•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Espagne championne du monde, la France en bronze

Marc Gasol devient le deuxième joueur à détenir les titres de champion de la NBA et de champion du monde.

Les Espagnols ont gagné leur premier titre mondial depuis celui de 2006.

Photo : Getty Images / AFP/Greg Baker

Agence France-Presse

Les Espagnols sont devenus champions du monde de basketball pour la deuxième fois avec une victoire sans appel de 95-75 en finale contre les Argentins, dimanche, à Pékin.

La sélection espagnole avait été titrée en 2006, avec dans ses rangs deux joueurs du groupe actuel, Marc Gasol et Rudy Fernandez. Elle est aussi triple championne d’Europe (2009, 2011, 2015) et double vice-championne olympique (2008, 2012). Son seul grand échec depuis plus de 10 ans date du précédent mondial, en 2014, paradoxalement devant son public, lorsqu'elle avait perdu en quarts.

Gasol devient ainsi le deuxième joueur à gagner le titre de la NBA (avec les Raptors de Toronto) et la Coupe du monde la même année. Lamar Odom a réussi cet exploit avec les Lakers de Los Angeles et les États-Unis en 2010.

Invaincus en huit matchs, les Espagnols se sont vite détachés (9 points d’écart après un quart, 12 à la pause) en déroulant leur jeu collectif, comme le montre le partage de la marque en fin de rencontre.

Ricky Rubio, élu joueur par excellence du tournoi, a été le meilleur de la finale avec 20 points. Mais cinq autres joueurs ont ajouté plus de 11 points chacun, dont l'autre meneur Sergio Llull (15).

Jamais inquiétés, ils ont navigué avec une avance d'environ 20 points pendant le troisième quart et ont toujours gardé une marge d'au moins 12 longueurs dans le dernier acte. Leur entraîneur italien Sergio Scariolo a même pu se payer le luxe de finir la rencontre avec les joueurs qui avaient reçu le moins de temps de jeu pendant le tournoi.

Euphoriques depuis une semaine, les Argentins sont durement redescendus sur terre, victimes du syndrome de la première finale. Seul leur pivot Luis Scola (39 ans) avait l'expérience de ce genre de match avec la grande génération de Manu Ginobili, championne olympique en 2004 et déjà vice-championne du monde en 2002, mais il n'a marqué que huit points. Seul le jeune Gabriel Deck a surnagé avec 24 points.

Un peu paralysés par l'enjeu, ils n'ont jamais été capables de déployer l'activité défensive qui avait désorganisé les Serbes en quart de finale, puis les Français en demi-finale.

L’Espagne décroche ainsi son deuxième titre mondial en l'absence de plusieurs joueurs majeurs : Pau Gasol (39 ans), blessé au pied, mais aussi Sergio Rodriguez, Nikola Mirotic et Serge Ibaka, qui ont fait l'impasse.

Les Français Mathias Lessort (à gauche), Amath M'Baye (au centre) et Frank Ntilikina montrent leurs médailles de bronze.

La France monte sur le podium de la Coupe du monde pour la deuxième fois.

Photo : Getty Images / Lintao Zhang

Un autre podium français

Les Français ont décroché une deuxième médaille de bronze d’affilée en dominant les Australiens 67-59.

Les Français, qui s'étaient hissés pour la première fois sur le podium mondial en 2014, ont renversé la situation après avoir été menés de 15 points dans le troisième quart.

C’est leur deuxième podium en Coupe du monde et leur septième en compétition internationale au 21e siècle.

L’Australie échoue encore au pied du podium après avoir déjà terminé 4e des Jeux olympiques de Rio, en 2016. Les « Boomers » avaient pourtant battu les Français, mais de justesse (100-98), lundi dernier, au deuxième tour du mondial chinois.

Dimanche, ils ont maîtrisé le match pendant 25 minutes. Mais les hommes de Vincent Collet, qui avaient réalisé un exploit historique en écartant les États-Unis lors des quarts de finale, se sont soudain réveillés.

Andrew Albicy (neuf points) s’est montré décisif à longue distance, et Nicolas Batum a retrouvé de sa superbe (neuf points et six passes décisives) après une demi-finale difficile face à l’Argentine pour lui.

Les leaders Nando De Colo (19 points) et Evan Fournier (16 points) ont également contribué au retour de la France, pourtant dominée 30-21 à la pause, en deuxième moitié de rencontre.

Les choses n’avaient pourtant pas bien commencé pour les Français, défaillants au tir (25 % à la mi-temps) et peu précis dans leur jeu offensif (9 pertes de balles après 20 minutes).

Basketball

Sports