•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De Grasse c. Coleman : un 100 m qui promet aux mondiaux d'athlétisme

Deux coureurs côte à côte en plein effort

Andre De Grasse et Christian Coleman

Photo : Getty Images / AFP/Michal Cizwek

Radio-Canada

Quand Andre De Grasse a vu Christian Coleman bondir des blocs et se donner une avance de 2 mètres sur Usain Bolt à mi-chemin de la finale du 100 m des Championnats du monde à Londres, en 2017, la scène a fait son effet.

Le sprinteur canadien, triple médaillé olympique en 2016, avait dû déclarer forfait pour cette compétition en raison d'une blessure au tendon droit subie à l'entraînement.

« Je ne veux pas céder 3 ou 4 mètres lors des 30 ou 40 premiers, explique De Grasse en parlant des mondiaux à Doha, au Qatar, où Coleman et lui ont rendez-vous dans un duel sans merci au 100 m. Les deux ne se sont pas affrontés depuis les demi-finales de la NCAA en 2015. 

Je veux être partie prenante, tenir ma forme et terminer en force.

Andre De Grasse

De Grasse respire la confiance après avoir réalisé son meilleur temps de la saison, 9,97 s, à Berlin, le 1er septembre.

« Toute l’année, j’ai eu de la difficulté avec mes départs, mais je suis bien sorti des blocs à Berlin et j’ai pu maintenir ma vitesse », dit-il.

Il affrontera un Coleman bien reposé, qui n’a pas couru le 100 m depuis sa victoire en 9,99 s à la fin du mois de juillet aux Championnats américains. Un mois plus tard, il a été accusé d’avoir possiblement contrevenu à un règlement antidopage pour avoir rempli incorrectement un formulaire sur ses allées et venues. En raison d’un détail technique, l’Agence américaine antidopage l'a blanchi.

De Grasse et Coleman ont eu quelques rendez-vous ratés au 100 m. La seule fois où ils se sont affrontés, aux Championnats de la NCAA en 2015, De Grasse, qui représentait l’Université Southern California, a gagné les 100 et 200 m. Coleman, qui était en première année à l’Université du Tennessee, avait été incapable de se qualifier pour la finale du 100 m.

Le jeune Américain de 23 ans originaire d’Atlanta a fait d’énormes progrès depuis, s’adjugeant les 100 et 200 m des Championnats de la NCAA en 2017, en plus de récolter des médailles d’argent dans ces deux épreuves plus tard cette année-là aux Championnats américains. En 2019, il détient le meilleur temps de la saison sur 100 m : un chrono de 9,81 s réalisé à la Classique Prefontaine, étape de la Diamond League, le 30 juin.

Par contre, De Grasse semble avoir le numéro de Coleman. Il l'a battu plus tôt cette saison au 200 m en le doublant dans les 10 derniers mètres de la rencontre d'Ostrava, en République tchèque.

Un nouveau style de vie

Andre De Grasse est devenu une énorme vedette en 2016, après avoir remporté trois médailles aux Jeux de Rio. Cette séquence survenait après un accord de commandite de plusieurs saisons, d’une valeur de 11,25 millions de dollars américains, conclue avec l'équipementier Puma l’année précédente.

Il sortait beaucoup, dormait peu, et ses habitudes alimentaires en ont souffert. Trop souvent, les repas pris sur la route, en voyage pour les compétitions, étaient commandés au service à l’auto, apanage des chaînes de restauration rapides.

Avec une baisse du niveau de forme physique sont apparues les blessures, y compris celle au tendon droit qui lui a fait rater les derniers mondiaux, en 2017, à Londres. Sa saison 2018 a pris fin lorsqu’il s’est blessé à nouveau au tendon aux Championnats canadiens.

« Je devais changer, confie De Grasse. Je tenais probablement beaucoup de choses pour acquises, mais c’était devenu mon travail. Je ne pouvais pas me laisser aller et je ne voulais certainement pas me blesser à répétition. Je devais m'occuper davantage de ma santé. »

Aujourd’hui, il prépare lui-même ses repas, ou sa copine Nia Ali, ou encore sa mère lorsqu’elle le visite.

Il est assis dans un train.

Andre De Grasse

Photo : La Presse canadienne / Lori Ewing

Le sprinteur de 24 ans pense maintenant établir de nouveaux sommets personnels à Doha, où il essaiera de profiter de son erre d’aller après son 100 m en 9,97 s en septembre.

L’ancien détenteur du record mondial Donavan Bailey croit qu'il a le potentiel pour se retrouver sur le podium et même l’emporter.

Il a été très constant au départ récemment… J’aime sa confiance et où il est en ce moment.

Donovan Bailey, analyste en athlétisme

Et au sujet de Christian Coleman, qui effectue son retour après ses démêlés avec l’Agence américaine antidopage, Bailey croit que cette compétition sera révélatrice.

« Nous verrons comment il gère la pression, surtout après cette mauvaise publicité. Nous verrons s’il est fort psychologiquement. S’il sait qu’il n’est pas coupable, il pourra oublier ce qui est arrivé », explique-t-il.

Ils ne seront pas seuls

Le champion en titre, Justin Gatlin, a réalisé la quatrième performance de la saison, un chrono de 9,87 s, mais s’est blessé mystérieusement au tendon gauche au début de mois et ne sera pas peut-être pas au sommet de sa forme.

Le double-champion canadien, Aaron Brown, qui a couru en 9,96 s en demi-finales des Championnats canadiens en juillet dernier à Montréal, est également à considérer, tout comme le champion en 2011, Yohan Blake, ainsi qu'Akani Simbine, Zharnel Hughes, Adam Gemili et le champion de la NCAA cette année, Divine Oduduru.

« Le plateau sera très relevé et n’importe lequel d'entre nous peut gagner. Je ne peux pas me concentrer uniquement sur Christian (Coleman) », conclut De Grasse.

Radio-Canada Sports présente en webdiffusion les mondiaux d'athlétisme de Doha, avec commentaires et analyse. Le tour préliminaire du 100 m masculin est disputé vendredi, à compter de 9 h 30 (HAE). Cliquez ici pour consulter notre calendrier de diffusions.

(D'après des textes de Doug Harrison, de CBC Sports)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Athlétisme

Sports