•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cyclisme : Mads Pedersen champion du monde; Hugo Houle s'illustre

« On était tous complètement frigorifiés », a dit le Québécois Hugo Houle, forcé à l'abandon.

Le peloton roule sous la pluie.

Les cyclistes ont dû composer avec les caprices de Dame Nature.

Photo : La Presse canadienne / Manu Fernandez

Radio-Canada

Le Danois Mads Pedersen est devenu à 23 ans champion du monde de cyclisme, dimanche, à Harrogate, au terme d'une course très éprouvante et riche en coups de théâtre, sous la pluie. Les conditions climatiques difficiles ont forcé plus de 140 cyclistes à abandonner avant de rallier l'arrivée, dont tous les membres de l'équipe canadienne.

Pedersen a devancé au sprint l'Italien Matteo Trentin et le Suisse Stefan Küng. Le favori, le Néerlandais Mathieu van der Poel, a subi une brutale défaillance dans les 12 derniers kilomètres.

Les représentants de l’unifolié Michael Woods, Benjamin Perry, Hugo Houle, James Picoli, Guillaume Boivin et Antoine Duchesne ont tous renoncé avant la fin du parcours.

À 35 km de l’arrivée, Woods bataillait toujours dans le peloton, mais n’a pu résister.

Houle a fait briller le maillot rouge et blanc en se faufilant dans une échappée.

« Je suis très content de ma journée. L’échappée est partie très, très vite. Je pensais qu’elle pourrait aller plus loin avec la météo. Ce n’était pas le plan, mais quand j’ai vu la qualité des coureurs devant et la course était très, très active, j’ai décidé de me lancer. On ne sait jamais, il y aurait pu avoir des chutes ou autres. Il fallait l’essayer. Je suis content de mes sensations, la forme était bonne », a-t-il expliqué.

Peu après 145 km de course, l’échappée a été rattrapée par le peloton et Houle a été largué. Gêné par le froid, il a décidé de mettre fin à sa journée de travail.

« J’avais dépensé beaucoup d’énergie pour être devant et après au niveau de circuit ça allait trop vite. C’était difficile de suivre. Quand on n’était plus dans le groupe de tête, la question ne se posait pas. On était tous complètement frigorifiés. Pratiquement tout le monde arrêtait dès qu’ils se faisaient distancer », a-t-il dit.

Sur 195 coureurs inscrits, seulement 46 ont terminé l'épreuve. « C’était une journée difficile pour tout le monde, je pense », a ajouté Houle, dont la saison sera prolongée de deux semaines pour participer à des courses en Italie avec Astana.

Les abandons, au fil des tours, se sont multipliés durant cette course de 261 kilomètres. À commencer par celui du Belge Philippe Gilbert, qui a chuté à 125 kilomètres du terme. Le champion du monde de 2012 a reçu l'aide de son cadet Remco Evenepoel, mais n'a pu revenir sur le peloton.

L'Espagnol Alejandro Valverde, tenant du titre, a lui aussi renoncé prématurément à plus de 80 kilomètres de la fin. « C'était fou! », s'est exclamé le doyen des engagés, à 39 ans, après son abandon.

Pedersen, un jeune coureur au gabarit taillé pour les classiques flamandes (1,79 m pour 74 kg), n'a encore jamais participé au Tour de France. Avant son succès, il comptait 11 victoires à son palmarès, mais son principal titre de gloire était la deuxième place acquise en 2018 dans le Tour des Flandres.

La pluie, longtemps omniprésente, a perturbé la compétition. Le parcours a été raccourci d'une vingtaine de kilomètres, avec deux côtes en moins dans la première partie, la zone pour les partisans transformée en bourbier près de l'arrivée a été fermée et la retransmission TV a été réduite (pas d'images aériennes avant la dernière heure, pas d'images moto pendant une heure et demie).

Le Colombien Nairo Quintana, l'Italien Diego Ulissi, de même que les plus récents gagnants de la Vuelta, le Slovène Primoz Roglic, et du Giro, l'Équatorien Richard Carapaz, ont également renoncé durant la course.

Avec les informations de Agence France-Presse

Cyclisme

Sports