•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kaillie Humphries avec les États-Unis : une émigration sportive pas si facile

Elle signe des autographes à son retour à Calgary.

Kaillie Humphries

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Canadienne Kaillie Humphries voudrait bien représenter les États-Unis à la prochaine saison de bobsleigh. Mais pour les Jeux olympiques, c'est encore loin d'être gagné.

La bobeuse est en conflit avec Bobsleigh Canada Skeleton depuis plus d’un an. Elle saura mardi matin si elle pourra se joindre à l'équipe américaine. Un juge de Calgary rendra sa décision sur la poursuite qu'elle a intentée contre sa fédération. Elle doit être libérée par Bobsleigh Canada Skeleton avant le 30 septembre pour pouvoir changer d'équipe.

Lundi, un juge de Calgary a décrété qu'il n'y avait aucune preuve suffisante pour établir qu'il y a eu harcèlement de la part de l'entraîneur Todd Hays à l'endroit de Humphries, un des éléments de la poursuite.

L’an dernier, Humphries a pris une année sabbatique après avoir déposé sa plainte pour harcèlement auprès de la fédération.

Les Jeux olympiques

Championne olympique en 2010 et en 2014 avant d’être médaillée de bronze à Pyeongchang, l'Albertaine pourrait participer à ses quatrièmes Jeux sous le drapeau américain.

Le Comité international olympique (CIO) permet à un athlète de changer de pays s’il n’en a pas représenté un autre en compétition internationale au cours des trois années précédant les Jeux.

Dans ce cas-ci, Humphries serait donc admissible à défiler derrière le drapeau américain en 2022 à Pékin, comme sa dernière course avec le Canada remonte à février 2018, aux Jeux de Pyeongchang.

Sauf, que, du côté Comité olympique américain, le règlement est un peu plus restrictif. Elle doit devenir citoyenne américaine pour pouvoir représenter le pays aux Jeux.

Même si elle a épousé le week-end dernier Travis Armbruster, un ancien membre de l’équipe américaine de bobsleigh, elle n’obtient pas automatiquement sa citoyenneté.

Elle peut cependant déposer immédiatement sa demande pour une carte verte, soit un statut de résidente permanente. Elle devrait ensuite attendre trois ans pour faire sa demande de citoyenneté, selon les délais actuels.

Sauf que dans trois ans, les Jeux de Pékin seront terminés. Kaillie Humphries aurait donc besoin de se prévaloir d’une exception à la loi américaine pour obtenir sa citoyenneté à temps pour les Jeux.

Bref, la route pour se joindre à l’équipe américaine est parsemée d’embûches pour la championne olympique canadienne qui aurait 36 ans à Pékin.

(D'après un texte Jesse Campigotto, de CBC Sports)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bobsleigh et skeleton

Sports