•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux Kényans gagnent un marathon de Montréal perturbé par un retard

Le départ a été donné 50 minutes plus tard que prévu

Il étend les bras pour célébrer sa victoire.

Le Kényan Boniface Kongin a remporté le volet masculin.

Photo : Facebook/Marathon international de Montréal

Radio-Canada

Les Kényans Boniface Kongin et Grace Kwamboka Momanyi ont remporté le marathon de Montréal dimanche.

Kongin a franchi la ligne d’arrivée au bout de 2 h 15 min 18 s. Il ne s'attendait pas à une victoire à Montréal.

« C’est une surprise, a-t-il reconnu. Mes concurrents étaient rapides, plus rapides que moi. J’ai fait un bon temps, et la foule montréalaise a été formidable. Passer dans le stade olympique… c’était superbe. »

Le Marocain Mohamed Aagab a terminé 2e en 2:19:43. Un autre Kényan, Isaac Maiyo (2:23:17) , a complété le podium.

Le Canadien François Jarry a pris la 5e place, avec un temps de 2:26:18.

Grace Kwamboka Momanyi a remporté le volet féminin en 2:40:51. Sa compatriote Joan Massah a pris le 2e rang en 2:42:46, suivie de l'Éthiopienne Magarsa Tafa (2:46:41).

La meilleure Canadienne a été Pamela Bouvier, en 3:10:54.

Elle court vers la ligne d'arrivée.

Grace Kwamboka Momanyi a remporté le volet féminin.

Photo : Getty Images / Al Bello

Un retard de 50 minutes, le directeur de course s'excuse

C’est 50 minutes plus tard que prévu qu’a été donné le coup d’envoi du marathon à 8 h (HAE), pour une épreuve de 42,2 kilomètres dans les rues de la métropole, sous une chaleur qui sort de l’ordinaire à cette époque-ci de l’année.

Un manque d'effectifs pour sécuriser le parcours explique ce retard, selon le directeur de course Dominique Piché, qui a répété qu'il en prenait l'entière responsabilité.

« Je m’excuse à tout le monde. On est fier de notre marathon, à Montréal, et j’ai failli, aujourd’hui, à lancer le marathon au bon moment pour une question d’effectifs en sécurité », a souligné M. Piché, qui a précisé avoir été mis au courant de la situation vers 22 h 30 samedi.

Jamais je ne donnerai le départ tant que je ne sens pas – parce qu’ils sont tous mes enfants pendant ce week-end – que c’est complètement garanti que, lorsque je les laisse aller, ils vont me revenir et ils auront une belle expérience.

Dominique Piché, directeur de course, Marathon international de Montréal

Le directeur de course, qui a servi au sein du Service de police de la Ville de Montréal, a salué la contribution de ses anciens collègues. Ce sont eux qui ont fourni les derniers effectifs manquants en matinée, car le comité organisateur n'a pas été en mesure de trouver assez de personnel à la dernière minute pour assurer une présence à chaque barricade.

M. Piché n'a toutefois pas été en mesure d'expliquer précisément comment les organisateurs se sont retrouvés en pénurie d'effectifs à quelques heures de la course. Il affirme que les calculs et la planification stratégique avaient été réalisés de manière adéquate, et il entend assurer un suivi à tous les égards.

« Moi, je vais demander de vous revoir [les médias], car je veux des réponses à des questions que j’ai posées, et je n’ai pas les réponses aujourd’hui, a indiqué M. Piché. Et je veux vous les donner, parce que je veux une pleine transparence. »

Des coureurs amorcent l'épreuve.

Près de 18 000 participants sont inscrits aux cinq épreuves du Marathon international de Montréal.

Photo : Getty Images / Al Bello

Une chaleur inhabituelle sur le parcours

Si la température était confortable en avant-midi avec un mercure variant entre 18 et 20 degrés Celsius, les derniers coureurs devront s’adapter à un facteur humidex qui passera au-dessus de 30 en après-midi. La normale saisonnière est d’environ 18 degrés Celsius en cette dernière journée officielle de l’été.

Près de 18 000 participants étaient inscrits aux cinq épreuves du Marathon international de Montréal, qui avaient commencé la veille avec un volet plus familial.

De ce nombre, 5637 personnes ont participé samedi aux épreuves de 5 kilomètres et 10 kilomètres ainsi qu’au P’tit marathon de 1 kilomètre, qui a permis d’amasser des fonds pour l’organisme Tel-Jeunes. La porte-parole de Tel-Jeunes, Sarah-Jeanne Labrosse, avait même préparé les jeunes lors d’un échauffement avant la course.

Le demi-marathon de 21,1 kilomètres est aussi très prisé des coureurs. Il serait même le plus populaire au Canada, selon les organisateurs. Le coup d’envoi du demi-marathon a été donné au même endroit que celui des coureurs de l'élite, soit à l’intersection des rues René-Lévesque et Saint-Urbain.

Le tout se déroule dans une ambiance festive, avec des spectateurs, parents et amis qui encouragent les participants tout le long du parcours.

Des spectacles sont aussi prévus, dont celui du groupe The Brooks qui va clôturer l’événement. La veille, c’est la chanteuse Marie-Mai qui a offert une performance endiablée.

Avec les informations de La Presse canadienne

Marathon

Sports