•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bianca Andreescu d’attaque pour la suite de la saison

Elle répond aux journalistes sur le terrain.

Bianca Andreescu

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

La vie de Bianca Andreescu a drôlement changé en un an.

À pareille date en 2018, la Canadienne de 19 ans parcourait les tournois de la catégorie Challenger aux États-Unis.

La nouvelle championne des Internationaux des États-Unis s’apprête maintenant à attaquer la dernière ligne droite de la saison de tennis en tant qu’une de ses plus grandes vedettes, le 5e rang mondial en poche.

Entrevue avec Bianca Andreescu et Sylvain Bruneau

« Quand je suis revenue à la maison, après quatre ou cinq jours, je voulais recommencer à travailler, a dit Andreescu dans une mêlée de presse, dimanche, à Montréal. Je suis heureuse d’être de retour ici, dans une de mes villes préférées. »

Elle a déjà une semaine d’entraînement sous la cravate et après son départ lundi pour la Chine, elle en fera une autre en Asie.

Sa prochaine destination : Pékin, pour un tournoi de catégorie Premier, avec une bourse totale de 8,285 millions de dollars américains en jeu dans une semaine.

« Je vais reprendre la compétition après une grosse victoire, ça me donne de la confiance et une bonne erre d’aller. »

Andreescu a donc repris le travail avec le même entrain dont elle a fait preuve pendant la quinzaine new-yorkaise.

Son défi est un peu de garder la détermination qu’il lui fallait dans les tournois plus modestes avec la réalité et les attentes d’une joueuse désormais championne.

« Honnêtement, on a tourné la page rapidement [sur la victoire à New York], a expliqué son entraîneur Sylvain Bruneau. Elle a pris une bonne décision de revenir à Montréal après la tournée médiatique et tout. »

« Ce n’est pas facile d’enchaîner, de reprendre un autre tournoi, mais ça s’est très bien passé, a-t-il poursuivi. Elle a suivi le programme d’entraînement à la lettre. Je crois que ça va très bien aller. »

« Je crois que je suis en train de devenir plus forte, mentalement et physiquement, a avancé Andreescu. Je crois que je peux en prendre encore plus qu’avant. C’est ma première année complète dans la WTA. L’an dernier, je jouais encore dans les Challenger. On est rendus à un autre niveau. »

« Elle a pris énormément confiance. Ç'a commencé avec les petits tournois l’an dernier, a analysé Bruneau. Il y a un aspect confiance qui s’est ajouté, ç'a fait boule de neige. »

« On va essayer de continuer dans ce filon. Je sais que ça ne sera pas facile, c’est impossible qu’elle gagne tous les matchs, mais je crois que le futur est encourageant. »

Célébrité instantanée

Les attentes sur le terrain, mais aussi une attention grandissante du public et plus de demandes médiatiques : la nouvelle réalité de Bianca Andreescu a commencé à s’installer, a-t-elle reconnu dimanche.

« Dans les jours après la victoire à New York, ç'a commencé à sembler plus réel : les entrevues sur les plateaux de télévision, et puis le rassemblement à Toronto.

« C’est très important pour moi quand les gens me disent que je les inspire. J’en ai eu qui m’ont dit qu’ils ont commencé à regarder ou à jouer au tennis grâce à moi. C’est un de mes objectifs de carrière, alors c’est très important. »

La popularité fulgurante d’Andreescu n’a pas épargné son entraîneur.

« Même moi, maintenant, on m’arrête à l’épicerie pour me parler d’elle. J’adore entendre ça. J’espère que plus de gens découvrent le tennis, et que de plus en plus de gens prennent une raquette et commencent à jouer.

« Ça ne s’arrête pas à Bianca, il y a Félix, Denis et n’oublions pas Milos, Eugenie, Vasek qui sont arrivés avant eux. Il y a beaucoup de bonnes choses qui se passent dans le tennis canadien et on doit travailler pour que cet engouement continue pour qu’il y en aient encore d’autres. »

D'après les informations d'Antoine Deshaies

Tennis

Sports