•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Greg Van Avermaet champion du Grand Prix cycliste de Montréal

Le Belge Greg Van Avermaet lève le poing en franchissant la ligne en premier du Grand Prix cycliste de Montréal, devant Diego Ulissi (au milieu) et Ivan Garcia (à gauche).

Photo : La Presse canadienne / Peter Mccabe

Radio-Canada

À l'issue d'une fin de course chaudement disputée, Greg Van Avermaet a remporté le Grand Prix de Montréal dimanche.

Le Belge (CCC) s'est imposé au sprint, rattrapant à 300 mètres de la ligne d'arrivée le duo français composé de Benoît Cosnefroy et Julian Alaphilippe, qui ont animé le final en attaquant sans pouvoir s'entendre dans le dernier kilomètre.

L'Italien Diego Ulissi (UAE) et l'Espagnol Ivan Garcia (Bahrain) ont pris les 2e et 3e places, alors que les deux Français n'ont pas réussi à terminer parmi les 10 premiers. Le numéro un mondial Alaphilippe a franchi la ligne en 13e position et Cosnefroy, champion du monde espoirs en 2017, 17e.

C'est la deuxième fois que Van Avermaet gagne le Grand Prix de Montréal. Il l'avait emporté en 2016, quelques semaines après avoir mis la main sur l'or olympique de la course sur route de Rio.

« Ce n'est pas un sprint facile. Je suis très content d'avoir gagné parce que j'ai été souvent très proche », a dit Avermaet, qui avait conclu au 3e rang en 2018.

Le podium du Grand Prix cycliste de Montréal : Greg Van Avermaet (au centre) flanqué de Diego Ulissi et Ivan Garcia

Le podium du Grand Prix cycliste de Montréal : Greg Van Avermaet (au centre) flanqué de Diego Ulissi et Ivan Garcia

Photo : James Startt/Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal

Michael Woods a été le meilleur Canadien avec une 8e place, après avoir tenté d'attaquer lors de la dernière montée de Camillien-Houde.

« Ce n’est pas le genre de parcours qui me convient parfaitement comme ce n’est pas assez abrupt, mais je suis content de ma performance [...] J’ai été rattrapé à cause du vent de face. C’était presque impossible de sortir du peloton à cause du vent de face comme on a vu avec Alaphilippe », a raconté le Canadien, 3e du dernier Championnat du monde sur route.

Le Québécois Nick Zukowsky a quant à lui fait briller le maillot de l’équipe canadienne en étant le dernier de la longue échappée du jour a être rattrapé, après 187 kilomètres d'effort et 32 kilomètres à parcourir à l'épreuve de 18 tours autour du mont Royal.

L’échappée s’est créée rapidement. Cinq coureurs ont pris la fuite dans les 500 premiers mètres, Guy Sagiv (Yalla Academy), Ryan Anderson (Rally), Matteo Dal-Cin (Rally) et les deux représentants de l’équipe canadienne Charles-Étienne Chrétien et Nick Zukowsky.

Ils pédalent ensemble.

Une échappée de cinq cyclistes, dont quatre Canadiens, a mené le Grand Prix cycliste pendant la majorité de la course.

Photo : @GPCQM/Twitter / Yves Perret

Le groupe a été en avant pendant la majorité de la course. Dal-Cin, Anderson et Sagiv n’ont pu maintenir la cadence et ont été avalés par le peloton à 45 kilomètres de l’arrivée.

Les deux cyclistes restants ont maintenu la tête ensemble un court moment, mais Chrétien a décroché, laissant Zukowsky seul à l’avant. Le plus souvent en tête au sommet de la voie Camillien-Houde (1,8 km à 8 %), le Québécois de 21 ans a reçu le titre de meilleur grimpeur.

« Je suis très content, a dit Zukowsky après la course. Un gros merci à Charles-Étienne. Sans lui, je n’aurais pas fait ça. Je savais qu’il fallait juste que je me rende au prochain tour. J’ai tout donné, c’était vraiment plaisant, mais vraiment dur! »

Meilleur Canadien à Québec avec une 15e place, le Québécois Hugo Houle a cette fois terminé au 28e rang, au sein du deuxième groupe réglé par Michael Matthews (19e), qui visait un rare quadruplé après avoir été sacré champion des Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal l'an dernier et à nouveau à Québec, vendredi.

« C’était une bonne journée pour moi. Je me sentais bien. J’ai réussi à m’accrocher jusqu’au dernier tour. Il m’en a manqué un petit peu pour suivre les meilleurs devant, a dit Houle. Quand j’ai vu que Matthews était distancé et je voyais que j’étais limite, j’ai essayé de rester avec lui. Je me disais qu’on allait peut-être s’accrocher, mais il m’a manqué de puissance pour suivre dans le dernier tour quand c’était le moment décisif. Il n’en manquait pas beaucoup, mais il en a manqué. »

Le vétéran canadien Svein Tuft, 42 ans, a terminé 66e dans ce qui sera la dernière course de sa carrière de 17 saisons sur le circuit professionnel.

Au total, 18 coureurs canadiens ont pris part à la course, bouclée par Van Avermaet en 6 h 9 min 36 s, pour une vitesse moyenne de 35,6 km/h.

Québec et Montréal, les deux seules épreuves nord-américaines du circuit UCI WorldTour, ont servi de mise en jambe aux cyclistes en prévision des Championnats du monde du Yorkshire, au Royaume-Uni, qui se dérouleront du 22 au 29 septembre.

« Ces courses m’ont donné l’occasion d’avoir de l’expérience pour le WorldTour et de me montrer aux équipes, et de faire le saut plus facilement. C’était la première fois que je revenais depuis 2016 et ça m’a permis de voir l’ampleur de ma progression. On est chanceux au Canada d’avoir quelqu’un comme Serge Arsenault qui a mis sur pied cette course », a tenu à souligner Michael Woods en conférence de presse.

Cyclisme

Sports