•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kaillie Humphries déboutée dans sa demande de libération à Bobsleigh Canada

Bobsleigh Canada a fait savoir qu'elle est toujours la bienvenue dans son équipe.

Kaillie Humphries est une double championne olympique.

Photo : Getty Images / AFP/Loïc Venance

Radio-Canada

Une juge albertaine a rejeté mardi la requête de Kaillie Humphries pour forcer Bobsleigh Canada à la libérer. Cette décision empêche pour le moment la double championne olympique de se joindre à l'équipe américaine pour la prochaine saison de Coupe du monde.

Au moment de rendre sa décision, la juge Charlene Anderson a expliqué qu'il revenait à la fédération de permettre ou non à un de ses athlètes de changer d'équipe, ce que Bobsleigh Canada n'est pas enclin à faire dans le cas de Humphries.

La bobeuse de 34 ans doit obtenir sa libération avant le 30 septembre pour avoir le droit de représenter les États-Unis la saison prochaine.

La juge Anderson a décrété que Humphries aurait pu amorcer son processus de résolution de litiges plus rapidement avec Bobsleigh Canada et qu’elle avait « choisi d’attendre pour présenter sa demande d’injonction à la veille des essais américains ».

L’avocat de l'athlète, Jeffrey Rath, a déclaré qu’il n’abandonnait pas la lutte et estime la conduite de Bobsleigh Canada est « déraisonnable et antisportive ».

« Essentiellement, ils disent que parce vous avez reçu une forme de financement public pour vous entraîner ou courir pour le Canada, que ça vous empêche de le faire pour un autre pays, même si vous changez de résidence ou même de citoyenneté », a-t-il ajouté.

« Bobsleigh Canada semble oublier tout le bon travail que Kaillie a fait pour le Canada, tout son bénévolat pour la communauté, tout son bénévolat pour amasser des fonds pour Bobsleigh Canada... »

C'est comme dire à médecin ou à un avocat diplômé d'une université canadienne que, comme son diplôme est partiellement subventionné, il ne pourra aller pratiquer et payer des taxes dans un autre pays.

Jeffrey Rath, avocat de Kaillie Humphries

Jeffrey Rath a aussi annoncé que Humphries se rendrait à Lake Placid cette semaine, mais que pour le moment, il lui était impossible de savoir si sa cliente pourra participer aux essais de l’équipe américaine à titre d’invitée.

Bobsleigh Canada veut encore de Kaillie Humphries

Après la décision de la juge, Bobsleigh Canada a fait savoir que Humphries est toujours la bienvenue au sein de l'équipe canadienne.

« Notre mandat est de développer des champions olympiques, c'est ce que nous faisons. Kaillie est évidemment une championne mondiale et olympique  », a déclaré le directeur de la haute performance, Chris Le Bihan.

Nous voulons Kaillie dans notre programme. Kaillie va représenter une menace aux prochains Jeux olympiques et il n'y a rien que nous souhaitons plus que de voir des Canadiens sur le podium.

Chris Le Bihan, directeur de la haute performance à Bobsleigh Canada

Le représentant s'est dit ouvert à un processus de médiation, un service offert par le Centre de règlement des différends sportifs du Canada (CRDSC).

Une poursuite de 45 millions

Kaillie Humphries poursuit Bobsleigh Canada à la hauteur de 45 millions de dollars pour son refus de la libérer et pour l'abus de confiance athlète-entraîneur, enchâssé dans le code de conduite de la fédération.

Lundi, les avocats de Bobsleigh Canada ont révélé qu’une enquête indépendante n’avait pas trouvé de preuve suffisante contre l’entraîneur Todd Hays et Bobsleigh Canada pour établir que Kaillie Humphries a été victime de harcèlement.

Les représentants de l'athlète allèguent qu’en permettant les abus de l’entraîneur, Bobsleigh Canada s'est placée en situation de bris de contrat.

Ils allèguent que Humphries a subi et subit encore des dommages financiers, liés à une atteinte à sa réputation. Ils évoquent la perte de commanditaires et d’occasions de revenus.

Avec les informations de CBC

Bobsleigh et skeleton

Sports