•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Coupe du monde de rugby au Japon perturbée par un premier typhon

Un joueur signe un autographe à un jeune partisan.

Les joueurs anglais sont accueillis à l'aéroport à leur arrivée au Japon pour la Coupe du monde de rugby.

Photo : Getty Images / David Rogers

Radio-Canada

Le typhon Faxai, qui a touché l'archipel japonais les 8 et 9 septembre, a frappé Tokyo et retardé l'arrivée au pays de plusieurs équipes engagées à la Coupe du monde de rugby, avec des pluies et des vents exceptionnellement violents.

Les 20 pays participant au tournoi sont désormais au Japon, après l'arrivée lundi de l'équipe des États-Unis, à quatre jours du match d'ouverture.

Faxai a obligé l'équipe d'Angleterre à attendre cinq heures à son arrivée à l'aéroport, tandis que le XV d'Australie a dû retarder son départ pour le Japon, mais ce sont « des soubresauts mineurs comparés à l'ampleur de la tempête », a expliqué le directeur du tournoi, Alan Gilpin.

« Un des plus gros typhons de ces dernières années a frappé Tokyo et Yokohama, au cœur des infrastructures du tournoi, et heureusement, pas de problème », a-t-il affirmé.

Le comité d'organisation suit ce dossier avec un intérêt tout particulier.

Les dispositifs d'urgence prévus en cas de catastrophe naturelle sont « méticuleux », a précisé M. Gilpin.

Le typhon Faxai a permis aux organisateurs de « calquer l'exact déroulé des événements sur un week-end de matchs et travailler sur les scénarios », a souligné Alan Gilpin.

Si un nouvel événement climatique extrême menace, ils seront tenus au courant des prévisions toutes les trois heures.

Une dépression tropicale s'est d'ailleurs formée au sud du Japon, et selon les prévisions météo, elle se dirige vers la principale île de l'archipel.

« Vous ne pouvez jamais savoir si un dispositif d'urgence fonctionne jusqu'à ce qu'il se mette en marche. Mais l'organisation est méticuleuse et nous savons qu'il y a des aléas auxquels nous devrons répondre. Tous les plans sont en place », a promis le président de World Rugby, Brett Gosper.

Un match annulé est déclaré nul

Le typhon Faxai aurait pu obliger à annuler un match s'il avait eu lieu pendant la compétition, organisée en plein cœur de la saison des typhons qui dure généralement jusqu'à fin octobre, reconnaît Alan Gilpin.

L'éventuelle annulation d'un match devrait être décidée à 24 heures de son coup d'envoi et confirmée 8 heures avant, précise-t-il.

À partir des quarts de finale, le match serait reporté, mais lors de la phase de groupe, toute rencontre annulée se solderait par un résultat nul de 0-0.

De quoi bouleverser le classement dans certains groupes, par exemple si un candidat au titre perd sur tapis vert des points contre une équipe plus faible.

Sachant que seuls les deux premiers de chaque groupe se qualifient pour les quarts de finale, cela va obliger toutes les équipes à se battre dans chaque rencontre, a répondu Brett Gosper.

D'autant qu'aucun favori clair n'émerge pour la compétition.

« C'est bien d'avoir un peu d'incertitude », a expliqué le patron de World Rugby. Mais « dans une Coupe du monde, dès le coup d'envoi du premier match, les classements n'ont plus aucune importance », a-t-il assuré, voyant les Fidji ou le Japon comme de possibles surprises du tournoi.

Le Japon veut y croire

Le Japon reconnaît par ailleurs que cette Coupe du monde est « une occasion formidable » pour son équipe nationale, mais aussi une « énorme responsabilité » pour elle.

C'est ce qu'a affirmé l'entraîneur Jamie Joseph à quatre jours du match d'ouverture face à la Russie.

Avec 109 000 licenciés, le rugby « n'est pas un sport majeur au Japon, au sein d'une population de quelque 125 millions d'habitants », a reconnu l'ancien international néo-zélandais qui a choisi de porter le maillot nippon à la fin des années 1990.

« Maintenant, c'est une énorme responsabilité et une formidable occasion d'avoir la chance de promouvoir ce sport, de le faire croître et qu'il soit montré en exemple pour des jeunes garçons et filles. Nous savons que nous serons suivis », a expliqué Jamie Joseph.

Les attentes sont fortes autour des « Brave Blossoms », qui veulent franchir la phase de groupe pour la première fois.

Pour y arriver, les Japonais devront battre l'Irlande ou l'Écosse, en plus de la Russie et des Samoa.

Avec les informations de Agence France-Presse

Rugby

Sports