•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Ève Dicaire défendra son titre à Québec le 23 novembre

Gros plan d'une boxeuse en entrevue.

Marie-Ève Dicaire

Photo : Radio-Canada / André Perron

Jean-François Chabot

La Québécoise Marie-Ève Dicaire mettra en jeu sa ceinture IBF des super-mi-moyennes pour la troisième fois, à Québec, le 23 novembre.

Le promoteur Yvon Michel, que Radio-Canada Sports a joint mercredi, a indiqué qu’une annonce officielle aura lieu mardi prochain, dans le cadre d’une conférence de presse dans la Vieille Capitale.

Il ne s’agira pas d’un combat d’unification. Les démarches entreprises pour convaincre la Polonaise Ewa Piatkowska, championne WBC depuis 2017, sont demeurées lettre morte.

Un plan B a donc été élaboré. L’identité de la prochaine adversaire reste encore secrète, mais il s’agirait d’une ancienne championne mondiale.

Le contrat a été signé il y a une dizaine de jours et la question du visa d’entrée au Canada de cette prochaine rivale devrait être réglée au cours des prochaines heures.

Le 1er décembre marquera le premier anniversaire de la conquête du titre mondial par Dicaire.

Marie-Ève Dicaire (16-0) a livré son dernier combat le 28 juin dernier, au Casino de Montréal, où elle a vaincu la Suédoise Maria Lindberg par décision unanime.

Elle y avait subi un claquage au biceps gauche. La blessure a mis du temps à guérir, ce qui a entraîné la révision du plan initial voulant qu’elle livre un total de quatre combats en 2019.

Dans le clan Dicaire, l’objectif demeure d’unifier des ceintures chez les 154 lb, ce qui pourrait se faire tôt au printemps.

Obscurité persistante dans le cas d'Oscar Rivas

Invité à commenter l'absence de progrès enregistrés dans le dossier Oscar Rivas à la suite des révélations d'un test antidopage auquel aurait échoué son adversaire britannique Dillian Whyte, Yvon Michel a fait preuve de la plus grande prudence.

« Nous ne lâcherons pas le morceau, mais nous devons être extrêmement prudents dans nos commentaires. Le promoteur anglais et le British Boxing Board of Control (BBBC) gardent le silence complet », s'est contenté de dire Michel.

Rivas lance un jab en direction de Whyte.

Les boxeurs Oscar Rivas et Dillian Whyte.

Photo : Reuters / Andrew Couldridge

Le 24 juillet, le site BoxingScene.com rapportait que Whyte avait échoué à un test et que le résultat de l'échantillon A était connu dès le 17 juillet, trois jours avant la tenue du combat remporté par Whyte par décision unanime.

Le silence radio est tel du côté britannique que les données de l'échantillon B n'ont toujours pas été rendues publiques.

Malgré tout, le BBBC aurait permis la tenue du combat. Depuis, le World Boxing Council (WBC), lui-même maintenu dans le noir, a suspendu Whyte et mis en veilleuse le résultat du combat de même que le statut d'aspirant obligatoire à la ceinture des poids lourds détenue par l'Américain Deontay Wilder (41-0-1).

Boxe

Sports