•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je rêve de ce moment depuis que je suis toute petite » - Bianca Andreescu

Bianca Andreescu réagit après sa victoire en demi-finales des Internationaux des États-Unis.

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Jean-François Chabot

À l’issue de sa victoire en demi-finales des Internationaux des États-Unis contre Belinda Bencic, c’est une Bianca Andreescu radieuse et en confiance qui s’est adressée aux journalistes.

Encore un peu sous le choc, elle a tout de même fourni une image assez précise de son état d’esprit à moins de 48 heures de la première finale de grand chelem de sa carrière.

« Si quelqu’un m’avait dit en début d’année que j’atteindrais la finale ici, à Flushing Meadows, je ne l’aurais pas cru. Après tout, j’étais classée au-delà de la 150e place. C’est fou ce qu’une année peut faire. Mais si vous m’aviez dit ça il y a deux semaines, alors oui, je vous aurais cru. »

Bianca Andreescu

Bianca Andreescu

Photo : TSN / WTA

Andreescu a indiqué avoir hâte de jouer contre Serena Williams. Toutes deux se sont retrouvées face à face à Toronto, il y a moins d’un mois, mais la finale de la Coupe Rogers avait été écourtée à la suite de l’abandon de l’Américaine de 37 ans.

J’ai toujours dit à mon équipe que j’aimerais l’affronter avant qu’elle prenne sa retraite. J’ai vraiment hâte. Elle est une championne sensationnelle, tant sur le terrain qu’à l’extérieur. Ce sera amusant.

Bianca Andreescu

Invitée à décrire les sentiments et les impressions qui l’habitaient quelques minutes après avoir obtenu son billet pour la finale, Andreescu s’est montrée lucide et réaliste.

« Beaucoup d’émotions et de pensées me traversent l’esprit. Pour le moment, j’essaie juste de m’imprégner de la victoire de ce soir. Espérons que je pourrai amener cet élan dans la finale et que je jouerai un peu mieux qu’aujourd’hui. »

Du rêve à la réalité

Concernant sa présence dans une aussi grande finale, Andreescu a souligné qu’il s’agissait pour elle de la réalisation d’un rêve.

Je rêve de ce moment depuis que je suis toute petite. Mais je ne pense pas que qui que ce soit ait déjà pensé que ça se réaliserait. Pour ma part, cette belle séquence a commencé à Auckland, puis à Indian Wells, et je n’ai pas cessé de croire en moi depuis.

Bianca Andreescu

Elle a reconnu qu’elle avait un peu figé après avoir joué la balle de match.

« À la fin du match, j’étais en état de choc, mais, en même temps, j’ai bataillé vraiment fort pour y parvenir. Je crois donc que je mérite d’être de la finale, samedi. »

Elle a ensuite parlé de son illustre rivale. Sans dire que Serena Williams était son idole, Andreescu a mentionné qu’elle suivait sa carrière depuis longtemps.

Je me souviens de l’avoir vue jouer quand j’avais environ 10 ans. Je ne me rappelle pas d’un moment ou d’un match en particulier. Mais je l’ai vue remporter la plupart de ses titres du grand chelem. Elle sera en quête de son 24e samedi. Je suis convaincue qu’elle sera au meilleur de sa forme. Je vais tenter de faire de même et que la meilleure joueuse gagne.

Bianca Andreescu

Concernant la finale écourtée de Toronto, elle a expliqué que même si Williams n’était pas à 100 %, les quelques échanges qu’elles avaient eus lui avaient permis d’en apprendre plus sur son adversaire.

« Je ne crois pas qu’elle a joué son meilleur tennis à Toronto. Elle était évidemment ennuyée par des douleurs au dos. Mais j’ai quand même pu me faire une idée de la façon dont elle frappe la balle. Donc, oui, je pense que ça va m’aider. »

Serena Williams frappe un revers lors de son match de demi-finales aux Internationaux des États-Unis.

Serena Williams

Photo : Getty Images / Elsa

Plus tôt, après sa victoire contre Elina Svitolina, Williams a elle aussi eu de bons mots pour l’Ontarienne qui a la moitié de son âge.

Elle frappe la balle vraiment tôt. Elle connaît une grande année. Elle est dans une excellente forme. Elle a toujours tout fait avec beaucoup de sérieux. Elle sait comment varier ses coups. Elle sert bien, elle bouge bien. Elle a une tonne de puissance. Elle est excitante à regarder jouer. Mais avant tout, je l’aime en tant que personne. Elle est formidable.

Serena Williams

Un entraîneur heureux

Rencontré dans les corridors du court Arthur-Ashe, l’entraîneur d’Andreescu, Sylvain Bruneau, semblait totalement ébahi de la tournure des événements.

« Incroyable. Pour dire vrai, c’est époustouflant. Quel tournoi et quel match! Ç’a été quand même un début difficile. Bianca ne jouait pas son meilleur tennis. Elle a réussi à remporter plusieurs jeux qui étaient accrochés. Elle est restée dans la manche. Belinda (Bencic) jouait de l’excellent tennis », a-t-il d’abord lâché.

Bruneau a ensuite insisté sur le caractère démontré par sa protégée face à une adversaire mieux classée qu’elle et qui ne lui a pas fait de cadeau.

Comme elle le fait souvent dernièrement, Bianca a réussi à aller chercher des points clés au bris d’égalité. À 2-5 dans la 2e manche, elle a complètement relevé son niveau de jeu. Dans ces moments-là, elle n’est pas en mode retenue, elle y va pour ses coups.

Sylvain Bruneau
Sylvain Bruneau

Sylvain Bruneau

Photo : Radio-Canada

En terminant, Bruneau a parlé de ce que cette présence en finale à Flushing Meadows représentait pour lui en tant qu’entraîneur.

« C’est un grand accomplissement. C’est vraiment incroyable. Je pense que le fait d’avoir été près d’Eugenie Bouchard en 2014 m’a préparé à ça. Ça m’a servi de multiples façons, c’est certain. Ce que je veux, c’est de voir monter la popularité du tennis au Canada. J’entends que les cotes d’écoute sont élevées pour les matchs de Bianca. Elle joue un tennis exceptionnel », a-t-il conclu.

(Avec les informations d'Antoine Deshaies)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Tennis

Sports