•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mondiaux sur route sans Bernal, Nibali et Kwiatkowski

Il endosse le maillot jaune sur le podium et tient à bout de bras un bouquet de fleurs.

Egan Bernal

Photo : Getty Images / DAVID STOCKMAN

AFP

Le vainqueur colombien du dernier Tour de France Egan Bernal ne participera pas aux Championnats du monde de cyclisme sur route dans le Yorkshire, en Angleterre, a annoncé lundi soir la Fédération colombienne (FCC).

Outre Bernal, le Polonais Michal Kwiatkowski et l'Italien Vincenzo Nibali ont également renoncé aux mondiaux qui commencent le 22 septembre.

« Bernal avait été inclus par le sélectionneur Carlos Mario Jaramillo à [la liste] des huit titulaires », dévoilée dimanche, a indiqué la FCC.

Lundi, jour de clôture des inscriptions, le coureur de l'équipe Ineos « a décidé de décliner sa convocation », a poursuivi la Fédération, sans donner de motif pour ce forfait.

Bernal, 22 ans, sera remplacé dans la sélection par Carlos Betancur (Movistar).

En l'absence du héros de juillet, le coureur le plus expérimenté de la sélection colombienne sera Nairo Quintana, vainqueur du Tour d'Italie en 2014 et du Tour d’Espagne deux ans plus tard. Quintana a fini 4e de la Vuelta dimanche.

Le parcours de 285 km, vallonné sans être excessivement sélectif, semble davantage taillé pour les baroudeurs que pour les spécialistes colombiens de la haute montagne.

Parmi ces puncheurs, le Polonais Michal Kwiatkowski, sacré en 2014, a donc également annoncé son forfait.

« Je ressens trop de respect pour ce maillot et pour l'aigle polonais pour participer aux mondiaux 2019. Après le Tour, mon corps avait besoin de repos, d'une vraie coupure », a indiqué mardi sur Twitter l'équipier de Bernal.

En effet, Kwiatkowski n’est pas au sommet de sa forme. Présent au Québec pour les Grands Prix cyclistes la semaine dernière, il a abandonné dimanche à Montréal après avoir conclu, deux jours plus tôt, à 10 min 44 s de Michael Matthews, vainqueur sur la Grande-Allée.

Le raisonnement est identique pour Vincenzo Nibali, qui a attendu les deux courses du week-end dernier au Canada pour prendre sa décision, finalement négative.

« Le maillot bleu est sacré pour moi et je dois le respecter. Je ne suis pas au top et il serait injuste que je prenne la place d'un de mes équipiers », a déclaré l'Italien, cité par La Gazzetta dello Sport.

Cyclisme

Sports