•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Auston Matthews regrette d'être devenu une distraction pour ses coéquipiers des Leafs

Un joueur avec une casquette répond aux questions.

Auston Matthews en mêlée de presse le 12 septembre à Toronto

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Alexandre Gascon

TORONTO – La nouvelle configuration de l’avantage numérique, la forme de William Nylander et la progression de Rasmus Sandin, sujets à la mode à Toronto, étaient complètement occultés mercredi matin lors d’un entraînement des Maple Leafs qui n’avait rien de routinier.

À la suite d'accusations rendues publiques mardi, Auston Matthews s’est présenté devant les journalistes et a déclaré « regretter toute action pouvant causer une distraction à l’équipe ou de la souffrance à quiconque ».

Devant une horde de journalistes, même selon les standards démesurés torontois, la vedette des Maple Leafs a déballé un commentaire d’une quarantaine de secondes en lien avec la plainte déposée par une agente de sécurité de Scottsdale, en Arizona, l’accusant d’avoir troublé l’ordre public en mai dernier.

L’agente en question, Fayola Dozithee, affirme que Matthews et quelques comparses imbibés d’alcool ont tenté de forcer la porte de sa voiture à 2 h. Le centre des Leafs a par la suite baissé son pantalon et s’est agrippé les fesses, selon le rapport de police.

Mercredi, Matthews n’a donné aucun détail sur les événements qui lui sont reprochés, ne les a ni confirmés ni infirmés, pas plus qu’il n’a répondu aux questions de la bonne vingtaine de scribes présents à l’entraînement matinal des Leafs.

Ses coéquipiers l’ont donc fait à sa place.

Alors, cette triste histoire est-elle une distraction pour l’équipe, M. John Tavares?

« Eh bien, il y a pas mal de monde ici ce matin », a répondu le numéro 91.

Joueurs et entraîneur ont assuré avoir appris la nouvelle en même temps que le commun des mortels, mardi soir.

Selon Tavares, Matthews a préféré rencontrer plusieurs joueurs de façon individuelle plutôt que de s’adresser à la cantonade.

« Nous savons tous à quel point Auston est une bonne personne et un bon coéquipier. Il ne veut pas causer de souffrance à quiconque. Il représente très bien cette équipe […] Nous le soutenons et croyons en lui à 100 % », a lancé l’ancien capitaine des Islanders.

« Nous comprenons que ces accusations sont sérieuses. On ne prend pas ça à la légère et lui non plus », a ajouté le défenseur Morgan Rielly, lui-même au cœur d’une controverse l’hiver dernier.

Le 11 mars, des micros de télévision avaient capté ce qui ressemblait à une insulte homophobe lancée par Rielly à un arbitre. Après une brève enquête, la Ligue nationale avait blanchi l’as défenseur des Leafs.

« Ça peut être difficile. Quand je suis passé par quelque chose du genre, j’essayais seulement de ne pas trop lire là-dessus. Nous connaissons Auston, le genre de personne qu’il est, la façon dont il agit au quotidien. Ça ne change rien pour nous. Nous sommes là pour le soutenir et il gérera ça au fur et à mesure », a expliqué Rielly.

L’entraîneur Mike Babcock, quant à lui, s’est dit déçu de la situation.

« En tant que membre des Maple Leafs de Toronto, on tire de la fierté de faire les choses de la bonne façon et de bien traiter les gens sur la glace et hors glace. C’est malheureux. »

Auston Matthews

Auston Matthews

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

De la graine de capitaine?

Pour l’instant, la seule conséquence visible de cette histoire est le titre d’adjoint au capitaine qu'on a retiré, momentanément du moins, du chandail du numéro 34 des Leafs.

Le débat sur l’identité du prochain meneur d’hommes fait rage à Toronto depuis des mois et de nombreux observateurs s’attendaient à ce que Matthews l’obtienne incessamment.

Mercredi soir, Jake Muzzin aura un A sur son maillot en appui aux deux autres adjoints, Tavares et Rielly.

Si ces faits s’avèrent, Tavares ne croit pas qu’ils disqualifieraient Matthews de la course pour autant.

« C’est facile de juger et de faire des présomptions, mais on va laisser le procédé suivre son cours. Depuis que je suis ici, il est un meneur, il parle aux gars et prend soin du groupe. Nous avons une confiance aveugle en lui et en ce qu’il apporte dans ce vestiaire », a lancé le premier choix de l’encan 2009.

« Il a été un meneur depuis le premier jour où il est arrivé dans cette chambre », a enchaîné Rielly.

Certains collègues, toutefois, ont émis des réserves quant à sa capacité à mener cette équipe. L’un d’entre eux a même avancé que Tavares pourrait bien être le prochain capitaine puisqu’il a été le premier à braver les micros après la déclaration de l’accusé.

Contrairement à lundi, Babcock enverra sa formation tout étoile sur la glace de l’aréna Scotiabank.

Matthews aura alors l’occasion de se changer les idées et de laisser les échos en provenance de Scottsdale derrière lui…pendant deux ou trois heures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports