•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Virtue et Moir à la retraite, la fin d'une époque pour le patinage canadien

Tessa Virtue et Scott Moir

Photo : Getty Images / TOSHIFUMI KITAMURA

Jean St-Onge

Une page de l'histoire du patinage artistique canadien se tourne avec la retraite de Tessa Virtue et de Scott Moir. Les spécialistes de la danse sur glace laissent un immense héritage, selon l'analyste Alain Goldberg.

Discret au moment des performances, Alain Goldberg retrouve toute sa verve quand vient le temps de les commenter.

« Ils ont fait une carrière exceptionnelle, hors du commun », a-t-il confié mercredi à Radio-Canada Sports au sujet des triples champions olympiques (en danse en 2010 et 2018, à l'épreuve par équipe en 2018) et du monde (2010, 2012 et 2017).

« Depuis qu’ils sont tous jeunes, ils ont toujours patiné ensemble. Ils se sont développés, ils ont réussi à continuer ensemble. Souvent, les couples se séparent, changent de partenaire et tout ça… Eux, ils ont fait leur carrière toujours ensemble. »

Et, ils l’ont fait de manière exceptionnelle dans la mesure où, chaque fois, ils ont renouvelé leur style, ils se sont améliorés. Ils ont constamment renouvelé leur manière de patiner, ce qui a donné des résultats exceptionnels et le plaisir immense qu’on a eu à les voir et moi, à les commenter.

Alain Goldberg, analyste de patinage artistique

Quelle performance du couple Virtue-Moir doit-on regarder pour avoir la meilleure image de leur carrière?

« La dernière, Roxanne [dans leur victoire aux Jeux olympiques de Pyeongchang, NDLR]. Ça a été exceptionnel », répond-il.

Le Canada, pays de danse sur glace

Depuis le milieu des années 80, le Canada a fait sa place dans les épreuves de cette discipline.

Après Tracy Wilson et Robert McCall, qui ont tenté de faire tomber la domination soviétique, Shae-Lynn Bourne et Victor Kraatz sont devenus le premier couple canadien à remporter un titre mondial.

Puis, ça a été au tour de Marie-France Dubreuil et de Patrice Lauzon de faire rayonner le Canada sur les podiums internationaux, ce qu’ils continuent de faire, comme entraîneurs maintenant. Il y a eu ensuite Tessa Virtue et Scott Moir. Leur départ ne laisse pas le pays sans relève, estime Alain Goldberg.

La danse canadienne est en bonne santé. Derrière, il y a Weaver-Poje et derrière, il y a d’autres couples qui sont excellents. Mais il est évident qu’il va falloir trouver une relève et puis peut-être trouver un autre style et améliorer ou trouver d’autres choses, d’autres manières, parce que le patinage continue énormément d’évoluer.

Alain Goldberg

« Le pays de la danse sur glace, c’est le Canada, ajoute-t-il. Il ne faut pas oublier que tous les patineurs viennent à Montréal pour s’entraîner avec Dubreuil-Lauzon, qui forment les meilleurs patineurs du monde, dont les patineurs français actuels [les champions du monde Guillaume Cizeron et Gabriella Papadakis, NDLR]. »

« C’est prodigieux ce qui se passe à Montréal et ce qui se passe au Canada en patinage artistique. »

Si Montréal attire les meilleurs athlètes en danse grâce à Dubreuil et à Lauzon, Toronto est par ailleurs en train devenir un endroit incontournable dans les épreuves individuelles, grâce à la présence de Brian Orser.

« On n’a peut-être pas toujours des très bons patineurs dans toutes les catégories, mais on a certainement les meilleurs entraîneurs et les meilleurs lieux pour le faire, lance-t-il. C’est le pôle principal du patinage international, à part la Russie et le Japon, je dirais. »

Alain Goldberg, qui aime toutes les épreuves de patinage artistique, est très éloquent quand vient le temps de parler de la discipline pratiquée par Tessa Virtue et Scott Moir.

La danse sur glace, c’est l’expression même de la musique sur la glace. Ce sont les meilleurs patineurs. Pourquoi? Parce qu’ils passent des heures et des heures à essayer d’améliorer la glisse, à essayer d’améliorer leur manière de communiquer.

Alain Goldberg

« Il ne faut pas oublier que même s’il y a des paroles, ils sont comme des mimes. Donc, ils sont obligés de communiquer par le geste ce qu’ils veulent exprimer et ça rend leurs chorégraphies extrêmement attrayantes. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Patinage artistique

Sports