•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bianca Andreescu et Serena Williams en finale des Internationaux des États-Unis

Bianca Andreescu frappe un coup droit.

Bianca Andreescu

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Radio-Canada

Bianca Andreescu a encore une fois trouvé le moyen de gagner. Et avec quel panache! Une victoire arrachée en deux longues manches de 7-6 (7/3) et 7-5 contre Belinda Bencic pour ainsi devenir la première Canadienne à passer en finale des Internationaux des États-Unis.

La 15e tête de série retrouvera donc pour son baptême en finale d'un tournoi du grand chelem nulle autre que l'Américaine Serena Williams (no 8) qui, elle, disputera sa... 33e finale.

Une reprise donc de la finale de la Coupe Rogers qui avait tourné à l'avantage d'Andreescu après l'abandon de Williams.

« C'est irréel de jouer contre Serena en finale. C'est un rêve qui devient réalité, c'est fou, c'est fou », a lancé l'adolescente de 19 ans qui, jusque-là, n'avait jamais franchi le deuxième tour d'un tournoi majeur.

Encore une fois jeudi soir, sur le court Arthur-Ashe, Andreescu a démontré que le mot abandon, elle ne connaissait pas.

Dans la première manche, elle a sauvé six balles de bris sans jamais avoir l'occasion d'en avoir une.

Devant une rivale excellente en retours et aux prises avec une deuxième balle défaillante (5 doubles fautes, 27 % ou 6 points récoltés), l’Ontarienne s’est empêtrée dans de longs jeux, avec à la clé une multiplication d’égalités et d’avantages pour ou contre.

Beaucoup d’énergie gaspillée pour constamment puiser dans ses réserves afin de rester dans le coup.

Contre toute attente, c'est Bencic (no 13) qui s'est écroulée au bris d'égalité pendant qu'Andreescu retrouvait son rythme et se détachait 5-0.

Évidemment, tous ses efforts ont fini par la rattraper.

Après une longue première manche de 1 h 7 min, la championne du tournoi d'Indian Wells a perdu son service d’entrée, puis quatre jeux plus tard, pour accuser un déficit de 4-1.

La seconde manche semblait alors réglée. Et même si elle a réussi à briser la Suisse pour la première fois du match pour réduire l’écart à 4-2, elle a encaissé un troisième bris, mais le dernier.

Subitement, le vent a tourné. Résiliente, Andreescu a bousculé de plus en plus Bencic, qui s'est mise à multiplier les fautes.

Avec ses 40 coups gagnants, contre 16 pour Bencic, celle qui n'avait même pas franchi les qualifications à New York l'an dernier continue de faire trembler la planète tennis.

Une 4e chance d'égaler le record de Margaret Court

Reste donc la grande Serena Williams sur sa route.

Pour une deuxième année de suite, l'Américaine participera à la finale des Internationaux des États-Unis après avoir défait l'Ukrainienne Elina Svitolina en deux manches de 6-3 et 6-1.

Du coup, devant un stade Arthur-Ashe qui n'en avait que pour elle, la huitième tête de série a égalé le record de 101 victoires de Chris Evert à Flusing Meadows.

Serena Williams frappe un revers lors de son match de demi-finales aux Internationaux des États-Unis

Serena Williams

Photo : Getty Images / Elsa

Marque qu'elle pourrait améliorer samedi en soulevant un septième trophée à New York... son premier sacre remonte à 1999!

Williams rejoindrait alors Margaret Court pour le nombre de titres dans un tournoi du grand chelem, soit 24.

« Les records, je n'y pense pas. Je viens et je fais ce que je peux sur le court, a déclaré la gagnante. Mais faire partie d'un club, quel qu'il soit, aux côtés de Chrissie, c'est super. »

C'est la quatrième fois depuis la naissance de sa fille il y a deux ans, que la joueuse de bientôt 38 ans a l'occasion de remporter un 24e succès dans un tournoi majeur.

L'an dernier à Flushing Meadows, dans une finale controversée, elle s'était inclinée devant la Japonaise Naomi Osaka. Deux mois plus tôt, c'était l'Allemande Angelique Kerber qui l'avait freinée à Wimbledon, tandis que cette année, sur le même gazon anglais, elle s'est butée à la Roumaine Simona Halep.

Contre Svitolina (no 5), Williams a imposé son jeu dès les premiers coups. Elle s'est forgé une avance de 3-0 dans la manche initiale même si Svitolina, aussi demi-finaliste à Wimbledon, rivalisait pratiquement à armes égales.

La seconde manche n'aura été qu'à sens unique. Svitolina a enlevé le premier jeu avant de voir l'Américaine empocher les six suivants, et même de gratifier le public d'un service-volée... qu'elle a gagné.

« Ça, vous ne le reverrez pas! Je me suis demandé ce que je faisais là. Moi, c'est la ligne de fond de court! »

Deux juniors canadiens en demi-finales du double

Chez les juniors, la Québécoise Mélodie Collard et la Hongkongaise Hong Yi Cody Wong ont remporté leur quart de finale contre les Américaines Abigail Forbes et Savannah Broadus (nos 6) en deux manches identiques de 6-4.

Pour une place en finale, Collard et Wong feront face aux Françaises Aubagne Droguet et Selena Janicijevic.

Chez les garçons, l'Ontarien Liam Draxl et son partenaire américain Govind Nanda (nos 5) ont éliminé, au terme d'un duel de trois manches, l'Américain Brandon Nakashima et le Français Valentin Royer (nos 4) par la marque de 2-6, 6-3 et 10-7.

Draxl et Nanda ont rendez-vous en demi-finales avec les Américains Eliot Spizzirri et Tyler Zink.

Par contre, en simple, Draxl s'est incliné au troisième tour devant l'Américain Cannon Kingsley. L'Ontarien a poussé son rival au bris d'égalité chaque fois avant de céder en deux manches de 6-7 (7/9) et 6/7 (6-8).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !