•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À coups de victoires, les Alouettes ramènent les partisans dans leur stade

Ils sourient à la caméra.

Vernon Adams fils et les Alouettes célèbrent un touché.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Michael Roy

Les Alouettes de Montréal sont encore loin de leur glorieuse époque de la première moitié des années 2000, mais le retour de l’engouement envers l'équipe est indéniable depuis quelques semaines au pied du mont Royal.

Pas moins de 19 070 spectateurs assistaient samedi au match des Alouettes contre les Blue Bombers de Winnipeg. Il s'agissait de la meilleure foule depuis le tout premier match de la saison dernière, soit en 15 occasions. Qui plus est, la reine des Internationaux des États-Unis, Bianca Andreescu, et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, étaient aussi à ce duel.

« Brique par brique, on est en train de bâtir ce qu’on pense être un revirement », a confié le président de l'équipe Patrick Boivin à Radio-Canada Sports, lors de la rencontre.

Plongés dans un creux de vague ces dernières années sur le terrain, les Alouettes ont vu leurs foules fondre comme neige au soleil depuis la dernière conquête de la Coupe Grey en 2010.

En excellente position pour participer aux éliminatoires pour la première fois en cinq ans, les Moineaux voient de plus en plus d'amateurs s'amener et les dirigeants de l'équipe estiment avoir enfin franchi l'obstacle.

« Le processus de convaincre les partisans et de les garder, on le commence parce qu’on est capable d’avoir une certaine légitimité sur le terrain. Les deux dernières années, c’était difficile de convaincre qui que ce soit », a expliqué M. Boivin.

Une équipe compétitive et qui permet à un partisan de savoir qu’il aura un bon spectacle, à n'importe quel match, compte pour environ 70 % [des spectateurs]. Le reste, ça demeure de la bonne vieille mise en marché.

Patrick Boivin, président des Alouettes de Montréal

Une clientèle en transformation

Lors des dernières conquêtes de la Coupe Grey, les Alouettes comptaient sur 17 000 ou 18 000 abonnés par année, dans un stade qui peut accueillir 23 500 spectateurs. À l'heure actuelle, ils ne sont plus que 6500 abonnés.

Patrick Boivin croit qu'il sera presque impossible de revenir aux chiffres de l'époque. « Ces gens-là avaient un profil de fans ardus. Des mordus des Alouettes et de football. On en a perdu au fil des ans et ce profil de partisans existe moins », a fait remarquer le président.

Il s'est montré prudent face aux défis à venir en ce sens. « Ce n'est pas parce que tu te mets à gagner que tu vas aller rechercher 10 000 détenteurs de billets de saison. Il faut aussi être capable de bâtir un plan de succession. Il faut aller chercher des nouveaux partisans et les convaincre maintenant de venir à deux ou quatre matchs dans une saison et, par la suite, qu'ils viennent pour la moitié de la saison et à une saison complète éventuellement, mais ça prend un certain temps. »

Je pense qu’à cause du changement générationnel, il faudra convaincre deux ou trois personnes pour remplacer un détenteur de billet de saison.

Patrick Boivin, président des Alouettes de Montréal

Avec leur remontée spectaculaire lors du match de samedi, les joueurs des Alouettes ont donné des arguments à leur président.

« Une foule comme celle-là encourage la prochaine foule aussi. Si les gens sentent qu’il y a un engouement, ne serait-ce que visuellement à la télévision, ils se disent : "Ça a l’air le fun, c’était le party, c’est quand le prochain match" », a conclu M. Boivin.

Football

Sports