•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grands Prix cyclistes : Hugo Houle veut batailler avec les meilleurs sur Grande Allée

Hugo Houle voudrait prendre part à une échappée d'ici la fin du Tour de France 2019.

Photo : Reuters / Heinz-Peter Bader

Jean-Philippe Martin

Pour la première fois cette saison, le cycliste québécois Hugo Houle n’aura pas à se soucier des intérêts d’un autre coureur que lui-même. Il a reçu le feu vert de ses patrons et tentera de se frotter aux Sagan, Alaphilippe et compagnie dans les derniers mètres des Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal (GPCQM).

Habituellement, Houle joue le rôle de domestique au sein de l’équipe Astana. Il doit veiller sur le leader de sa formation au sein du peloton, que ce soit Alexey Lutsenko ou Jakob Fuglsang.

Mais comme aucun des deux n’est présent en sol canadien cette année, les dirigeants de l’équipe lui ont proposé de mener sa propre stratégie de course.

L’équipe veut me faire plaisir et me laisser aller pour voir ce que ça va donner, explique-t-il avec un sourire de satisfaction. La forme est bonne, j’ai travaillé fort. Je suis bien heureux de cette opportunité et je vais essayer de la saisir.

Le Québécois de 28 ans assure avoir tout fait pour garder la forme qui lui a permis de terminer le Tour de France en juillet, son premier en carrière.

Hugo Houle (maillot Astana) pédale devant Jakob Fuglsang lors de la 12e étape du Tour de France.

Hugo Houle (maillot Astana) devant Jakob Fuglsang lors de la 12e étape du Tour de France.

Photo : Getty Images / Tim de Waele

Il dit même s’être tenu loin des excès que s’accordent les participants du Tour pour se récompenser après avoir offert un effort surhumain pendant plus de trois semaines.

Il espère être en mesure de bien jouer ses cartes et de se positionner favorablement pour batailler avec les meilleurs jusqu’à la toute fin, vendredi.

Les gars comme Peter Sagan, Julian Alaphilippe et Geraint Thomas sont très rapides. Ils ont eu le maillot jaune au Tour de France et visent le titre aux Championnats du monde dans deux semaines. Je ne dis pas que je vais gagner la course, mais si je pouvais être là et jouer avec eux dans le sprint final, ce serait un bel accomplissement.

Si jamais le plan ne devait pas fonctionner à Québec, Hugo Houle tentera de se reprendre sur le parcours de Montréal, où ses qualités de grimpeur pourraient lui donner offrir un certain avantage.

Depuis le Tour de France, je suis plus maigre et je grimpe mieux, alors [la course de] Montréal risque d’être plus facile pour moi cette année, ajoute Houle.

Sagan et les autres

Comme Hugo Houle l’a souligné, Peter Sagan fera partie des coureurs à surveiller sur le parcours du Vieux-Québec.

Peter Sagan, gagnant de l'édition 2017 à Québec.

Peter Sagan, gagnant de l'édition 2017 à Québec.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

On ignore si le Slovaque a un intérêt pour la Grande-Allée en fin de soirée, mais on a la preuve qu’il l’apprécie grandement en fin d’après midi.

Ses qualités de sprinteur sont indéniables et elles lui ont permis de signer deux victoires à Québec, en 2016 et 2017, dont sa 100e en carrière sur le circuit World Tour.

Le Français Julian Alaphilippe aura lui aussi une cible sur le maillot, lui qui a frappé un grand coup lors du Tour de France 2019, sans toutefois décrocher la victoire.

Détenteur du maillot jaune pendant deux semaines, le leader de la formation Deceuninck-Quick Step a été devancé deux jours avant de s’amener sur les Champs-Élysées.

Hugo Houle espère être mesure de jouer du coude dans le sprint final du parcours de Québec vendredi

Hugo Houle espère être en découdre avec les meilleurs dans le sprint final du parcours de Québec vendredi.

Photo : Radio-Canada

Après un repos bien mérité, il a de grandes ambitions pour les Championnats du monde qui auront lieu à la fin du mois en Grande-Bretagne. Le parcours de Québec, qui correspond davantage à ses qualités, selon lui, pourrait lui permettre d’envoyer le message clair qu’il sera à surveiller en fin de saison.

De son côté, Michael Matthews n'a pas autant de temps de préparation pour les GPCQM cette année.

Forcé à l’abandon dès la première semaine du Tour de France 2018 en raison d’un empoisonnement alimentaire, l’Australien avait eu tout le temps nécessaire pour bien recharger les batteries.

Il avait enlevé la victoire au sprint à Québec avant de répéter l’exploit deux jours plus tard à Montréal pour inscrire le doublé. Ses triomphes, dont il dit garder un excellent souvenir, seront pour lui une motivation cette fin de semaine.

Enfin, le Belge Greg Van Avermaet est un habitué des GPCQM. Il est à sa huitième participation aux classiques canadiennes.

À cinq reprises le champion olympique des Jeux de Rio en 2016 est monté sur le podium...mais jamais sur la plus haute marche.

Est-ce que 2019 sera (finalement) la bonne pour Van Avermaet? On le saura d'ici quelques heures.

Cyclisme

Sports