•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une éclaircie pour l’Impact au cœur d'un été d'orages

Les gradins sont presque entièrement recouvertes de cette fumée alors que les joueurs s'activent sur le terrain.

Lors de la première mi-temps du match aller de la finale du Championnat canadien, les ultras montréalais ont produit un important nuage de fumée à l'aide de fumigènes.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Olivier Paradis-Lemieux

La saison du onze montréalais est encore loin d'être sauvée, mais l'atmosphère pesante des derniers mois au centre d'entraînement avait été remplacée, pour au moins un matin de fin d'été, par une certaine légèreté au lendemain de la victoire dans le match aller de la finale du Championnat canadien contre le Toronto FC.

« Ça fait du bien de se réveiller avec une victoire », a dit après l'entraînement jeudi Bacary Sagna, dont la sérénité défensive aux côtés de Victor Cabrera en charnière centrale a été l’une des clés du premier blanchissage du club en un mois, toutes compétitions confondues.

« C’est sûr que ça fait du bien de ne pas prendre de but, a ajouté le latéral de métier. À toute l’équipe et pas seulement à la défense. »

L’Impact avait blanchi le Cavalry FC en demi-finales du Championnat canadien le 14 août dernier, mais la dernière performance sans tache du Bleu-blanc-noir contre une équipe de MLS remontait au 4-0 contre l’Union de Philadelphie du 27 juillet, dernier sursaut de l’ère Rémi Garde.

« C’était un match abouti. On était vraiment contents par rapport à la qualité. On a fait une bonne première mi-temps, qui était intéressante. Dans ce qu’on avait prévu de faire. Les joueurs ont eu du plaisir à le faire. Le seul petit bémol, c’est qu’on n’a pas pu marquer ce deuxième ou troisième but », a souligné l’entraîneur adjoint Wilfried Nancy.

« On a vu des choses intéressantes sur le plan du jeu, a-t-il poursuivi. On a su être patient et verticaliser quand il le fallait. C’était plutôt abouti, mais c’était seulement la première étape. »

Loin d’être à l’abri pour le match retour contre Toronto, l’Impact devra entre temps traverser le continent pour faire face samedi au Galaxy de Los Angeles et Zlatan Ibrahimobvic, auteur d’un triplé dans une correction de 7-2 du Sporting Kansas City le week-end dernier.

L’adversaire est de taille, aussi engagé dans une lutte de tous les instants dans l’Association ouest, où les équipes de 4 à 8 ne sont séparées que par trois points au classement. Cinquième, le Galaxy peut même espérer ravir la 3e place à Minnesota et obtenir un match à domicile au premier tour éliminatoire.

L’Impact se mesurera donc à un club qui fait face à la même urgence et à un même péril, moins immédiat, mais bien réel, de ne pas se qualifier de nouveau pour les éliminatoires.

« On sait ce qu’il nous reste à faire pour bien terminer la saison, a affirmé Sagna. Il faut gagner tout simplement parce que les autres équipes ne vont pas attendre notre résultat pour faire de même. À nous de faire ce qu’il faut pour récupérer dans un premier temps. C’est sûr qu’il y a un long voyage qui nous attend. On va essayer de récupérer le plus et de s’attaquer au match. »

Nacho Piatti (10) contrôle le ballon devant Richie Laryea (22), du Toronto FC.

Nacho Piatti et Richie Laryea

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Dans les plans initiaux de Wilmer Cabrera, Ignacio Piatti serait resté à la maison pour être au plus frais pour le deuxième volet de la finale mercredi, à Toronto, même si celui de samedi est crucial pour les minces chances de l’Impact de devancer le Revolution de la Nouvelle-Angleterre qui a trois points d’avance et un match en main dans la course à la dernière place qualificative pour l’après-saison de la MLS.

L’ailier argentin, qui vient de jouer deux fois 90 minutes cette semaine, devrait plutôt être du voyage californien en raison des blessures subies contre Toronto par Maxi Urruti et Bojan Krkic, qui n’ont pas participé à la séance de récupération avec leurs coéquipiers jeudi. Aucune mise à jour n’a été fournie sur la condition des deux attaquants.

« On a la chance d’aller là-bas, de gagner, et d’aller dans les éliminatoires », a répété Piatti.

« Pour moi, c’est toujours une motivation de jouer contre [Zlatan], de jouer dans la MLS et de jouer pour l’Impact. Cette année, je n’ai pas joué beaucoup de matchs. J’ai joué deux matchs en quatre jours. C’était bien. Je ne sais pas si je vais jouer dans le match ou si je vais rentrer, mais je vais être dans le groupe », a-t-il confirmé.

Pour pallier l’absence possible d’Urruti et de Krkic, Nancy a par ailleurs ouvert la porte à une utilisation en pointe d’Orji Okwonkwo, titulaire sur l’aile droite de la formation montréalaise.

« Pourquoi pas? Selon l’opposition qu’on rencontre, il fait partie du plan. Orji peut avoir cette possibilité d’étirer la défense adverse. On va d’abord bien analyser le Galaxy avant de décider ce qu’on va faire », a dit le technicien français.

Diop a brillé, mais attendra

La performance éclatante de Clément Diop devant le filet montréalais, auteur de deux arrêts-clés, dont l’un qui pourrait être le plus fumant de l’année par un portier du club, n’a pas pour autant convaincu l’état-major de lui confier un départ en MLS samedi.

Je pense que Diop a fait un bon match, il a fait deux bons arrêts, et ce n’est pas facile pour ceux qui ne sont pas appelés à jouer tout le temps de rentrer dans un match comme ça et, dans la période dans laquelle on se trouve, de performer.

Bacary Sagna

Malgré des performances en dents de scie, Evan Bush semble indélogeable de son poste de partant. Il a joué tous les matchs en MLS depuis l’automne 2017. Alors éliminé, le club avait offert à Maxime Crépeau deux départs en fin de saison. Mais à entendre celui qui a survécu aux congédiements de Mauro Biello et de Rémi Garde, la porte n’est pas entièrement fermée pour Diop d'ici la fin de l'année.

ll réussit une claquette sous la barre horizontale.

Clément Diop réalise l'un des arrêts de l'année de l'Impact.

Photo : Impact de Montréal

« Clément a été très intéressant lors des matchs de Championnat canadien. Encore une fois, c’est son rôle, comme tout a été bien établi depuis le début par rapport à la hiérarchie des gardiens. Et son rôle a été d’être présent quand il le fallait. Il l’a fait. Maintenant, on va regarder, on va discuter. Il reste trois matchs. Quelle dynamique on va mettre en place? Il va rejouer, c’est sûr, la semaine prochaine », a conclu Nancy.

Le Québécois James Pantemis, fébrile dans ses deux matchs joués lors des deux tours précédents du Championnat canadien, devrait donc passer son tour cette fois en finale au profit du Français de 25 ans. Diop a certainement mérité cette double affectation, et peut-être davantage, mais le onze montréalais semble avoir décidé depuis longtemps de vivre et de mourir avec le vétéran américain devant le filet.

Certaines choses ont changé depuis l’arrivée de Cabrera à la tête du club, d’autres attendront l’année prochaine et, avec elles, l’espoir que ces lendemains ensoleillés seront plus que des éclaircies au cœur d’une tempête qui n’en finit plus de souffler sur l’été montréalais et qui a déjà tant emportée avec elle.

Soccer

Sports