•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Charles Leclerc triomphe à Monza, Lance Stroll 12e

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Charles Leclerc salue les tifosi sur le podium du Grand Prix d'Italie à Monza.

Charles Leclerc salue les tifosi sur le podium du Grand Prix d'Italie à Monza.

Photo : Getty Images / Dan Istitene

Radio-Canada

Charles Leclerc a remporté dimanche un deuxième grand prix d'affilée. Pour y arriver, le Monégasque a résisté non pas à un mais aux deux pilotes Mercedes-Benz: d'abord Lewis Hamilton puis Valtteri Bottas.

Leclerc avait gardé sa position de tête au départ de la course. Il est resté devant les pilotes Mercedes-Benz tout au long de l'épreuve, même au moment des arrêts aux puits.

Mercedes-Benz a fait entrer Hamilton plus tôt que prévu pour tenter de surprendre Ferrari, mais le plan n'a pas fonctionné.

Charles Leclerc (en avant-plan) résiste tant bien que mal à Lewis Hamilton pendant le Grand prix d'Italie, à Monza.

Charles Leclerc (en avant-plan) résiste tant bien que mal à Lewis Hamilton pendant le Grand prix d'Italie, à Monza.

Photo : Getty Images / Dan Istitene

Le Britannique, qui était collé à Leclerc, en tête, a donné du fil à retordre au meneur.

Mais il a fait une petite erreur au 43e tour, en ratant un freinage, et il a non seulement perdu du terrain sur Leclerc, mais son coéquipier Valtteri Bottas l'a dépassé pour s'emparer du deuxième rang. Hamilton a fini troisième.

Bottas a bien tenté de pousser Leclerc à la faute, mais il n'y est pas arrivé.

« C'est frustrant de passer si près de la victoire à Monza », a admis Bottas.

Charles Leclerc a montré des signes de nervosité en fin d'épreuve, mais il n'a jamais craqué.

C'était pour lui une deuxième victoire d'affilée, après celle acquise en Belgique il y a une semaine, mais elle l'avait été dans la tristesse au lendemain de la mort de son ami Anthoine Hubert.

Dimanche, Leclerc a fait plaisir à des milliers de tifosi qui attendaient depuis neuf ans une victoire de Ferrari à Monza. Et il n'a pas caché sa joie sur le podium.

« Quand j'ai franchi la ligne d'arrivée, c'était juste de la joie pure, a dit Leclerc. Sur le podium, ça dépasse tous mes rêves d'enfant, de voir tant de gens acclamer cette équipe et chanter ensemble. Fantastique, a-t-il affirmé.

« La course m'a semblé durer beaucoup plus que 53 tours. C'est parce que, derrière moi, on me mettait constamment la pression. J'ai fait quelques erreurs, dont une qui aurait pu me coûter ma place, a-t-il rappelé. Je devais rester très concentré. »

Charles Leclerc soulève le trophée du vainqueur sur le podium à Monza.

Charles Leclerc soulève le trophée du vainqueur sur le podium à Monza.

Photo : Getty Images / Mark Thompson

Charles Leclerc dépasse son coéquipier Sebastian Vettel au classement des pilotes, il lui prend la quatrième position.

Le quotidien consacré aux sports Gazzetta dello Sport a écrit en Une de son site web:

« Là-haut, sur le podium de Monza, au-dessus de la marée rouge, un garçon de 21 ans a tout conquis en six mois: la Scuderia, l'amour du peuple Ferrari et sans doute l'avenir. »

Ferrari n'a plus remporté le titre mondial depuis 2007 (Kimi Raikkonen) chez les pilotes et 2008 chez les constructeurs.

Les malheurs de Lance

Lance Stroll ne méritait pas pareil sort. Il est parti de la neuvième place sur la grille, a gagné deux places au premier tour.

Il roulait bien quand au sixième tour, il n'a pas pu éviter un contact avec Sebastian Vettel, parti en tête à queue à la Variante Ascari alors qu'il roulait en quatrième place.

Lance Stroll glisse hors piste lors du Grand Prix d'Italie après avoir été heurté par la Ferrari de Sebastian Vettel.

Lance Stroll glisse hors piste lors du Grand Prix d'Italie après avoir été heurté par la Ferrari de Sebastian Vettel.

Photo : Getty Images / Charles Coates

Le pilote Ferrari est revenu en piste au moment même où Stroll arrivait et l'a heurté. Le pilote Racing Point a glissé lui-même hors piste.

« J'ai fait une erreur, perdu l'arrière, et je suis parti en tête-à-queue. Bien évidemment, je n'en suis pas fier. J'ai eu un peu de mal à remettre la voiture en route, a expliqué Vettel, à me mettre dans la bonne direction et donc je n'ai pas pu le voir. »

Le Québécois est revenu en piste juste devant la Toro Rosso de Pierre Gasly, et a écopé d'une pénalité (passage obligé aux puits).

« J'étais dans une positon dangereuse, en plein dans la trajectoire, et je ne pouvais pas le voir », a expliqué Stroll.

Tombé au 17e rang, Stroll a finalement la course au 12e rang, juste devant Vettel.

Vettel démérite

Mauvaise journée pour le pilote allemand qui est parti tout seul en tête à queue, et qui a écopé une pénalité de 10 secondes. Une 13e place indigne d'un multiple champion du monde.

L'Allemand a de plus reçu trois points de démérite de la part de la direction de course qui a considéré son retour en piste comme une manœuvre dangereuse. Il a donc accumulé neuf points de démérite et il ne doit pas atteindre la limite de 12 dans une année civile.

Ce qui veut dire que toute autre manœuvre de la sorte dans les trois prochaines courses (Singapour, Russie et Japon) lui vaudra une suspension automatique d'un Grand Prix.

Résultats du Grand Prix d'Italie:

  • 1. Charles Leclerc (MON/Ferrari) en 1 h 15:26,665
  • 2. Valtteri Bottas (FIN/Mercedes-Benz) à 0,835
  • 3. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes-Benz) à 35,199
  • 4. Daniel Ricciardo (AUS/Renault) à 45,515
  • 5. Nico Hülkenberg (GER/Renault) à 58,165
  • 6. Alexander Albon (THA/Red Bull-Honda) à 59,315
  • 7. Sergio Pérez (MEX/Racing Point-Mercedes-Benz) à 1:13,802
  • 8. Max Verstappen (NED/Red Bull-Honda) à 1:14,492
  • 9. Antonio Giovinazzi (ITA/Alfa Romeo-Ferrari) à 1 tour
  • 10. Lando Norris (GBR/McLaren-Renault) à 1 tour
  • 11. Pierre Gasly (FRA/Toro Rosso-Honda) à 1 tour
  • 12. Lance Stroll (CAN/Racing Point-Mercedes-Benz) à 1 tour
  • 13. Sebastian Vettel (GER/Ferrari) à 1 tour
  • 14. George Russell (GBR/Williams-Mercedes-Benz) à 1 tour
  • 15. Kimi Räikkönen (FIN/Alfa Romeo-Ferrari) à 1 tour
  • 16. Romain Grosjean (FRA/Haas-Ferrari) à 1 tour
  • 17. Robert Kubica (POL/Williams-Mercedes-Benz) à 2 tours

Abandons :

  • Carlos Sainz fils (ESP/McLaren-Renault): roue mal fixée 28e tour
  • Daniil Kvyat (RUS/Toro Rosso-Honda): fuite d'huile 30e tour
  • Kevin Magnussen (DEN/Haas-Ferrari): problème hydraulique 44e tour

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !