•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les All Blacks amorcent leur Coupe du monde avec une autre victoire

Il célèbre l'ouverture de la marque avec ses coéquipiers.

George Bridge (à l'avant) a inscrit le premier essai de la rencontre.

Photo : Reuters / Annegret Hilse

Agence France-Presse

Et à la fin, les All Blacks gagnent... Invaincus en Coupe du monde depuis 2007, les Néo-Zélandais ont brandi à la face du monde leur ambition de décrocher un troisième titre de suite, début novembre, en battant l’Afrique du Sud 23-13, samedi, à Yokohama.

Les prétendants au trône ont intérêt à se méfier : pour déloger les All Blacks, il faudra être fort. En tout cas bien meilleur que les Boks, qui n’ont tenu tête aux champions en titre qu’une vingtaine de minutes en début de chaque période. Insuffisant face au collectif néo-zélandais, désormais assuré – sauf catastrophe industrielle – de la 1re place du groupe B et d’un quart de finale aisé contre le 2e du groupe A, celui de l’Écosse ou du Japon.

« On a pris trop de temps à vraiment entrer dans le match. On s’en est tenus à notre plan et ç’a plutôt fonctionné en deuxième période. On voulait marquer en premier et c’est ce qui s’est passé. Mais on n’a pas su profiter de nos chances », a déploré le capitaine des Boks, Siya Kolisi.

Les All Blacks, malgré un 15e succès d’affilée à la Coupe du monde, n’ont pas encore retrouvé toute la confiance et l’assurance qui leur ont permis de dominer la planète rugby pendant 10 ans, mais ils ont de quoi compenser.

Et si Steve Hansen n’a pas trouvé la formule pour transformer en rouleau compresseur son système à deux meneurs de jeu, les Néo-Zélandais disposent encore de suffisamment de talent individuel pour gagner des matchs.

Quand ce n’est pas Beauden Barrett, meilleur joueur de l’année 2016 et 2017 en tant qu’ouvreur, mais décalé à l’arrière, c’est George Bridge, auteur du premier essai (24e), Scott Barrett qui a marqué le deuxième (27e) ou Richie Mo'unga (10 points au pied) qui influent sur le cours des rencontres.

Avec 23 plaqués ratés en première période seulement, les Springboks, eux, ont semblé avoir oublié les principes défensifs mis en place par le sélectionneur Rassie Erasmus et qui ont fait déjouer leurs adversaires depuis un an.

Autres résultats

  • Australie 39 - Fidji 21
  • France 23 - Argentine 21

Rugby

Sports