille d’or olympique en 2002. Il y a un vide pour bien des joueuses à leur sortie de l’université, et ce genre de partenariat est un pas dans la bonne direction. »

L’entreprise BFL s’engage également à être partenaire de Hockey Canada pour les quatre prochains Championnats du monde de hockey féminin en plus d’investir dans un programme pour le développement des entraîneuses.

« Comme entrepreneur, j’ai toujours pris le parti du négligé, ajoute le président de BFL. Je crois au hockey féminin. Ce sont des femmes qui le méritent et qui offrent un grand spectacle sur la glace. Je n’ai rien contre les hommes entraîneurs, mais je pense qu’il devrait y avoir une plus grande place pour les femmes derrière le banc d’équipes professionnelles. »

L’ancienne joueuse Caroline Ouellette est aujourd’hui l’une des rares femmes à gagner sa vie comme entraîneuse de hockey au pays. Elle cumule les fonctions d’adjointe à l’Université Concordia et avec l’équipe canadienne.

« Les occasions pour les femmes d’entraîner ou de diriger sont assez rares, alors il faut les créer, explique Ouellette. Jusqu’à ce qu’on crée ces occasions-là, les meilleures joueuses du monde ne penseront pas qu’elles peuvent le faire. »

Pas d’argent pour la future ligue… pour l’instant

Barry F. Lorenzetti n’en est pas à sa première collaboration avec Hockey Canada. Il a déjà été président du conseil d’administration de la fédération. A-t-il songé à investir dans la création d’une nouvelle ligue professionnelle féminine?

« C’est un autre sujet, a-t-il répondu à Radio-Canada Sports. On est ici pour Hockey Canada aujourd’hui, mais il pourrait y avoir des nouvelles dans le futur. »

Chose certaine, Caroline Ouellette espère que Barry F. Lorenzetti en inspirera d'autres.

Il est l’un des premiers à aller de l’avant et j’espère que son geste va encourager d’autres gens d’affaires à le suivre. Je sais qu’il a une bonne relation avec Geoff Molson et, pour moi, le futur du hockey féminin à Montréal passe par une union avec le Canadien.

Caroline Ouellette

Caroline Ouellette, comme bien d’autres, mène ce combat depuis plus d’une décennie. Elle admet que c’est parfois fâchant.

« Je rêve du jour où les entraîneurs du Canadien et des Canadiennes pourront collaborer, ajoute-t-elle. Ça se fait au soccer en Europe, je ne vois pas pourquoi ça ne pourrait pas se faire ici. On peut coexister avec le Canadien sans se nuire. On doit développer notre marché, par exemple les familles qui n’ont pas les moyens d’aller voir jouer le CH. »

Et si Hockey Canada décidait aussi d’investir au-delà de ses structures? Par exemple, dans une future ligue féminine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports