•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'IAAF refuse le statut neutre à 18 nouveaux athlètes russes

Des éprouvettes en laboratoire

L'équipe nationale russe d'athlétisme demeure suspendue pour dopage depuis 2015.

Photo : Radio-Canada

Associated Press

À l’approche des mondiaux, la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a refusé à deux champions olympiques russes l’autorisation de participer à des compétitions internationales à titre d’athlètes neutres.

Anna Chicherova (saut en hauteur) et Elena Lashmanova (marche), qui ont déjà été suspendues pour dopage, font partie d’un groupe de 18 athlètes russes qui n’ont pas reçu cette autorisation de l’IAAF, a confirmé la Fédération russe d’athlétisme. Dans son propre communiqué, l’IAAF a indiqué qu’elle accordera à 11 autres sportifs russes le statut d’athlète neutre en compétition internationale.

Les prochains Championnats du monde s’amorcent le 27 septembre, à Doha, au Qatar.

D’autres athlètes déjà suspendus pour dopage, comme Antonina Krivoshapka (400 m), Ekaterina Zavyalova (800 m) et Ekaterina Koneva (triple saut) ont aussi essuyé un refus.

Un comité de l’IAAF s’est penché sur les dossiers antidopage des 11 athlètes autorisés et leur a accordé une exemption malgré la suspension de la Russie des compétitions internationales. Six d’entre eux sont actuellement champions nationaux.

Dans l’attente d’une autorisation à concourir, bon nombre des 11 athlètes ont déjà réussi le standard de qualification pour les mondiaux. Parmi eux figure Mikhail Akimenko (saut en hauteur), qui se classe au 2e rang mondial cette saison avec un saut de 2,33 m réalisé en juillet.

L’équipe d’athlétisme russe est suspendue depuis 2015 en raison d’un vaste scandale de dopage, mais 130 athlètes peuvent actuellement participer à des compétitions internationales à titre d’athlètes neutres.

L’IAAF pourrait toujours réintégrer la Russie à temps pour les mondiaux, mais ce scénario semble improbable. En juin dernier, la fédération internationale a dit craindre que le pays ne retombe dans ses mauvaises habitudes après la mise en œuvre de certaines réformes antidopage.

Un rapport a notamment révélé que des entraîneurs suspendus continuaient de travailler avec des athlètes et que des documents auraient été falsifiés pour aider un athlète russe à se sortir de l’impasse dans un cas de dopage.

De plus, le numéro 2 de la Fédération russe d’athlétisme, Andrei Silnov, a démissionné au moment où il faisait l’objet d’une enquête sur sa conduite.

Athlétisme

Sports