•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'AMA enquête sur des « incohérences » dans les données fournies par la Russie

Elles sont dans un support.

Des éprouvettes en laboratoire

Photo : Radio-Canada

Agence France-Presse

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a ouvert une procédure sur des « incohérences » constatées dans les données électroniques des contrôles de l'ancien laboratoire de Moscou, remises par la Russie au début de l'année.

À 10 mois des Jeux olympiques de Tokyo, l'AMA a annoncé lundi avoir entamé une « procédure formelle de conformité à l'encontre de la RUSADA, le 17 septembre dernier ». Celle-ci pourrait engendrer de nouvelles sanctions contre la Russie.

L'AMA a donné trois semaines à Moscou pour se justifier sur ce qu'elle a qualifié d'« incohérences » dans les données du laboratoire de Moscou.

« Des experts ont examiné [les données] que nous avons obtenues de lanceurs d'alerte, et ce que nous avons obtenu de la Russie. Ils ont remarqué certaines incohérences, puis ils ont étudié les différences, ce qui amène à une situation où il y a des questions qui doivent être posées », a expliqué le directeur général de l'AMA, Olivier Niggli, à l'issue d'un comité exécutif de l'agence à Tokyo.

En janvier 2019, la remise de ces données électroniques des contrôles avait permis de sortir de la crise provoquée plus de trois ans auparavant par les révélations sur un système de dopage institutionnel ayant sévi en Russie entre 2011 et 2015.

Ces données sont censées permettre à l'AMA de lever le voile sur ce qui se passait dans le laboratoire de Moscou à l'époque et d'ouvrir des procédures de sanction contre des athlètes russes.

Le scandale avait conduit l'AMA à déclarer la RUSADA non conforme au Code mondial antidopage, une suspension levée en septembre 2018.

En parallèle, la Russie est toujours suspendue depuis novembre 2015 de toute compétition internationale par la Fédération internationale d'athlétisme, qui doit se prononcer lundi, à quelques jours de l'ouverture des Championnats du monde de Doha.

La Russie a aussi été privée de drapeau et d'hymne national aux Jeux de Pyeongchang, en 2018, en raison de manipulations organisées sur les contrôles antidopage aux Jeux de Sotchi, en 2014.

Dopage

Sports