•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Libérée par Bobsleigh Canada, Kaillie Humphries pourra représenter les États-Unis

La Canadienne salue la foule après avoir reçu sa médaille d'or aux Jeux olympiques de Sotchi, en 2014.

Kaillie Humphries

Photo : Getty Images / AFP/Loïc Venance

Radio-Canada

Dans une lettre publiée samedi soir, Bobsleigh Canada Skeleton annonce avoir accepté la demande de libération de la double championne olympique Kaillie Humphries, qui souhaite représenter les États-Unis sur la scène internationale.

Humphries avait jusqu'à lundi pour obtenir sa libération afin de pouvoir participer à la saison 2019-2020 de bobsleigh aux couleurs des États-Unis.

« Ce n'était pas une décision facile ni une décision que nous avons pris à la légère. Avec tous les acteurs concernés, nous avons scrupuleusement soupesé tous les facteurs essentiels de cette décision complexe et importante de libérer une athlète ayant un potentiel d'être médaillée au profit d'un de nos rivaux », écrit le conseil d'administration de Bobsleigh Canada Skeleton dans sa lettre.

L'athlète de 34 ans avait déjà fait savoir qu'elle ne représentera pas le Canada en compétition tant que l'administration actuelle de la fédération resterait en poste.

Relation en fin de course

Vendredi, Humphries avait demandé au Centre de règlement des différends sportifs du Canada (CRDSC), un organisme indépendant (financé par Sport Canada) qui a pour mission de fournir à la communauté du sport un service de règlement extrajudiciaire des différends sportifs, de lui permettre d'aller représenter les États-Unis.

L'athlète poursuivait également Bobsleigh Canada Skeleton pour 45 millions de dollars en raison de son refus de la libérer et pour l'abus de confiance athlète-entraîneur. Ses représentants allèguent qu’en permettant les abus de l'entraîneur Todd Hays, Bobsleigh Canada Skeleton s'est placée en situation de bris de contrat.

Selon CBC, Humphries abandonnerait sa poursuite lundi à la suite de sa libération par la fédération.

« Nous sommes convaincus que cette libération ne serait pas survenue si Kaillie n'avait pas été obligé de poursuivre Bobsleigh Canada, a affirmé l'avocat de la bobeuse, Jeffrey Rath. Nous sommes reconnaissants qu'au bout du compte la fédération a accordé à contrecœur sa libération. »

La fédération canadienne avait révélé le 16 septembre qu’une enquête indépendante n’avait pas trouvé de preuve suffisante contre l’entraîneur Todd Hays et Bobsleigh Canada pour établir que Kaillie Humphries a été victime de harcèlement.

Le lendemain, une juge albertaine de Calgary avait rejeté sa requête pour forcer Bobsleigh Canada Skeleton à la libérer. À ce moment, la fédération avait indiqué qu'elle était toujours intéressée à voir Humphries concourir pour le Canada.

Dans sa lettre de libération publiée samedi, le conseil d'administration de Bobsleigh Canada Skeleton affirme que les athlètes et les entraîneurs membres de son organisation prennent « une grande fierté dans leur travail et continuent de créer une culture positive et juste pour tous dans le programme national, se mettant au défi, de manière constructive, pour devenir meilleurs ».

« Ces athlètes et entraîneurs méritent d'avoir l'occasion de se concentrer sur la poursuite de l'excellence », ajoute le conseil d'administration.

Un ajout de taille pour l'équipe américaine

Double championne olympique (2010, 2014), médaillée de bronze à Pyeongchang et double championne du monde, Kaillie Humphries a été nommée porte-drapeau de l'équipe canadienne avec sa freineuse Heather Moyse lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Sotchi.

Melissa Lotholz

Melissa Lotholz (à gauche) avec Kaillie Humphries (à droite) le 17 novembre 2017, à la Coupe du monde de Park City (Photo: Getty Images/Alex Goodlett)

Photo : Radio-Canada

Humphries a pris une saison sabbatique en 2018-2019 sur le circuit de la Coupe du monde. Elle attendait depuis plus d’un an que Bobsleigh Canada Skeleton achève son enquête interne sur ses allégations.

Elle pourra représenter les États-Unis, puisqu'elle s'est mariée en septembre dernier avec l'ancien freineur américain Travis Armbruster, avait affirmé son avocat Jeffrey Rath.

La Fédération américaine de bobsleigh s'est par ailleurs dit « honorée par son désir de continuer sa carrière avec les États-Unis », dans un communiqué publié après sa libération.

Son arrivée sera un ajout important pour la fédération américaine.

Son programme féminin, l'un des meilleurs du monde depuis près de 20 ans, a perdu la pilote Jamie Greubel Poser, qui a pris sa retraite en 2018.

Les États-Unis n'ont pas connu autant de succès l'hiver dernier, avec sept podiums, dont deux victoires en Coupe du monde en bob biplace, toutes avec Elana Meyers-Taylor comme pilote.

Sans Humphries, le Canada n'a pour sa part obtenu que deux podiums la saison dernière.

Bobsleigh et skeleton

Sports