•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je n'ai pas choisi de partir, on me pousse vers la sortie » - Kaillie Humphries

Elana Meyers-Taylor (à gauche) et Kaillie Humphries aux Jeux olympiques de 2018

Photo : Getty Images / MARK RALSTON

Radio-Canada

L'équipe américaine de bobsleigh se préparait vendredi à accueillir Kaillie Humphries après que la double championne olympique canadienne a annoncé son intention de rejoindre ses rangs.

Humphries se marie samedi avec l'ancien freineur américain Travis Armbruster, ce qui lui ouvrira les portes de l'équipe américaine, affirme son avocat Jeffrey Rath.

« Ce n'est pas son choix, poursuit M. Rath, elle a été forcée de demander [à rejoindre] l'équipe américaine pour pouvoir continuer [à pratiquer] un sport qu'elle aime du fond de son cœur. »

« Kaillie a essentiellement été chassée de l'équipe canadienne de bobsleigh », enchaîne-t-il.

Selon l'avocat, la fédération canadienne a enfreint sa propre réglementation. Il affirme notamment que d'autres athlètes ont été menacés de figurer sur une liste noire s'ils travaillaient avec Humphries.

Après qu'elle eut déposé sa plainte, des sanctions ont été prises à son égard. Elle n'a pas été invitée aux camps d'entraînement cet été. On lui a dit que si elle retournait à la compétition pour le Canada, elle recevrait un bob datant de 1991, ce qui n'est pas compétitif au niveau international, et encore moins sécuritaire.

L'avocat Jeffrey Rath

En attente de sa libération

L'athlète de 34 ans pourra changer d'équipe dès qu'elle aura obtenu sa libération de Bobsleigh Canada. Selon les règles internationales, elle doit l'obtenir avant le 30 septembre pour pouvoir défendre ses nouvelles couleurs cette saison.

Double championne olympique (2010, 2014) et quatre fois gagnante au classement général de la Coupe du monde, Humphries a déjà été invitée à participer aux Championnats américains de poussée dans quelques jours.

« Nous serons heureux d'accueillir Kaillie dès que Bobsleigh Canada l'aura libérée, a indiqué vendredi USA Bobsled Skeleton dans un communiqué.

« Kaillie est une athlète formidable et a depuis de nombreuses années mérité le respect et l'admiration des athlètes et du personnel de USA Bobsled Skeleton. »

Kaillie Humphries est à couteaux tirés avec Bobsleigh Canada Skeleton (BCS) depuis plus d'un an, depuis qu'elle a déposé une plainte pour harcèlement contre la fédération.Humphries poursuit Bobsleigh Canada Skeleton qui l'empêche de quitter l'équipe.

« Je n'ai pas choisi de quitter, on me pousse vers la sortie parce que j'ai déposé une plainte pour harcèlement. Ils m'ont retiré mon financement et mes appuis et m'ont forcée à prendre cette décision », a par ailleurs indiqué Humphries dans un courriel envoyé à La Presse canadienne vendredi.

Humphries a révélé la nature de cette plainte, vendredi, précisant qu'elle a été victime « d'abus verbaux et mentaux horribles en de nombreuses occasions de la part de l'entraîneur-chef de Bobsleigh Canada ».

Todd Hay, entraîneur de l'équipe féminine américaine de 2011 à 2014, est l'entraîneur-chef du Canada depuis 2017.

J'ai maintes fois demandé à Bobsleigh Canada, qui n'a rien fait pour l'arrêter, de me protéger ou de régler la situation rapidement, afin de me permettre de revenir à la compétition. J'ai été obligée de travailler de nombreuses fois avec lui depuis, ce qui a entraîné d'importants problèmes de santé mentale au cours de la dernière année.

Kaillie Humphries

Dans sa poursuite contre BCS déposée mercredi, Humphries réclame 15 millions de dollars en dommages punitifs, pertes de revenus et pertes futures de revenus.

Humphries affirme avoir signé son accord d'athlète avec BCS pour la saison 2018-19, en plus de payer ses frais d'adhésion, mais n'a pas été incluse à l'équipe, ce qui a eu pour effet de lui faire perdre son financement auprès de Sport Canada.

« Ça fait plus d'un an que j'ai porté plainte, a ajouté Humphries. J'ai donné un délai suffisant à BCS pour la traiter et je leur ai offert plusieurs solutions afin de retourner en compétition dans un environnement sain tandis que l'enquête suit son cours. »

« L'affaire opposant Mme Humphries à Bobsleigh Canada Skeleton se trouve devant les tribunaux albertains. Quant à l'enquête sur les allégations de Mme Humphries, nous ne pouvons commenter puisque cette enquête est privée et confidentielle, comme indiqué dans notre politique [contre le harcèlement et la discrimination]. Nous avons hâte de prendre connaissance de ses conclusions », a répondu BCS, en référant à un communiqué publié jeudi soir.

Un ajout de taille

L'arrivée de Kaillie Humphries serait un ajout important pour la fédération américaine.

Son programme féminin, l'un des meilleurs au monde depuis près de 20 ans, a perdu la pilote Jamie Greubel Poser, qui a pris sa retraite en 2018.

Les États-Unis n'ont pas connu autant de succès l'hiver dernier, avec sept podiums, dont deux victoires en Coupe du monde en bob biplace, toutes avec Elana Meyers-Taylor comme pilote.

Sans Humphries, le Canada n'a pour sa part obtenu que deux podiums la saison dernière.

Avec les informations de La Presse canadienne

Bobsleigh et skeleton

Sports